| More

Malgré la couverture médiatique négative et obsessionnelle sur l’Etat d’Israel, voici le genre d’information que vous ne risquerez pas de trouver dans votre journal bien informé.

“Israël est prêt à fournir immédiatement de l’aide humanitaire aux réfugiés syriens,” a déclaré le ministre des Affaires étrangères Avigdor Lieberman, ce vendredi 2 mars.

Un communiqué officiel du ministère des Affaires étrangères a été publié, tandis que Lieberman est en visite d’Etat en Bulgarie, a précisé qu’Israël était prêt à relayer l’aide via l’une des agences des Nations Unies, ou toute autre organisation internationale.

L’Etat Juif dit aussi qu’il est se préparé à accueillir des réfugiés syriens. Dans un geste humanitaire, le chef d’Etat major, Benny Gantz, a annoncé qu’Israël se préparait à accueillir des réfugiés syriens essentiellement de confession alaouite.

« La chute d’Assad portera préjudice à la communauté alaouite. Nous devons, nous, être prêts à accueillir des réfugiés sur le Golan », a estimé le mois dernier Mr Gantz devant la commission des Affaires étrangères et de la défense du Parlement israélien, selon le porte-parole de cette commission.

Israel est choqué par cet incroyable niveau de violence à son l’encontre de la population syrienne. Le président israélien Shimon Pérès a déjà traité son homologue syrien Bachar al-Assad d”’assassin”.

Lors d’un entretien 13 février 2012 à Jérusalem avec le président croate Ivo Josipovic, il a affirmé que personne ne peut tolérer les images de soldats se battant contre des enfants. Il a salué le courage des manifestants syriens prêts à sacrifier leur vie.

En Israel, des milliers d’Arabes israéliens ont manifesté le 16 février dernier pour dénoncer la répression menée par les forces du président syrien Bachar al Assad. Les protestataires ont brûlé des portraits du président syrien dans la ville de Kafr Kanna (nord) aux cris de “Bachar al Assad dégage” et “laisse le peuple vivre”. Le ministre israélien de la Défense, Ehud Barak, a déclaré qu’il s’attendait à une chute du régime d’Assad “dans les semaines qui viennent”.

Le président du Comité international de la Croix-Rouge a annoncé que ses équipes n’avaient pas pu pénétrer ce vendredi dans le quartier de Bab Amro, à Homs, pour venir en aide à la population civile et procéder à l’évacuation des blessés et des malades.

“Le CICR et le Croissant-Rouge arabe syrien (Cras) n’ont pas été autorisés à pénétrer aujourd’hui dans le quartier de Bab Amro à Homs”, déclare dans un communiqué Jakob Kellenberger.

Vendredi, alors que les médias officiels annonçaient, tambours battants, la reprise du contrôle de ce quartier anti-régime après 26 jours de bombardements, «débarrassé de ses éléments terroristes», l’armée et les services de renseignements poursuivaient leur ratissage de Baba Amr à la recherche des derniers combattants de l’Armée syrienne libre. «Les forces du régime ont, dès 8 heures du matin, procédé à l’arrestation de tous les hommes âgés de plus de 14 ans, avant de les embarquer au centre commercial public transformé en centre de détention», confie une activiste de Homs.

Le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon a appelé Damas à laisser entrer l’aide humanitaire ‘’sans condition’’ et le Haut commissariat de l’ONU aux droits de l’Homme s’est inquiété d’éventuelles ‘’représailles’’ à Baba Amr, après avoir reçu des informations non confirmées de 17 exécutions sommaires.

Ban Ki-moon, a dit hier recevoir des “informations macabres” selon lesquelles les forces syriennes procéderaient à des détentions et des exécutions arbitraires dans le quartier de Bab Amro à Homs. “Le gouvernement syrien n’a pas assumé sa responsabilité de protéger son peuple”, a-t-il déclaré à la tribune de l’Assemblée générale des Nations unies. “Les populations civiles subissent une offensive militaire dans plusieurs villes.”

La répression du mouvement de contestation du régime du président Bachar al-Assad a fait, selon l’ONU, plus de 7500 morts depuis le 15 mars 2011 en Syrie. Au moins 484 enfants ont été tués en Syrie dans les manifestations contre le régime de Bachar el-Assad selon un bilan publié par l’Unicef. Le Fonds pour l’enfance des Nations unies estime en outre que les enfants incarcérés sont en nombre similaire.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*