| More

On parle beaucoup ces derniers temps dans le camp palestinien de « l’internationalisation » des détenus emprisonnés dans les geôles israéliennes.

Le chef du mouvement terroriste palestinien Hamas, Khaled Mechaal, a indiqué dimanche au Caire avoir convenu avec le président palestinien Mahmoud Abbas et la Ligue arabe de soumettre la question des prisonniers palestiniens à l’Assemblée générale des Nations unies et d”’internationaliser” ce dossier.

Environ 1.200 détenus palestiniens ont entamé une grève de la faim illimitée le 17 avril pour protester contre leurs détentions. Quelques jours plus tard, près de 150 autres détenus se sont joints au mouvement.

L’AP et Hamas se sont accordés réellement à la question des prisonniers pour imposer ce sujet dans la diplomatie internationale et aux Nations-Unies.

Au sujet des prisonniers, il faut ici rappeler quelques principes de bases :

*L’appareil juridique israélien est une partie intrinsèque du système démocratique de l’Etat qui est régit par des lois. La justice est l’arme la plus puissante dans un pays de droit.

*De même on ne peut pas blanchir les crimes et libérer des terroristes en oubliant la souffrance des familles des victimes. Israël ne libèrera pas des centaines de prisonniers terroristes ayant du sang de juifs sur les mains.

* La fermeté et la lutte contre le terrorisme exige de ne pas céder aux émotions et libérer dans la nature des milliers de meurtriers palestiniens détenus dans les prisons israéliennes. Les terroristes vont être encouragés à monter leur offensive.

* Les organisations palestiniennes doivent d’abord s’engager à mettre fin au terrorisme. C’est cette question qui doit être au cœur des discours. Puis une fois le terrorisme prend fin on pourra établir un véritable dialogue sur le dossier des prisonniers.

Il faut ici signifier qu’Israël applique, avec beaucoup de souplesse et dans le cadre des conventions sur les prisonniers, les règles internationales qui régissent la vie carcérale. Les conditions carcérales en général (meme ceux des détenus sécuritaires palestiniens affiliés à des organisations terroristes) sont conformes aux lois pénitentiaires dans le monde civilisé. En plus des visites régulières par la Croix Rouge.

Les prisonniers palestiniens sont toujours mieux traités que n’importe quels autres prisonniers dans le monde. Israël facilite le maintien des liens familiaux, le droit au travail, le droit à la formation pour tous les prisonniers. La loi pénitentiaire en Israël garantie, les droits fondamentaux comme le droit à la santé, à l’éducation.

Les prisonniers ont aussi le droit de recevoir leurs familles dans des lieux aménagés qui leur permettent notamment d’avoir des rapports sexuels et amoureux. L’usage de certains droits est garanti aux prisonniers avec notamment une domiciliation dans l’établissement pénitentiaire permettant l’obtention de papiers d’identité et des aides.

L’administration pénitentiaire en Israel améliore sans cesse les conditions de détention des détenus et l’institution pénitentiaire veille tout simplement au respect du droit à la dignité.

De ce fait la tentative palestinienne d’« internationaliser » le dossier des prisonniers, n’a pas de sens réel, elle vise simplement à mettre la pression sur Israël par le biais l’Assemblée générale des Nations unies. Le bloc arabe représente la grande majorité de cet Assemblé noyauté par l’Organisation de la Coopération Islamique et par la Ligue Arabe.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*