| More

Chaque année, ECA International entreprend de mesurer et de comparer le coût de la vie dans 245 villes du monde. Pour établir un classement, ECA compare le prix de la nourriture (lait, viande, poissons, fruits et légumes, boissons) et de différents biens et services (vêtements, électronique, restaurants).

Le coût de l’eau, de l’électricité, du gaz, de l’utilisation d’une voiture ou de la scolarisation des enfants n’est pas pris en compte. Selon les estimations d’ECA pour 2011, les dix villes les plus chères du monde se trouvent au Japon, en Suisse et en Norvège. Tel-Aviv (au 32e rang) et Jérusalem (39e) précèdent de loin New York (46e).

Tel Aviv est vers la 30ème ville la plus chère au monde au prix de vente du mètre carré habitable avec un prix de près de 4600 $ /m², voisin de Milan et d’Amsterdam.

La fiabilité de ce classement est confirmée par une enquête de même nature menée de son côté par le cabinet américain Mercer Consulting – concurrent de EBA – dont les résultats sont à peu près similaires : Tel-Aviv arrive au 24e rang des villes les plus chères, devant Paris (27e), New York (32e), Stockholm (39e) ou Prague (47e).

Tel Aviv, reste la ville la plus chère du Moyen-Orient. A la 24è position dans le classement mondial, elle devance largement Abu Dhabi (67è), Dubaï (81è) et Amman (103è).

La prospérité s’installe à Tel-Aviv ou se développe dans tous les domaines, économique, social, culturel, architectural. Après 1948, Tel-Aviv devient le centre économique et la place boursière du pays. La cité s’étend vers le nord et l’université devient la plus importante d’Israël. Tel-Aviv est le centre de la vie politique juive et c’est ici que le 14 mai 1948, à 16 h 00 David Ben Gourion proclame l’indépendance d’Israël.
Tel-Aviv se veut la capitale culturelle du futur État juif, Jérusalem prétendant au statut de capitale politique. Jérusalem est le siège des nouvelles institutions, mais certains ministères (notamment celui de la Défense) ont toujours leur siège à Tel-Aviv

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*