| More

Posts Tagged “Moyen-Orient”

Notre ami de Tunisie, Souhail Ftouh n’écrira plus dans Identité Juive. Il fait l’objet de graves menaces et est contraint de cesser l’écriture des ses articles.

Nous tenons à lui faire savoir que nous sommes avec lui en ces moments difficiles et le remercions d’avoir partagé avec nous ses articles.

Il est à noter que nous recevons beaucoup de messages, nous allons donc certainement publier d’autres lettres d’amitié. En espérant que cette amitié rapprochera les peuples.

Il fut un temps ou les juifs et les arabes vivaient en paix. Les juifs originaires d’Afrique du nord se souviennent encore, nostalgiques, de ces moments passés dans ces beaux pays. Chers amis arabes et musulmans, n’est-il pas plus agréable de discuter en mangeant des olives ou en buvant un thé à la menthe que de se disputer comme des enfants ? Pourquoi nous haïr alors que l’on peut construire ensemble ? Tendons-nous la main. On récolte ce que l’on sème, la violence ne rapporte rien, sinon que des pleurs et des lamentations, de tous cotés. Travaillons ensemble, construisons ensemble, partageons ce que nous avons. Regardons le futur ensemble pour que tous nos enfants puissent courir en liberté, heureux et libres. Le but de chaque être humain est de trouver le bonheur. Nous avons tous le même objectif, vivre en paix et construire un monde plus beau pour nos enfants, dans le respect de toutes les religions et de toutes les couleurs.

Imaginez toutes les créations que nous pourrions réaliser ensemble, le Moyen-Orient n’est il pas le plus beau territoire du monde ? Vous avez tout l’espace dont vous pouvez rêver, le soleil, les puits de pétrole. Israël fut créée il y a 3300 ans, c’est une goute d’eau dans l’immensité du Moyen-Orient. Que demandent les juifs ? Rien d’autre que le droit de vivre en paix dans ce minuscule territoire dont la taille (14500 Km2) est à peine plus vaste que la région d’Ile de France ( = 12011 km2).

Identité Juive

Tags: , , , , , , , ,

Comments Comments Off on Notre ami Souhail Ftouh n’écrira plus dans Identité Juive.

Attaques terroristes contre Israël

Depuis le début de 1965 et jusqu’à la guerre des six jours, en juin 1967, le Fatah (branche armée de l’OLP) a poursuivi une politique offensive permanente contre les frontières d’Israël. Particulièrement le long des frontières Jordaniennes et Libanaises. La critique de ces activités par les gouvernements arabes et par l’opinion locale a poussé les dirigeants du Fatah à adopter une nouvelle approche dite « théorie de l’enchevêtrement ». Cela consistait à utiliser le sabotage pour forcer Israël à adopter une position de plus en plus défensive, ce qui en retour a conduit les pays arabes voisins à accroitre leurs effectifs militaires.

Cette escalade progressive des tensions frontalières a finalement conduit à la guerre des six jours. En 1965, 35 attaques terroristes ont été menées contre Israël. En 1966, ce nombre est passé à 41. Durant les quatre premiers mois de 1967, 37 attaques terroristes ont été lancées contre Israël. Le nombre des incidents dangereux le long de la frontière syrienne avec Israël a augmenté à la suite de l’activation de la société nationale israélienne de transport d’eau (National Water Carrier) depuis la mer de Galilée jusqu’au Néguev, en 1964.

La Syrie et les autres pays arabes ont essayé de détourner les affluents du Jourdain se trouvant sur leur territoire dans le but d’assécher Israël et d’empêcher les populations d’avoir accès à l’eau douce. Israël a du bombarder les travaux de diversions en réponse à ces tentatives d’assèchement.

Cette tension est survenue en toile de fond d’accrochages le long de la zone démilitarisée entre Israël et la Syrie. La Syrie refusait l’accroissement de la zone démilitarisée, empêchant ainsi à Israël d’accroitre l’utilisation de cette zone pour l’agriculture. La zone démilitarisée fut le résultat des conditions de l’armistice entre Israël et la Syrie, signé le 20 Juillet 1949.

La Syrie a lancé des attaques terroristes contre les fermiers Israéliens qui cultivaient dans la zone démilitarisée ainsi que sur des bateaux de pêche israéliens et d’autres embarcations qui naviguaient sur la mer de Galilée. La Syrie bombardait ainsi les israéliens depuis les hauteurs du plateau du Golan qui domine de manière spectaculaire à l’est de la zone frontalière.

Provocations militaires des pays arabes contre Israël et désinformation soviétique

Alors qu’Israël n’a jamais cessé d’exprimer son désir de négocier une paix durable avec ses voisins arabes, il n’y a jamais eu un sentiment similaire du coté arabe.

