| More

Posts Tagged “violence”

ZaraMart

Jeune palestinienne denonce le HamasUne fillette palestinienne qui dit avoir perdu sa soeur de 4 ans samedi durant les attaques aériennes israéliennes blâme le Hamas pour cette flambée de violence, en faisant une déclaration en direct sur la chaîne de télévision du groupe terroriste.

"Nous étions en train de dormir, 7 filles dans la chambre. Nous étions endormies et ne savions pas ce qui se passait. Le matin, les briques recouvraient ma tete et les tetes de toutes mes soeurs.. My soeur de 4 ans était morte a côté de moi" a déclaré la jeune fille en direct sur la chaîne de télévision du Hamas : Al Asqua TV.

"Combien etiez-vous ?" demanda l’interviewer du Hamas à la jeune fille.

Elle repondit: "Sept. Dans l’autre chambre étaient ma mère, mon pere, mon jeune frère et une autre soeur âgée de 13 jours".

"Je dis, le Hamas est responsable, en premier lieu, de toutes les guerres – C’est le Hamas" déclara-t-elle, a la grande surprise du reporter. Les responsables de la chaîne ont immédiatement coupé cour à l’interview.

Hier, Israel a frappé de multiples cibles du Hamas à Gaza, focalisant sur les installations militaires de l’organisation terroriste, les camps d’entraînement, les stocks d’armes et les bureaux du groupe. Etaient aussi ciblés les tunnels clandestins de passage d’armes entre la frontière de Gaza avec l’Egypte.

Israel à confirmer que 15 civiles avaient été tuées entre samedi et dimanche, un nombre très different de celui avancé par le Hamas.

En premier lieu, le porte-parole du Hamas de declaré aux medias occidentaux que les deux tiers des décés étaient civils, mais le groupe a ensuite admi qu’au moins 180 membres du Hamas avaient été tués. Israel a declaré que la grande majorité des victimes sont des membres du Hamas.

Les forces de Defense Israelienne ont fait très attention de minimiser les pertes civiles. Israel à mener ses opérations à des moments durants lequels les dommages collatéraux seraient minimums concernant les populations civiles. L’IDF a envoyé a plusieurs reprises des messages en arabe aux résidents de Gaza pour prévenir les civils qui résidents dans les zones militaires du Hamas, les incitants à évacué immédiatement.

Les responsables du Hamas agissent depuis des zones civiles fortement peuplées. Au moins deux des principaux quartiers généraux d’entraînements militaires du groupe terroriste ont leurs installations à proximité d’écoles de jeunes filles au centre de la bande de Gaza. De nombreux autres centres militaires du Hamas se situent contre des mosquées, des immeubles civils et des cliniques, selon les forces de defense israéliennes. 

Tags: , , , , ,

Comments Comments Off on Une jeune palestinienne perd sa soeur et blâme le Hamas

Par Ftouh Souhail

Les élections américaines ont certainement dominé le plus grand espace médiatique durant le mois de novembre 2008. Mais cela ne peut nous faire oublier que ce mois de novembre coïncide aussi avec une grande date de mémoire, celle du 70e anniversaire de la Nuit de Cristal.

La "Nuit de Cristal" (Kristallnacht) est le nom donné au violent pogrom qui eut lieu les 9 et 10 novembre 1938, dans toute l’Allemagne et les territoires annexés (Autriche, Tchécoslovaquie).

Ce pogrom fut particulièrement violent à Berlin et à Vienne, où vivaient les deux communautés juives les plus importantes du Reich. La plupart des synagogues de Berlin furent détruites par les flammes et de nombreux magasins et habitations appartenant à des Juifs furent pillés et saccagés. Des dizaines de Juifs furent tués. A Vienne, la plupart des synagogues et des maisons de prière de la ville furent détruites ou brûlées sous les yeux de la population.

