| More

Posts Tagged “occupation”

[ad]

Les représentants de la communauté juive sont inquiets concernant une conférence des Nations-Unies Unies à l’agenda officiellement antiraciste, mais qui risque d’etre utilisée pour promouvoir la haine envers Israel.

Lors de la conférence de l’ONU à Durban en 2001, portant sur les droits de l’homme, les organisations juives internationales ont été choquées par le degré d’agressivité antisioniste. Une conférence similaire doit se dérouler à Genève en avril 2009.

Des représentants de la communauté juive à travers le monde ont exprimé leur inquiétude après avoir participé a une pre-conference ce mois-ci qui avait comme objectif de discuter l’agenda de la conférence d’avril prochain.

"Nous sommes préoccupés par le fait que la conference va probablement diffuser des documents qui sont inaxeptables pour la communaute juive" a dit Elizabeth Harris, coordinatrice du JHRC (Jewish History Resource Center) pour le Royaume Uni, ainsi que Sam Cohen, directeur des députés du "Jewish Leadership council".

Leur inquietude concerne un document presenté par le departement d’Asie des Nations-Unies.

Ce document se réfère à la "situation tragique des réfugiés palestiniens et des personnes deplacées, qui ont été forcés de quitter leurs foyers à cause de la guerre et des politiques raciales de la puissance occupante – et qui sont empêchés de retourner chez eux et de retrouver leurs biens en raison d’un droit au retour fondé sur des bases racistes".

Le document appel également la communaute internationale à proteger les Palestiniens sous occupation israelienne "contre les agressions, les actes de racisme, le refus des droits de l’homme ainsi que le refus de leur droit à l’autodetermination".

Le JHRC a cependant exprimé sa satisfaction concernant la position de l’Europe – et en particulier de la grande-Bretagne qui a déclaré que "toute tentative de minimiser ou de nier l’Holocauste serait inaccdeptable, ainsi que de renégocier les accords sur la lutter contre l’antisémitisme".

Tags: , , , , ,

Comments 1 Comment »

[ad]

Les médias français sont décidément toujours aussi manipulateurs. J’étais assis devant mon ordinateur il y a quelques minutes pour faire une recherche sur Google avec comme sujet la guerre des 6 jours. J’ai donc tapé la phrase ‘la guerre des 6 jours’ dans la fenêtre Google. La première place va à Wikipedia, jusque la tout est normal et la deuxième au journal ‘le monde diplomatique’. Quelle ne fut pas ma surprise, après avoir cliqué sur le lien du journal ‘le monde diplomatique’, je suis dirigé vers une page presque vide avec simplement une carte et quelques mots de texte. http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/procheorient1967 Voici le texte complet : Le 5 juin 1967, Israël attaque l’Egypte. A la suite d’une guerre éclair de six jours, l’État hébreu occupe le Sinaï, le Golan, la Cisjordanie, Gaza et Jérusalem-Est. Bien évidement la carte illustre ces propos avec toutes les flèches qui montrent l’avancée de l’armée israélienne. (Donc si je comprends bien, Israël a agressé l’Égypte dans le but de coloniser les terres égyptiennes, c’est ça ?) C’est tout, il n’y a rien d’autre sur la guerre des 6 jours, sauf quelques liens au bas de la page comme : ’Colonisation grandissante à Jérusalem-Est’, ‘Maale Adumim, colonie symbole en Cisjordanie’, ‘territoires occupés’ ou encore ‘Le Golan annexé et le Liban sud occupé par Israël’. Aucun lien vers des pages relatant la guerre des 6 jours ! Ce que je trouve étrange c’est que Google référence en deuxième position une page quasi vide alors que nous savons tous que le contenu est primordial pour se trouver en première page. De plus, cette page fait parti de la section cartographie du journal ‘le monde diplomatique’, j’ai donc décidé de visiter le site plus en profondeur. Je fais donc la recherche suivante: ‘la guerre des 6 jours’ dans leur site. Enfin, je trouve un article plus intéressant intitulé : ‘Il y a quarante ans, la guerre des 6 jours, une semaine décisive’. Enfin je pensais trouver des informations dignes de ce nom. Voici l’article complet (‘le monde diplomatique’): (http://www.monde-diplomatique.fr/2007/06/A/14840) 5 juin. L’aviation d’Israël bombarde, dès 7 h 45 du matin, les aéroports de l’Egypte, dont elle détruit la quasi-totalité de l’aviation. 6 juin. L’armée de terre israélienne occupe la bande de Gaza, et ses blindés pénètrent dans la péninsule du Sinaï. 7 juin. Israël achève la conquête de la rive ouest du Jourdain et s’empare de la vieille ville de Jérusalem (qu’il annexera le 27 juin). 8 juin. Les blindés israéliens parviennent au canal de Suez. Le Caire capitule. 9 juin. Israël se retourne contre la Syrie et, au terme de durs combats, occupe le Golan jusqu’à la ville de Kuneitra. Nasser démissionne, avant de se rétracter le lendemain, à l’appel de centaines de milliers de manifestants. 10 juin. Fin des hostilités. Israël a multiplié son territoire par quatre, et quatre cent mille nouveaux réfugiés palestiniens ont traversé le Jourdain. Le journal persiste et signe, Israël est l’agresseur et les arabes sont les victimes. Je me pose alors une question, si le monde veut vraiment la paix, alors pourquoi tant de mensonges ? Pourquoi ne pas relater les faits tels qu’ils se sont produits ? Israël s’est défendu contre 7 pays qui avaient l’objectif déclaré publiquement de faire disparaitre Israël de la carte, de « jeter les juifs dans la mer ». La réponse est simple, l’objectif affiché de telles manipulation est de créer un sentiment de haine envers Israël et les israéliens. Qui n’éprouverai pas du dédain à la lecture de tels articles? Si vous voulez vraiment savoir comment s’est déroulée la guerre des 6 jours, visitez le lien suivant : La guerre des 6 jours.

