| More

Le numéro deux du Hamas Moussa, Abou Marzouk, et un dirigeant du Fatah du président palestinien Mahmoud Abbas, Azzam al-Ahmad, ont conclu ce dimanche , 20 mai 2012, un nouveau accord sous médiation égyptienne pour faire avancer leur réconciliation, a indiqué M. Ahmad.

Cet accord prévoit ”que la Commission électorale centrale (CEC) commence ses travaux à Gaza le 27 de ce mois et le lancement des consultations pour la formation d’un gouvernement d’indépendants”, a déclaré le responsable du Fatah, par téléphone du Caire.

Le Fatah et le Hamas, qui gouvernent respectivement les zones autonomes de Judée Samarie et Gaza, ont conclu le 27 avril 2011 au Caire un accord de réconciliation nationale, dont la plupart des clauses sont restées lettre morte et les échéances constamment repoussées.

Les deux organisations palestiennes sont convenus le 6 février à Doha que le président palestinien dirige le gouvernement transitoire d’indépendants chargé d’organiser des élections, comme le prévoit l’accord de réconciliation, mais cette décision, contestée au sein du mouvement islamiste Hamas, est restée inappliquée.

Le Hamas envisage de présenter son candidat à la présidentielle palestinien, a indiqué un cadre du mouvement terroriste, Mahmoud A-Zahar. Dans une interview au journal Asharq al-Awsat, il a affirmé que ”le Hamas a les capacités et les hommes capables de diriger à tous les niveaux, mais qu’aucune décision n’a encore été prise dans ce dossier”. Il a fait le voeu que le Hamas remporte une victoire écrasante aux législatives palestinienne.

Mahmoud A-Zahar, a estimé que lors des prochaines législatives palestiniennes, son mouvement remporterait une ”majorité écrasante” en Judée-Samarie, ”plus grande encore que celle obtenue lors des précédentes élections en 2006”. Il a également exprimé sa satisfaction du fait que le courant islamique est à la tête de nombreux pays au Proche-Orient. Il a estimé que ”l’image géopolitique dans la région changerait totalement”.

Le «printemps arabe» et le récent accord d’échange de prisonniers avec Israël fin 2011 n’ont fait que de renforcer la stature du Hamas parmi les Palestiniens. Le Hamas a célèbré l’arrivée au pouvoir des Frères musulmans dans le monde arabe, mais aussi son succès d’être resté au pouvoir face à des défis énormes.

A l’occasion de la réconciliation entre le Hamas et le Fatah, Khaled Meshaal a indiqué que le Hamas va jouer la stratégie des manifestations de masse contre Israël dans le style des révoltes du Printemps arabe tout en indiquant qu’il ne renonçait pas à la violence contre Israël.

Israël a retiré au président de l’Autorité palestinienne Mahmoud Abbas faire le choix entre le Hamas ou la paix, « car les deux ne peuvent aller ensemble ». Faisant allusion à l’accord signé à Doha, M. Netanyahu a ajouté : « si Mahmoud Abbas met en application cet accord, cela voudra dire qu’il abandonne le processus de paix ».


Ftouh Souhail

Leave a Reply

*