| More

Le Premier ministre du gouvernement terroriste du Hamas à Gaza a lancé un appel, lundi, pour une nouvelle intifada afin de soutenir les “prisonniers palestiniens détenus en Israël”, qui ont déclenché une grève de la faim il y a deux semaines.

Le chef terroriste a exhorté les chefs d’Etat arabes à intervenir en faveur des Palestiniens détenus.

Le mouvement islamiste continue de croire à la violence sans aucune mesure sur le risque d’un nouvel affrontement ou d’une nouvelle Intifada.

Le Hamas qui est placé sur la liste officielle des organisations terroristes du Canada, des États-Unis d’Amérique, de l’Union Européenne, du Japon et d’Israël veut lancer un nouveau soulèvement, cette fois au nom des « prisonniers palestiniens ».

Pourtant l’Autorité palestinienne ne souhaite pas le déclenchement d’une nouvelle Intifada ni une véritable escalade de la violence dans les territoires car cela porterait atteinte aux tentatives pour mettre en place les institutions du futur Etat palestinien ou pour développer l’économie palestinienne.

Néanmoins, le «printemps arabe» et le récent accord d’échange de prisonniers avec Israël fin 2011 n’ont fait que de renforcer la stature du Hamas parmi les Palestiniens.

Il faut lire la Charte du Hamas pour comprendre que la violence, l’idéologie anti-juive et la soumission sont l’essence de ce mouvement militaro religieux qui veut que le monde vive “à l’ombre de l’Islam”Sa charte d’inspiration islamiste appelle à la destruction d’Israël à l’extermination des juifs et qui contient des références antisémites sur le thème de la conspiration globale qui aurait permis la création de l’Etat hébreu. L’abolition de cette charte (rédigée en 1987), n’est pas prévue.

Le cadre du Hamas à Gaza, Mahmoud A-Zahar, a estimé que lors des prochaines législatives palestiniennes, son mouvement remporterait une ”majorité écrasante” en Judée-Samarie, ”plus grande encore que celle obtenue lors des précédentes élections en 2006”. Il a également exprimé sa satisfaction du fait que le courant islamique est à la tête de nombreux pays au Proche-Orient. Il a estimé que ”l’image géopolitique dans la région changerait totalement”.

Le Forum juridique pour Eretz Israël a demandé, le mois dernier, au Conseiller juridique du gouvernement, Yehouda Weinstein, d’ouvrir une enquête suite aux déclarations du terroriste Marouane Barghouti, détenu en Israël, qui a appelé le 26 mars 2012 à “un nouveau mouvement de résistance et a réclamé la rupture de toutes les relations avec Israël”.

L’avocate du Forum a écrit à Weinstein pour qu’il ouvre une information judiciaire pour “incitation à la haine, sédition, formation d’association illégale, encouragement au terrorisme et déclarations dangereuses pour la sécurité de l’Etat d’Israël et de ses citoyens”.

Près d’un tiers des terroristes détenus en Israël sont en grève de la faim. Ils sont 2000 sur 4700 détenus à avoir cessé de s’alimenter, selon l’Autorité palestinienne. L’administration pénitentiaire a donné le chiffre de 1450 grévistes.

Selon le ministère palestinien des Prisonniers, le chef des services pénitentiaires israéliens, Aharon Franco a rencontré ce lundi les leaders des détenus palestiniens incarcérés en Israël, et notamment Marwan Barghouti, ex-chef des Tanzim du Fatah, lors d’une visite à la prision Hadarim.

M. Franco a annoncé que la commission spéciale mise en place pour examiner les revendications des détenus en grève de la faim, transmettra ses conclusions d’ici 10 jours. Quelque 1450 terroristes incarcérés ont entamé une grève de la faim il y a 2 semaines pour dénoncer de mauvaises conditions de détention et d’alimentation.

D’autre part, la commission parlementaire des affaires sociales et du travail a approuvé en deuxième et troisième lectures le projet de loi du parti Israël Beitenou prévoyant de réduire de moitié les allocations sociales versées aux Arabes israéliens impliqués dans des organisations ou activités terroristes et condamnés à 10 ans de prison minimum. Sont concernées par cette coupe, les allocations versées en cas d’accident du travail, d’accident, de chômage, de faillite, et de vieillesse notamment.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*