Dans une allocution à l’assemblée générale des Nations Unies le 10 Octobre 1960, Golda Meir, ministre des affaires étrangères a mis au défis les dirigeants arabes de ses réunir avec le Premier Ministre israélien David Ben-Gourion pour négocier un traité de paix. Le président Égyptien Nasser a répondu le 15 Octobre 1960, disant qu’Israël essayait de tromper l’opinion mondiale et a réaffirmé que son pays ne reconnaitrait jamais l’existence de l’État d’Israël. La rhétorique de Nasser est devenue de plus en plus belliqueuse, le 8 mars 1965, il a déclaré :

« Nous n’allons pas entrer en Palestine avec son sol couvert de sable.

Nous allons y entrer avec sa terre saturée de sang. »

Président Égyptien Nasser, 8 mai 1965

Quelques mois plus tard, le président Nasser a exprimé l’objectif arabe :

« … La pleine restauration des droits du peuple palestinien. En d’autres termes, nous visons à la destruction de l’État d’Israël. L’objectif immédiat : la perfection de la puissance militaire arabe. L’objectif national : l’éradication d’Israël. »

D’autres dirigeants arabes de Jordanie et d’Iraq se sont joints à la rhétorique et aux préparations de guerre, ce qui augmenta ainsi la pression sur le président Égyptien Gamal Nasser, le définissant comme étant le leader du monde arabe. Les attaques de la Syrie contre la zone démilitarisée avec Israël sont devenues beaucoup plus fréquents entre 1965 et 1966. Les attaques Syriennes lancées contre les Kibboutzim Israéliens (villages fermiers) depuis les hauteurs du Golan ont provoqué une frappe en représailles, le 7 Avril 1967, durant laquelle deux avions de chasse israéliens ont abattus six avions Syriens MIG d’origine soviétique.

En raison d’attaques permanentes, d’une extrême insécurité et de l’approvisionnement en armes de dernière génération par les soviétiques aux pays arabes, Israël a du réintroduire des forces militaires dans la zone démilitarisée entre Israël et la Syrie.

En même temps et sans que les israéliens ne le sachent, l’Union Soviétique a monté une campagne de désinformation poussant l’Égypte à se joindre à la Syrie contre Israël. A cette époque, les soviétiques fournissaient une aide militaire et économique à la fois en Syrie et en Égypte.

Le 13 Mai 1967, une délégation soviétique parlementaire s’est rendue au Caire et a informé les dirigeants Égyptiens qu’Israël avait concentré de onze à treize brigades le long de la frontière Syrienne dans le cadre de préparatifs pour un assaut de quelque jours, avec l’intention de renverser le gouvernement révolutionnaire Syrien. C’était un mensonge fabriqué par les soviétiques pour déstabiliser le Moyen-Orient. De fausses informations similaires avaient déjà été transmises à l’Égypte par les Soviétique, le 2 Mai 1967. Israël a réfuté ces accusations. Le secrétaire des Nations Unies, U Thant, a indiqué que les observateurs de l’ONU à la frontière Syrienne :

«… Ont vérifié l’absence de concentration de troupes et l’absence de mouvements militaires notables des deux cotés de la frontière Syrienne. »

Nasser a interprété les renseignements soviétiques comme une indication qu’il était temps d’attaquer Israël et que les soviétiques allaient les appuyer. Avec les États-Unis profondément distraits par la guerre du Vietnam, les soviétiques avaient des raisons de penser qu’il n’y aurait pas d’intervention américaine. Nasser a abandonné son ancienne prudence politique et a pris les devants pour une nouvelle agression contre Israël. La Syrie et l’Irak se sont joints avec enthousiasme aux préparatifs de guerre égyptiens, ce qui encouragea un élan de ferveur en faveur de la guerre dans tous les pays arabes.

Le 15 Mai 1967, jours du 19e anniversaire de l’indépendance d’Israël, les troupes égyptiennes commencèrent à se rassembler dans le désert du Sinaï, près de la frontière israélienne. Le 18 Mai 1967, les troupes syriennes étaient, elles aussi, prêtes pour la bataille le long des hauteurs du Golan. Le 16 Mai 1967, Nasser a demandé le retrait de la force d’urgence des Nations Unies stationnées dans le Sinaï depuis 1956. Les forces égyptiennes se sont déplacées jusqu’aux lignes de l’UNEF et ont commencé à harasser les positions de l’ONU. Sans porter la question à l’attention de l’assemblée générale, comme l’avait promis son prédécesseur, le secrétaire général U Thant s’est conformé à la demande de Nasser. Il s’agissait là d’une violation directe des conditions sous lesquelles Israël avait rendu le control du Sinaï à l’Égypte après la campagne du Sinaï. La force de l’ONU était censée protéger Israël de l’Égypte en cas de fermeture du détroit de Tiran ou en cas de lancement d’attaques terroristes depuis ce territoire.

