| More


Le rabbin de Ris-Orangis Michel Serfaty s’entretient avec le recteur de la Mosquée de Paris Dalil Boubakeur.

En novembre 2011, pour la troisième année consécutive, des opérations de jumelage entre synagogues et mosquées ont eu lieu en France à Paris. Durant ces journées de « paix », les fidèles des deux religions sont appelés à prier ensemble. Une initiative quelque peu contestée au sein des deux communautés mais qui rencontre tout de même un succès grandissant.

L’Association Judéo-Musulmane de France (AJMF) est née en 2004, alors que les hautes instances juives se voient frappées par la recrudescence brutale des actes antisémites (qui sont passés de 20 par an à 1560 en 2004/2005). Il faut agir vite et l’Etat tente alors de mettre en place un dispositif judiciaire. L’initiative est insuffisante. La communauté juive fait appel à Michel Serfaty, rabbin de Ris-Orangis et professeur à l’université de Nancy. Lui-même a été victime d’une violente agression antisémite à l’automne 2003.

L’AJMF réagit vite et frappe fort à l’échelle nationale : elle lance d’abord une grande journée de sensibilisation le 21 novembre 2004 à la Cité des Sciences et de l’Industrie à la Villette, puis effectue un premier tour de France en 2005. Depuis, les bus de l’Association ont déjà parcouru sept fois le tour de la France et sept fois le tour d’île de France. Michel Serfaty, Président de l’Association indique clairement son objectif : « nous luttons contre l’antisémitisme non par des voies de judiciarisations, mais plutôt par des voies pédagogiques et de dialogue », explique-t-il à Guysen.

Une sensibilisation d’envergure nationale

Parce que Rome ne s’est pas faite en un jour, Michel Serfaty prend son mal en patience face à deux communautés quelque peu sceptiques quant à ses initiatives de grande envergure : « Je ne compte pas sur les miracles brusques et rapides. Les miracles se réalisent en douceur de façon discrète », affirme-t-il. En effet, en l’espace de huit années de travail, l’AJMF a pu susciter beaucoup d’intérêt pour cette idée pacifique à travers la France, ainsi que la naissance de plusieurs antennes-relais de l’association dans une dizaine de villes.

D’autre part, une quinzaine de mairies soutient l’initiative et n’hésite pas à sensibiliser ses habitants à chaque passage du bus de l’AJMF. Le soutien de ces villes se traduit également par la publication de l’exposition de l’association dans une brochure de 12 pages qui présente les points de similitudes et ressemblances entre Judaïsme et Islam. Ces mairies participantes organisent diverses activités, manifestations et rencontres festives et intellectuelles entre Juifs et Musulmans dans leurs villes.

Une amélioration poignante des relations judéo-musulmanes

Outre cette lutte contre l’antisémitisme, c’est une lutte contre les discriminations qu’entreprend Michel Serfaty : « Si les Juifs sont victimes d’antisémitisme c’est parce que leurs agresseurs sont nourris de clichés, stéréotypes, préjugés sur les Juifs. A travers des ouvrages, nous essayons de montrer aux musulmans qui se laissent séduire par les discours du Hezbollah ou des Frères musulmans que ces discours sont principalement fondés sur des idées antisémites. Ces ouvrages publiés en arabe, en turc, en français, en allemand leur montrent qu’ils sont victimes de la propagande antisémite des Frères musulmans, ou encore de l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF) et des salafistes », rappelle-t-il à Guysen.

L’association contribue inévitablement à l’amélioration des relations et des échanges judéo-musulmans. D’un mois à l’autre, d’une activité à l’autre, beaucoup de Musulmans ouvrent les yeux et reconnaissent qu’ils ont été abusés, trompés, par des clichés que leurs parents ou environnement leur ont mis dans la tête. « Maintenant ils se disent prêts à travailler avec nous. Le nombre d’activités qu’organisent les antennes et que nous organisons nous même ne cesse de s’accroitre et nous laisse optimistes quant à l’avenir », se réjouit le rabbin et professeur Michel Serfaty.

par Virginie Sainsily – Dimanche 8 janvier 2012

Leave a Reply

*