| More

Le romancier algérien Boualem Sansal a eu le courage d’aller jusqu’à Jérusalem, pour participer au Festival international des écrivains.

Malgré la polémique provoquée dans le monde arabe et les menaces du Hamas, il était l’invité d’honneur de ce selon intellectuel. Sansal a reçu le prix de la paix remis par les organisateurs du festival. Il était aussi cette semaine l’invité à l’Institut français de Tel-Aviv.

Sansal a un amour des livres, il dit « Je fais de la littérature, pas la guerre. Si le monde arabe lisait les auteurs juifs, il verrait qu’ils ne sont pas au service du gouvernement israélien. La plupart sont très critiques. Et puis la littérature n’est pas juive arabe ou américaine, elle raconte des histoires qui s’adressent à tout le monde. »

L’écrivain algérien qui a déjà obtenu le prix de la paix des libraires allemands, s’est rendu à Jérusalem pour relancer un dialogue (de plus en plus difficile) entre intellectuels juifs et arabes.

Cet écrivain humaniste et courageux est aujourd’hui parmi les élites intellectuelles du monde arabe. La décision prise n’était pas simple. Face à l’hostilité et en dépit de l’appel au boycott venant des gouvernements et des intellectuels arabes, en se rendant en Israël Sansal a montré qu’il est toujours possible changer les choses

A l’heure où les racistes dans le monde arabe continuent à appeler au boycott d’Israël et de sa production intellectuelle et matérielle, la venue de Boualem Sansal est un signe fort même si cela risque d’aggraver sa situation en Algérie.

Sansal a démontré que le rejet de l’autre n’est pas une fatalité. Le rejet systématique de l’autre, surtout s’il est juif israélien, est une forme d’intolérance dans le monde arabe.

Le romancier écrivain algérien qui est allé au Festival international des écrivains n’a pas découvert un pays d’apartheid ou de racisme, mais tout le contraire. Il a constaté par lui qu’en Israel il y’a bien des synagogues, des mosquées, et des églises, face à des juifs et des arabes qui vivent ensemble.

Si le conflit israélo-palestinien a endommagé très injustement l’image d’Israël, cette dernière a su maintenir le cap grâce à sa richesse humaine, à sa diversité, à l’imagination et l’intelligence dans ce qu’elle a de plus remarquable, c’est-à-dire, sa capacité à absorber toutes les tendances, religieuses et non religieuses et à en extraire ce qu’il y a de meilleur.

La visite de Boualem Sansal à Jérusalem, est un message que dans le monde arabe il y’aura toujours des clairvoyants qui sont prêts à ce tenir aux côtés d’Israël, ce petit pays, libre et démocratique.

Par la même occasion il est à aussi signaler que ce dimanche, 20 mai 2012, nos frères israéliens célébreront la Journée de Jérusalem qui commémore la réunification de leur capitale berceau de la civilisation et de la pensée juive.

Enfin bravo à cet homme courageux ! Merci Boualem Sansal de votre visite en Israël.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*