Blocus du détroit de Tiran

En 1956, les États-Unis ont donné des assurances à Israël qu’ils reconnaissaient à l’État juif le droit d’accès au détroit de Tiran. En 1957, à l’ONU, 17 puissances maritimes ont déclaré qu’Israël avait le droit de transiter par le détroit. En outre, tout blocus violerait la convention sur les eaux territoriales et les zones contigües, adopté lors de la conférence des Nations Unies sur le droit de la mer du 27 Avril 1958. Néanmoins, lors de la nuit de 22 au 23 mai 1967, l’Égypte a fermé le détroit de Tiran à toute la navigation israélienne et à tous les navires à destination de Eilat. Ce blocus a coupé Israël de son unique voie d’approvisionnement avec l’Asie et a stoppé le ravitaillement de pétrole de son fournisseur principal, l’Iran. Nasser était pleinement conscient de la pression qu’il exerçait pour forcer la main à Israël dans le but de déclencher un conflit. Le lendemain de l’instauration du blocus sur le détroit de Tiran, il annonça sur un ton de défit :

« Les juifs menacent de faire la guerre. Je réponds : Bienvenue ! Nous sommes prêts pour la guerre. »

Le coup final qui a déclenché la guerre

Il est aujourd’hui prouvé que l’Égypte a été mise en garde par les États-Unis et l’Union Soviétique à la fin de mai 1967, que la guerre devait être évitée, malheureusement, l’élan de guerre présent chez les arabes était irréversible. Le Roi Hussein de Jordanie a signé un pacte de défense avec l’Égypte le 30 Mai 1967, en vertu duquel la Jordanie se joint à l’alliance militaire Égypto-Syrien de 1966. Le Roi Hussein a placé l’armée Jordanienne des deux cotés du Jourdain sous le commandement Égyptien. Il n’avait guère de choix puisque la Jordanie abrite 700.000 arabes palestiniens dont les émeutes en Novembre 1966 ont pratiquement anéanti le gouvernement du Roi Hussein. Le 4 Juin 1967, l’Iraq à aussi adhéré à l’alliance militaire Égypto-Jordano-Syrienne. Le président Irakien Abdur Rahman Aref a ajouté ces mots à la montagne de provocations :

« L’existence d’Israël est une erreur qui doit être corrigée. Voila notre occasion d’effacer l’ignominie qui a été avec nous depuis 1948. Notre objectif est clair – rayer Israël de la carte. »

Les forces armées dans les pays arabes ont été mobilisées. Israël est maintenant confronté à une force militaire arabe de quelque 465.000 soldats, plus de 2880 chars et 810 avions de dernière génération. Les armées du Koweït, d’Algérie, d’Arabie Saoudite et d’Irak ont contribué avec des troupes et de l’armement en faveur des Égyptiens, des Syriens et des Jordaniens.

Les forces israéliennes furent en état d’alerte pendant 3 semaines de tensions qui ont commencé le 15 Mai 1967, lorsque les israéliens ont su que l’Égypte avait concentré des forces militaires à grande échelle dans la péninsule de Sinaï, un état d’alerte qu’Israël ne pouvait pas maintenir indéfiniment. Le pays ne pouvait pas non plus accepter l’interdiction de la voie maritime dans le golfe d’Aqaba. Israël n’avait plus d’autre choix que d’agir. En situation de grande infériorité numérique et un armement militaire vieillissant, Israël se devait d’agir très vite et d’utiliser autant que possible l’effet de surprise. Israël ne pouvait attendre l’invasion arabe imminente, une situation potentiellement catastrophique. Le 4 Juin 1967, le conseil des ministres a autorisé le Premier Ministre et le Ministre de la Défense à se prononcer sur les mesures appropriées pour défendre l’État d’Israël.

 ______________________________

Voir aussi nos autres articles sur la guerre des 6 jours:

Qui a commencé les hostilités de la guerre des six jours ?

La guerre des six jours (1967) – Les pays arabes ne créent pas un état arabe palestinien

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Comments Comments Off on Qu’est ce qui a conduit à la guerre des six jours en 1967 ?

[ad]

L’une des organisations caritatives musulmanes qui a signé une lettre ouverte de soutien au Maire de Londres Ken Livingstone, pour soutenir sa campagne de maintient à la Mairie, fait l’objet d’une enquête par les services de sécurité britanniques et de la "charity Commission" à la suite d’allégations selon lesquelles elle est liée au financement du terrorisme.

L’association basée à Ilford, "Crescent Relief", a ses comptes bancaires gelés par les autorités depuis Aout dernier et jusqu’à nouvel ordre, a dit un porte parole de la commission aux charités. L’enquête met l’accent sur le fait que les fonds de la l’organisation caritative, ou les fonds levés en son nom, ont été utilisés illégalement. C’est une mesure temporaire et préventive que la commission a prise en gelant les comptes.

Les fonds ne peuvent pas être utilisés par l’organisation sans la permission expresse de la commission. Ken Dibble, le directeur juridique de la commission et du département des services de charité, a déclaré que qu’il travail avec les organismes légaux gouvernementaux pour faire toute la lumière sur les allégations d’abus terroristes du "Crescent Relief". Ces allégations sont très graves et nous prenons toutes les mesures pour protéger les fonds de la charité alors que l’enquête est en cours. A ce stade d’une enquête complexe et délicate, il est difficile de dire combien de temps notre recherche va prendre.