Tags: , , , , , , , , , , ,

Comments Comments Off on La guerre des 6 jours vu par le journal ‘Le monde diplomatique’

[ad]

La question des « réfugiés arabes » a longtemps et largement été discutée en Israël, avec des partis politiques de tout bords et même de gauche déclarant qu’autoriser plus d’arabes à entrer en Israël mettrait en péril l’existence même de l’état juif. Un rapport affirme que le Premier Ministre Ehoud Olmert a accepté d’autoriser 50,000 arabes qui ont quitté Israël en 1948 – ou sont des descendants de ceux qui sont parti – de revenir s’installer et vivre en Israël.

Pour un rappel historique sur les raisons du départ des arabes d’Israël en 1948, visitez la page : la guerre d’indépendance de 1948.

La chaine TV 10 israélienne a indiqué jeudi soir, que dans une réunion privée entre Olmert et le président de l’Autorité Palestinienne Abou Mazen, les deux ont convenu que dans l’accord sur le statut final de l’État palestinien, Israël se retirerai de 92% de la Judée-Samarie, incluant Jérusalem-est. Il a également été convenu que 50,000 "réfugiés" de 1948 devraient entrer vivre dans l’état d’Israël.

Des employés travaillants dans les bureaux d’Olmert n’ont pas nié le rapport et ont même laissé entendre qu’il était au moins partiellement exact. Olmert est allé plus loin que Bush. Le président américain Bush a résumé sa visite de trois jours en Israël, ce vendredi, en disant qu’un nouvel État palestinien et une compensation financière serait la solution au problème des réfugiés. L’implication serait que les réfugiés n’ont pas besoin d’entrer en Israël. « Il faut mettre fin à l’occupation israélienne qui a commencé en 1967 » a déclaré Bush. « La Palestine doit servir de foyer national pour les palestiniens et Israël pour les juifs. »

Israël a libéré la Judée-Samarie pendant la guerre des 6 jours, ne la capturant de personne ! Aucun pays au monde excepté la Grande Bretagne et le Pakistan ne reconnaissait le contrôle de la Jordanie sur la Judée-Samarie entre 1948 et 1967.

Liban : l’argent de suffit pas ! Le premier ministre libanais Fouad Seniora n’accepte pas la position de Bush sur les réfugiés arabes. Seniora a dit que l’argent seul ne suffit pas, et que son pays va continuer à refuser d’accorder la citoyenneté aux 400,000 "réfugiés palestiniens" vivant à l’intérieur de ses frontières. Le nombre d’arabes qui ont quitté Israël en 1948 a été estimé à environ un demi million, mais plusieurs millions aujourd’hui réclament le "droit au retour" (expression juive désignant le droit au retour en terre d’Israël, reprise par les arabes palestiniens pour leur propre compte). Le Hamas, lui aussi, se refuse à accepter toute solution autre que le "retour massif" à Israël des millions d’arabes qui disent qu’ils ont été, ou que leurs ancêtres ont été, forcés de quitter Israël en 1948.

Le Premier Ministre terroriste du Hamas à Gaza, Ismail Haniyeh, dit que Bush va bientôt quitter la scène politique alors que les exigences du Hamas perdureront à jamais : « Un État palestinien dans les frontières d’avant 1967 avec Jérusalem comme capitale, la destruction de toutes les colonies juives, la libération de tous les prisonniers palestiniens, le "droit au retour" de tous les "réfugiés" palestiniens et la poursuite de la stratégie de ne pas renoncer à un seul centimètre du territoire de Palestine. »

Les arabes nient le problème des réfugiés. On oubli souvent que le problème des réfugiés ne fut pas causé par Israël mais par les États arabes eux-mêmes. « Les Etats arabes encouragèrent les Arabes de Palestine à quitter temporairement leurs demeures afin de ne pas gêner l’avancée des armées arabes » (dont le but était de massacrer les juifs), selon le journal Jordanien Filastin (19 février 1949).

Joan Peters, dans son ouvrage classique, "From Time Immemorial", décrit page 13 que l’institut (arabe) des études palestiniennes à découvert que « la majorité des réfugiés arabes de 1948 n’ont pas été expulsés par Israël et que 68% sont partis sans jamais voir un seul soldat israélien ». Le 27 avril 1950, le comité national arabe de Haifa a informé les États arabes : « la levée des habitants arabes … était volontaire et fut réalisée à notre demande… La délégation arabe a fièrement demandé l’évacuation des arabes et leur expulsion des pays arabes voisins » en vu de laisser la place aux armées arabes pour massacrer les juifs. Zuheir Muhsein, le chef du département militaire de l’OLP de Yasser Arafat et membre de son conseil exécutif a déclaré au quotidien néerlandais "Trouw" en mars 1977, « le peuple palestinien n’existe pas. La création d’un état palestinien n’est qu’un moyen pour poursuivre notre lutte contre l’état d’Israël pour notre unité arabe… seulement pour des raisons politiques et tactiques, nous devons parler aujourd’hui d’un "peuple" palestinien… pour s’opposer au sionisme. »

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , ,

Comments Comments Off on Selon un rapport : Olmert accepte que 50,000 arabes “réfugiés” viennent s’installer en Israël