La nuit du 9 au 10 novembre 1938, qui marque une étape dans la politique nazie en matière de violence et de persécutions antisémites resulte d’un laxisme des autorités européenne envers la monté du Reich, un laxisme similaire à celui que nous vivons aujourd’hui avec les menaces génocidaires quasi-quotidiennes venant de Téhéran.

Après l’échec de la Conférence d’Évian (juillet 1938) et la signature des accords de Munich (septembre 1938), les nazis se sentent libres d’agir. Aussi, du 9 novembre au 10 novembre 1938 en Allemagne mais aussi en Autriche se déroule un pogrom durant lequel 267 synagogues sont pillées et incendiées, 7 500 magasins sont pillés, leurs vitres brisées, d’où le nom donné par les nazis de « Nuit de Cristal ». Près d’une centaine de Juifs sont assassinés, et des centaines d’autres blessés. Environ 30 000 Juifs sont arrêtés dont 11 000 sont internés à Dachau, et près de 10 000 à Buchenwald.

Cette terreur, organisée par le pouvoir, est présentée comme une explosion spontanée de violence populaire en réaction à l’assassinat à Paris, le 7 novembre 1938, du conseiller de l’Ambassade allemande E. vom Rath, par un Juif polonais réfugié d’Allemagne, H. Grynszpan.

En provoquant cette manifestation de violence antisémite, les nazis veulent accélérer l’émigration des Juifs, jugée trop lente en dépit de la politique de persécution mise en oeuvre depuis février 1933.

Lorsque les Juifs décident de quitter l’Autriche et l’Allemagne, nombre d’entre eux ne trouvent pas de pays d’accueil, et ce, malgré l’émotion et les condamnations de l’opinion publique provoquées par la « Nuit de Cristal » dans le monde entier. Bientôt, avec le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, tous les Juifs d’Europe connaîtront le même sort.

Le 9 novembre 2008, qui a marqué le 70e anniversaire de la Nuit de Cristal, est passé inaperçu dans les grands médias. C’est pourtant une date cruciale, qui marque le point culminant de la vague d’antisémitisme qui submergea l’Allemagne dès l’arrivée au pouvoir de Hitler en janvier 1933.

Ce terrible pogrom, perpétré en Allemagne et en Autriche (sous le IIIe Reich) entre le 9 et le 10 novembre 1938, devrait être enseigné à tous les enfants du monde, une commémoration pour ne pas oublier la Nuit de Cristal….. On doit d’ailleurs se demander combien ils restent de survivants pour témoigner sur ce triste anniversaire ?

Commémorer la Nuit de Cristal est un rendez-vous permettant de renouveler l’engagement à l’opposition de toute forme de judéophobie et d’antisémitisme. Cet événement tragique n’était qu’un signe avant-coureur de la Shoah qui allait s’abattre sur les Juifs d’Europe.

Il faut absolument se remémorer des événements pareils afin qu’ils ne tombent jamais dans l’oubli dans le reste du monde juif ou non juif. Il faut que cela serve aux uns et aux autres, car tout peut encore se répéter. Il faut s’attendre à tout et n’importe quoi désormais, puisque nous vivons une époque où l’inculture des uns (islamistes, entre autres), le déni des autres (fumistes de gauchistes et de soi-disant intellos) s’allient pour faire régner un anti-sémitisme flagrant.

Accrochez-vous à vos kippas et Shalom à tous et toutes.

Ftouh Souhail, Tunis

Citoyen du Monde

Tags: , , , , , , ,

Comments Comments Off on Ensemble pour une renaissance de la Mémoire

[ad]

Cette semaine, un deuxième conducteur arabe de bulldozer a tenté de faire un massacre de civils israéliens dans Jérusalem. Cet incident est le second en trois semaines. Les autorités ont appelé à de nombreuses reprises au calme parmi la population arabe palestinienne vivant dans la capitale israélienne, Jérusalem.