Les objectifs de l’organisation caritative musulmane "Crescent Relief" tels qu’ils sont énoncés dans le registre de la commission des charités, sont le soulagement des personnes souffrant de difficultés financières, de maladie ou de détresse, ou qui sont dans le besoin, en particulier les réfugiés et les personnes déplacées en provenance d’Azad – Kashmir ou du Pakistan, ainsi que ceux qui ont été victimes de catastrophes naturelles et humaines et l’avancement de l’éducation de ces personnes.

Pendant ce temps, la commission a déclaré qu’elle enquête sur une éventuelle violation de ses règlements par les organismes de bienfaisance musulmans qui ont déclaré leur soutien à M. Livingstone, à tous les niveaux, concernant son éventuelle réélection en tant que Maire de Londres. Un porte parole de la commission aux charités a dit qu’ils cherchaient à voir quelles actions seraient nécessaires, le cas échéant, de leur part. Un officiel de la commission a interdit aux organisations caritatives de soutenir un parti politique. Si un organisme de bienfaisance avalise un parti, cela signifie qu’il souscrit à la politique de ce parti sur toutes sortes de choses qui n’ont rien à voir avec les objectifs de la charité.

C’est la raison pour laquelle les charités ne peuvent pas utiliser leurs ressources pour soutenir des candidats aux élections, dit le règlement. Dans une lettre ouverte publiée dans le journal "Guardian", 63 signataires musulmans dont 16 organismes de bienfaisance musulmans ont déclaré : « Nous les soussignés estiment qu’il est dans le meilleur intérêt de la communauté musulmane de Londres, et de ce fait de tous les Londoniens, du retour de M. Livingstone lors de l’élection du Maire de Londres. »

Elles louent aussi l’attitude de M. Livingstone concernant sa position au Moyen-Orient. Il est le champion de la liberté pour les palestiniens et pour le retrait des troupes d’occupation en Irak, ont-ils dit. Le Maire de Londres, Ken Livingstone, a eu plusieurs frictions avec la communauté juive de Londres, notamment après avoir traité à plusieurs reprises un journaliste dont les parents sont morts en déportation, de nazi. Il fut aussi montré du doigt à plusieurs reprises, notamment après les attentats terroristes de Londres, pour ses liens avec de imams radicaux a qui il a ouvert les bras à plusieurs occasions.

Tags: , , , , , , , , , ,

Comments Comments Off on Des organisations musulmanes caritatives britanniques soutenant le maire de Londres Ken Livingstone sont accusées d’avoir des liens avec le terrorisme.

[ad]

Dans les principales villes israéliennes, Tel-Aviv, Haïfa et Jérusalem, des festivals religieux et culturels avaient réunis Chrétiens, Musulmans et Juifs pour les fêter ensemble l’arrivée de la nouvelle année 2008.

Tel Aviv-Jaffa, le "Festival des Trois Fêtes" avait célébré le Noël Chrétien, le Hanouca juif et la fête musulmane du Sacrifice (Aïd Al-Adha). Spectacles, théâtre de rue, ateliers artistiques, visites guidées etc., autant d’activités qui ont rapproché, durant quelques jours, les trois religions monothéistes. C’est aussi une fois par an, en décembre, que le festival « Holiday of Holidays » (la "Fête des Fêtes") à Haïfa célèbre la fête juive de ‘Hanouca, l’Aïd musulman et le Noël chrétien.

Le programme était riche : expositions, concerts, folklore et spectacles de rue. Ce festival-phare de la ville de Haïfa est devenu un symbole de la coexistence multiconfessionnelle et de la tolérance entre les communautés religieuses d’Israël. A Jérusalem, le "YMCA Festival" avait célébré les fêtes religieuses par un programme culturel intitulé "A Celebration of Culture and Coexistence".

Des concerts, spectacles et ballets ont mis en scène des troupes d’artistes juifs et arabes. Cela n’est pas étranger à Israël regroupe quelque 7 millions de personnes vivant aujourd’hui en Israël, dont plus de cinq millions sont des juifs et les autres des Arabes pour la plupart. Ce pays s’est toujours distingué par une extrême diversité des modes de vie : religieux ou laïc, moderne ou traditionnel, urbain ou rural, communautaire ou individuel. Ces festivités de fin d’années nous ont rappelés, encore aujourd’hui, que la société israélienne demeure fidèle à la Déclaration d’Indépendance de l’État d’Israël.

On y parle d’un État qui ne fait pas de différence entre les races et les religions. La force du peuple juif, c’est de démontrer que l’on peut être un peuple tolérant malgré de graves persécutions commises de la part des autres religions (notamment l’Islam). Où voyons-nous un peuple qui fut aussi déporté, exilé et menacé, et qui reste pourtant tolérant et clairvoyant envers les autres ? Trouvez-moi un Peuple qui ait survécu aujourd’hui comme le Peuple Juif grâce à sa capacité de pardonner ?

Ainsi Israël, à travers la diversité de sa population et de ses modes de vie, avait célébré le cycle des fêtes des trois religions, tout en soulignant l’identité juive du pays et sa centralité pour le judaïsme. Dans le cadre de ce "Rassemblement des exilés" les juifs, qui sont arrivés avec les traditions de leurs communautés respectives ainsi que certains aspects des cultures des pays au sein desquels ils vivaient depuis des siècles, sont les seuls qui maîtrisent cet art de vire ensemble.

C’est la raison pour laquelle la population juive d’Israël, bien qu’une par une foi et une histoire communes, se caractérise aujourd’hui par cette grande diversité et tolérance. Il en résulte une société de style en partie occidental, en partie d’Europe orientale, en partie moyen-oriental mais surtout israélien. A la porte du Moyen Orient, au carrefour de l ‘Europe, de l ‘Asie et de l’Afrique, se lève avec fierté, depuis 60 ans, un « Petit Pays Grand comme le Monde » : Israël, que nous cessons pas de l’aimer chaque jour de plus en plus. Israël, Terre d’Histoire et de Culture, Terre Biblique, Pays de Soleil, Terre de tolérance reste le lieu de tous les dialogues au cœur du Proche Orient. Israël est un pays dont la symbiose des cultures, religions et civilisations, est devenu l’image de marque même du pays. Présentant nos meilleurs vœux pour Israël ……. 2008 Souhail Ftouh, Tunis, ami d’ISRAEL

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Comments Comments Off on ISRAËL : Une Terre de Tolérance

Le nombre de chrétiens à Bethléem est en chute vertigineuse depuis une vingtaine d’années. Pour beaucoup de détracteurs de l’état d’Israël, la cause de la misère des chrétiens de Bethléem est la barrière de sécurité entre Israël et les palestiniens.

Il est important de préciser ici un fait important : la barrière de sécurité est justifiée à 200%. Tous les Israéliens et les voyageurs qui se sont rendus en Israël ont vu la différence entre ce qui se passait avant et après la construction de cette barrière. Peut être que vous êtes parmi ceux qui ont senti la fumée âcre des autobus qui brulaient, remplis d’enfants et de voyageurs, dans les rues de Jérusalem ? Peut être avez vous été le témoin du nettoyage des flaques de sang sur le sol des rues commerçantes ou que vous avez entendu les pleures des mères sur les tombes de leurs enfants, victimes du terrorisme palestinien?

La barrière devait être construite. Au fur et à mesure de sa construction, il y a eu une diminution concomitante des attaques terroristes contre les Israéliens.

Il faut reconnaitre que la sécurité qu’offre cette barrière a parfois eu des effets regrettables sur les populations vivant sur le trajet de sa construction ; comme certaines personnes ne pouvant plus se rendre à leur travail, des familles divisées, des terrains coupés en deux ou simplement le paysage dégradé. Mais il y a une autre face à cette histoire que les détracteurs d’Israël devraient prendre en compte.

Ils oublient de mentionner que la barrière de sécurité n’est pas la cause du déclin du tourisme à Bethléem mais que c’est le résultat de tirs constants depuis des maisons palestiniennes de Beit Jala, ville voisine de Bethléem, en direction des habitations juives de la ville de Gillo à Jérusalem. C’est seulement à ce moment qu’Israël a utilisé son droit de défense de ses citoyens (juifs, chrétiens et musulmans) en réponse aux agressions palestiniennes.

Ces mêmes correspondants oublient de mentionner d’autres facteurs pourtant majeurs contribuant au déclin de la communauté chrétienne de Bethléem.

Si vous croyez les médias internationaux, ils se reposent sur le seul argument qui est que les pauvres palestiniens ne cessent de souffrir, tout comme leurs voisins musulmans. Le symbole même de la chrétienté, l’église de la nativité, est devenu synonyme de la lutte palestinienne.

Peut être qu’il est temps que les médias, que la communauté internationale, que les bénévoles pour la paix, et surtout que l’église se réveillent et prennent note de la réalité et non plus de cette fable.

Les chrétiens n’ont pas commencé à quitter Bethléem avec l’arrivée de la barrière de sécurité qui n’est que très récente, mais avec l’inauguration du retour de Yasser Arafat. Il y a vingt ans, la ville était à majorité chrétienne. Ils ne sont aujourd’hui plus que 10 à 15 % de la population et beaucoup de ceux qui sont encore à Bethléem craignent quotidiennement pour leur vie. Ils n’ont pas peur des soldats Israéliens mais bien des couteaux et autres armes que leurs réservent leurs chers voisins de quartier.

Une église en particulier est régulièrement attaquée. Les familles qui s’y rendent en masse lors du jour de Noël ont été menacées de mort et la plupart des membres connaissent directement quelqu’un qui a été attaqué en raison de sa croyance religieuse.

A Gaza un employé d’une libraire de livres chrétiens, Rami Ayyad, fut brutalement assassiné il y a quelques semaines, alors qu’il rentrait chez lui, en raison de son appartenance religieuse. Lire le témoignage de sa femme, chrétienne de Gaza.

Les chrétiens vivants de part et d’autre du Moyen-Orient (à l’exception d’Israël) marchent sur des œufs. Des communautés entières sont sur le point de disparaitre. Ils sont tués en Turquie, persécutés en Égypte, leur droit de culte refusé en Arabie Saoudite et n’ont pas d’autre choix que de fuir l’endroit même ou Jésus et la chrétienté sont venus au monde.

Il ne s’agit en rien de la barrière de sécurité, il s’agit du clash de civilisations et si la chrétienté tient un minimum à maintenir sa place comme la première religion du monde, ses leaders feraient bien de se réveiller.

Dans une dizaine d’années, la communauté chrétienne de Bethléem pourrait être reléguée à une note en bas de page d’un livre d’histoire. Pour tous ceux qui croient en la vérité et que pour chaque histoire il y a deux versions, Bethléem devrait avoir au moins le droit de conserver sa nature chrétienne. Que vous approuviez ou pas le récit chrétien, il a quand même le droit d’être raconté.

Tags: , , , , , , , , , , , , ,

Comments Comments Off on La population chrétienne de Bethléem est en fuite. Quelle en est la raison ?

Par Paul Sheehan, Article paru dans le Sydney Morning Herald du 1er janvier 2007.
Traduit par Albert Soued pour www.nuitdorient.com ©

Préambule du traducteur

En dehors de tout préjugé et de toute idée préconçue, ce journaliste, qui doute de la possibilité de créer un état souverain arabe en Palestine et de sa viabilité, oublie de mentionner 2 causes de cet échec. Nous partageons par ailleurs les principales conclusions de son article, sous réserve des notes en fin de traduction.

En 1er lieu, aucun état arabe du Moyen Orient gouverné plus ou moins dictatorialement – et ils le sont tous – ne peut accepter une Palestine démocratique, craignant la contagion. Les Palestiniens arabes l’ont enfin compris et ont élu un gouvernement islamiste pouvant être accepté par les voisins arabes. Mais là l’Occident est réticent à l’accepter, et Israël est totalement opposé du fait que ce nouveau régime totalitaire ne reconnaît pas aux Juifs le droit d’avoir un état souverain au Moyen Orient.

Le 2ème cause est qu’une nation arabe palestinienne est virtuelle, une invention de l’Occident, cette nation se confondant sur le plan ethnique avec ses voisins arabes (Syrie, Egypte, Jordanie, Arabie et même Yémen). Il n’y a jamais eu dans l’Histoire de nation palestinienne autre que Juive, dont la renaissance en 1948 s’est faite sous le nom d’Israël.

Et malgré les efforts d’Arafat de créer cette nation arabe palestinienne, artificiellement, en lieu et place d’Israël, le résultat a été un échec cuisant, comme le reconnaît l’auteur de l’article qui suit. Les tribus arabes de la région sont incapables de former une nation homogène et unie, en dehors de la férule d’un chef autoritaire (cf Saddam Hussein en Irak ou Moubarak en Egypte ou les Al Assad en Syrie) ou de l’ombrelle d’une monarchie islamique (cf Jordanie, Arabie, émirats)

C’est pourquoi l’avenir des arabes de Gaza et de Judée-Samarie réside dans leur rattachement à 2 états voisins, l’Egypte pour ceux de Gaza et la Jordanie pour ceux de Judée-Samarie. A moins qu’ils ne se complaisent dans l’anarchie et le chaos actuel “ad vitam eternam”. Ce qui est un avenir pratiquement assuré, puisqu’il est financé et géré par l’Onu, l’Europe et les nations arabes. Elever des gens dans la haine de l’autre, les nourrir, les éduquer, les soigner, les considérer comme des réfugiés jusqu’à la nième génération, c’est “un destin merveilleux” conçu par des nations soi-disant évoluées pour des gens moins évolués, mais consentants.

Albert Soued

Trois jeunes frères, Salam 4 ans, Ahmed 7 ans et Osama, 9 ans ont été abattus à l’extérieur de leur école le matin du 11/12/06. Ils venaient d’arriver en voiture quand ces 3 enfants et leur chauffeur sont morts mitraillés de plusieurs rafales; quatre autres enfants ont été blessés à l’extérieur. C’était une tentative d’assassinat du père des enfants, Bala Ba’lousheh, qui a échoué, car il n’était pas dans le véhicule. L’homme visé est un dirigeant du Fatah, appartenant au service d’information de l’Autorité Palestinienne à Gaza. Les assaillants ont été repérés comme des hommes du Hamas, parti politique rival au pouvoir. Après la fusillade, il y eut des manifestations et dans les 48 heures, un éminent chef du Hamas a été tué en représailles.

On n’est pas loin de la guerre civile entre les 2 factions rivales qui se disputent le pouvoir. Et cette blessure ouverte fait la une des médias, partout dans le monde, bien que personne ne soit concerné par le sujet, en dehors des protagonistes.

Il faut ramener les choses à leurs dimensions réelles et laisser de côté les préjugés et les idées préconçues sur la question de la Palestine. Laissons de côté les préjugés habituels à l’égard des Juifs ou des Arabes, l’Holocauste et l’antisémitisme arabe, les espoirs et les jugements et regardons en face sur le terrain les résultats de 60 ans de conflit, sans émotion. Il n’y a aucune chance de créer un état arabe souverain et viable en Palestine, pas dans cette génération, pas dans l’avenir.

Depuis la création d’Israël en 1948, à chaque occasion offerte par l’histoire, la rhétorique arabe a pris le dessus sur le pragmatisme. Et le résultat a été l’amoindrissement effectif de la position palestinienne.

En 1948, en gros 700 000 arabes palestiniens -chiffre conteste et inexact -(1) ont écouté les recommandations de leurs frères arabes et ont fui leur maison. Résultat ? La situation des Palestiniens avant 1948 est plus enviable que celle d’aujourd’hui.

En 1967, Israël a été envahi par ses voisins arabes lors de la guerre des Six Jours. Résultat: les Arabes ont perdu le contrôle de Jérusalem-est et les Arabes de Palestine sont passés d’une juridiction souveraine arabe (Egypte pour Gaza, et Jordanie pour la Judée-Samarie) à celle d’un “occupant” Israélien (2).

En 1982, après que les Palestiniens eurent allumé les étincelles de la guerre du Liban, Israël a envahi le Liban et l’armée jordanienne a attaqué l’OLP (organisation de libération de la Palestine). Résultat ? Les Palestiniens ont été anéantis au Liban et en Jordanie et Israël a consolidé sa position en Cisjordanie.

En 1987, la 1ère intifada a commencé sous l’instigation de Yasser Arafat, et les Israéliens ont commencé à subir les attentats-suicide. Cela a duré 5 ans. Résultat ? De nouveau Israël a amélioré ses positions en Cisjordanie où des zones militaires ont été créées.

En 2000, Arafat lance la 2ème intifada en réponse aux dernières offres israéliennes de paix, suite aux accords d’Oslo. Elle dura 6 ans. Résultat ? Aujourd’hui il est impensable que les Palestiniens obtiennent ce qui leur a été offert par Ehoud Barak en 2000, Israël a encerclé Jérusalem par des implantations et a construit un mur de séparation.

En 2006, défendant la cause palestinienne, le Hezbollah libanais a provoqué Israël et déclenché une guerre, pendant que les factions du Hamas au pouvoir lançaient des roquettes et des missiles sur Israël à partir de Gaza évacué par les Israéliens. Résultat ? 175 Israélien tués par le Hezbollah et plus de 1500 Libanais tués, le Hezbollah ayant perdu son contrôle militaire sur le Liban-sud, et ses positions stratégiques (3). En Cisjordanie, la barrière de sécurité devient encore plus efficace, avec un contrôle plus contraignant, arrêtant les attentats-suicide mais empiétant sur des zones arabes. D’après Betselem, centre d’information sur les droits de l’homme, en 2006 1065 Palestiniens et 23 Israéliens ont été tués (4).

Personne n’aime la barrière de sécurité en Israël. Khaled Abou Toameh journaliste au Jerusalem Post dit “Ce mur est une tragédie, une mauvaise chose, résultat direct de l’intifada d’Arafat. Il sera le mur de lamentations pour les 2 côtés et je ne suis pas du tout optimiste!” (5)

J Carter est un critique visible de ce mur qu’il décrit ainsi dans son dernier livre “Palestine, paix sans apartheid”: “Un énorme mur de prison est en cours d’achèvement, il serpente à travers ce qui reste de Palestine, pour offrir plus de terres aux implantations israéliennes. Il est plus oppressif que ce que les Noirs ont enduré comme apartheid en Afrique du Sud” (6)

Comparez cette communauté encerclée à ce qu’elle était il y a 20 ans, avant les intifadas. La main d’oeuvre palestinienne était intégrée à l’économie israélienne, se déplaçant librement en Israël. Il y avait un système éducatif et de santé décent, les universités et les services du gouvernement fonctionnaient, la corruption était minimale, et l’espérance de vie était passée de 47 sous gestion arabe à 68! Puis vinrent le Fatah et Arafat. Abou Toameh parle du Fatah “C’est la mafia, responsable de toute l’anarchie en Cisjordanie, c’est un monstre!” Il n’en pense pas moins du Hamas, bien qu’il soit moins corrompu plus compétent et plus pragmatique. Il pense que l’Occident s’est trompé en finançant le Fatah et en lui faisant confiance; la transition vers le Hamas a aussi été mal gérée.

“Du côté musulman vis-à-vis d’Israël, le message a toujours été Non! Non! et Non! Ils citent toujours le Coran “Dieu est du côté des patients…”

Et qu’est ce que la Cisjordanie aujourd’hui? 6 villes arabes, 2 camps de réfugiés 150 villages, une série de cantons sans base économique. Et Gaza? Une horreur!”

Et Israël? Malgré toutes les guerres imposées par les pays arabes, la terreur qui dure depuis toujours et les menaces d’annihilation, et malgré les nombreuses divisions internes, Israël est devenue une nation économiquement musclée, avec plus 7 millions d’habitants et un PNB supérieur à tous ses voisins, y compris l’Arabie Saoudite. La population juive est passée de 600 000 à 5,3 millions, avec un taux de natalité supérieur à celui de l’Europe. Israël a le taux le plus élevé au monde d’ingénieurs per capita et le high tech le plus développé.

Israël ne peut pas se permettre un missile tiré sur un avion décollant de l’aéroport de Ben Gourion, un des plus modernes au monde. 60 ans de “Non!” arabe a mis fin à tout espoir d’état arabe palestinien. Ce pion a été sacrifié sur un plus large échiquier.

Notes

(1) on compte 650 000 réfugiés entre 1948 et 1967

(2) en 1948, 5 armées arabes avaient envahi aussi le nouvel état d’Israël. La Judée -Samarie fait partie de la patrie retrouvée, de la Terre d’Israël, dans le Judaïsme traditionnel.

(3) le Hezbollah a reconstitué à ce jour son potentiel militaire, grâce aux fournitures Iraniennes et à la Syrie

(4) la plupart des Palestiniens tués sont des terroristes ou leurs chefs, les Israéliens sont des victimes de la terreur

(5) la barrière de sécurité est opaque (un mur) sur un faible pourcentage de son parcours (moins de 5%)

(6) Jimmy Carter est un anti-israélien notoire, car impliqué dans des affaires dans les pays arabes

© www.nuitdorient.com par le groupe boaz,copyright autorisé sous réserve de mention du site

Tags: , , , , , , , , , , , , , ,

Comments Comments Off on Un état souverain arabe palestinien? Aucune chance!

Alors que l’autorité palestinienne annonce en anglais son intention de résoudre le conflit au moyen orient en étant pour la création de deux états, cette même autorité palestinienne tient à son peuple, en langue arabe, un discourt bien différent. En effet, en arabe, les leaders palestiniens définissent Israël comme étant tout simplement la Palestine et promettent à leurs concitoyens sa destruction et l’annihilation des juifs. Un nouveau clip vidéo diffusé des dizaines de fois chaque jours et produit par le Fatah (qui contrôle la TV palestinienne) promet avec beaucoup de passion “mère” chaque ville israélienne sera “libérée” car son identité est “arabe” et “palestinienne”.

TV palestinienne chante la destruction d’IsraelNous allons libérer le pays… qui est arabe dans l’histoire et dans l’identité. La Palestine est arabe dans l’histoire et dans l’identité

Pour être certain que personne ne limite ce que sera le futur état “la Palestine libérée” une chanson définie l’étendue des villes palestiniennes, incluant la totalité d’Israël.

Depuis Jérusalem et Acre et depuis Jaffa et Jéricho et Gaza et Ramallah – Depuis Bethléem, et Jaffa et Beersheba et Ramallah – Et depuis Nablus jusqu’à la Galilée, et depuis Tibériade jusqu’à Hébron

C’est significatif non seulement parce que la chanson est diffusée sur une chaine du Fatah qui est l’interlocuteur d’Israël mais aussi car la répétition constante de ce clip promet la destruction d’Israël alors qu’au même moment le monde travail sur la conférence pour la paix d’Annapolis.

L’autorité palestinienne d’Arafat était déjà notoire pour sa duplicité. Yasser Arafat divulguait ses réelles intentions et croyances seulement en arabe, alors qu’en anglais, il disait qu’Israël et l’ouest devaient entendre pour maintenir ce qui est reconnu aujourd’hui comme un simulacre trompeur de processus de paix. Arafat a réussi en obtenant d’Israël tout ce qu’il demandait. Israël a payé cher sa confiance dans les discours en anglais de Yasser Arafat, avec plus de 1000 morts et des dizaines de milliers de blessés dans les territoires sous contrôle de l’autorité (terroriste) palestinienne.

Le leader de l’actuelle autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, était le bras droit de Yasser Arafat et son partenaire durant cette première période de duplicité. A Israël, aux États-Unis et au monde, en anglais, Abbas parle de paix. A son peuple, en arabe, à travers la TV et les livres scolaires, il profère la haine des Juifs et la destruction de l’état d’Israël. Abbas est-il en train de suivre la tactique d’Arafat ? C’est à Israël et au monde de vérifier tout cela avant d’aller plus loin.

Lien vers la vidéo en question: http://www.youtube.com/watch?v=QrlcVQo0kdg

Tags: , , , , , , , , , , , , , , ,

Comments 1 Comment »

Bienvenu à tous. L’objectif de ce site est d’envoyer un message positif dans le monde. Ce site est destiné aux juifs et aux non juifs dans le but d’équilibrer un peu le message erroné qui circule sur la communauté.
Ce n’est pas une tache simple mais je souhaite de tout cœur être en mesure d’apporter ma part de contribution à l’édifice de la vérité.
Nous espérons tous un jour la paix et la sécurité au moyen orient et dans le reste du monde.
C’est à chacun de nous d’y contribuer à son niveau. Si vous souhaitez participer à l’écriture de ce site, je vous invite donc à prendre votre plume et à vous inscrire pour écrire vos propres articles.

Tags: , , , ,

Comments Comments Off on Le site Identité Juive vient d’être lancé