Rassan Abu Tir, âgé de 22 ans et habitant le sud de Jérusalem a pris un bulldozer avec lequel il travaillait sur un chantier de constructions au centre de Jérusalem. Il a touché 6 véhicules sur la rue "King David", blessant 24 personnes, dont une sévèrement. Il a ensuite été abattu.

La similarité avec l’incident de Jaffa 3 semaine auparavant, dans lequel 3 israéliens ont été tués – ainsi que l’augmentation importante des attaques perpétrées par des Palestiniens de nationalité israélienne, vivants à Jérusalem – pose des problèmes de sécurité au saint même de la "capitale unifiée" israélienne.

Durant ces 6 derniers mois, 14 israéliens ont été assassinés lors de 5 attaques majeures. Au début du mois David Shriki, un policier des frontières, a été gravement touche par un sniper palestinien, il est mort de ses blessures mercredi dernier.

"La plupart des assaillants n’appartiennent a aucun groupe armé palestinien, comme ils sont seuls et peuvent se déplacer librement dans la ville, nous ne pouvons pas les détecter à l’avance" une source a déclaré au journal "Jewish Chronicle".

Le chef du Shin Bet, Yuval Diskin, a mis en garde cette semaine contre un "vide sécuritaire" à Jérusalem Est (cartier arabe).
 

Tags: , , , , ,

Comments Comments Off on Attaque au bulldozer et violences des palestiniens israeliens!

Notre ami de Tunisie, Souhail Ftouh n’écrira plus dans Identité Juive. Il fait l’objet de graves menaces et est contraint de cesser l’écriture des ses articles.

Nous tenons à lui faire savoir que nous sommes avec lui en ces moments difficiles et le remercions d’avoir partagé avec nous ses articles.

Il est à noter que nous recevons beaucoup de messages, nous allons donc certainement publier d’autres lettres d’amitié. En espérant que cette amitié rapprochera les peuples.

Il fut un temps ou les juifs et les arabes vivaient en paix. Les juifs originaires d’Afrique du nord se souviennent encore, nostalgiques, de ces moments passés dans ces beaux pays. Chers amis arabes et musulmans, n’est-il pas plus agréable de discuter en mangeant des olives ou en buvant un thé à la menthe que de se disputer comme des enfants ? Pourquoi nous haïr alors que l’on peut construire ensemble ? Tendons-nous la main. On récolte ce que l’on sème, la violence ne rapporte rien, sinon que des pleurs et des lamentations, de tous cotés. Travaillons ensemble, construisons ensemble, partageons ce que nous avons. Regardons le futur ensemble pour que tous nos enfants puissent courir en liberté, heureux et libres. Le but de chaque être humain est de trouver le bonheur. Nous avons tous le même objectif, vivre en paix et construire un monde plus beau pour nos enfants, dans le respect de toutes les religions et de toutes les couleurs.

Imaginez toutes les créations que nous pourrions réaliser ensemble, le Moyen-Orient n’est il pas le plus beau territoire du monde ? Vous avez tout l’espace dont vous pouvez rêver, le soleil, les puits de pétrole. Israël fut créée il y a 3300 ans, c’est une goute d’eau dans l’immensité du Moyen-Orient. Que demandent les juifs ? Rien d’autre que le droit de vivre en paix dans ce minuscule territoire dont la taille (14500 Km2) est à peine plus vaste que la région d’Ile de France ( = 12011 km2).

Identité Juive

Tags: , , , , , , , ,

Comments Comments Off on Notre ami Souhail Ftouh n’écrira plus dans Identité Juive.

[ad]

Ftouh Souhail, de Tunis

La Journée internationale du souvenir de la Shoah, le 27 janvier, est une journée de conscience pour toute l’humanité qui a été témoin d’une tragédie indicible et qui ne pourra jamais être oubliée: la tentative de la part du régime nazi d’exterminer le peuple juif, entraînant le massacre de millions de juifs, victimes de la plus grande hégémonie du mal. Femmes et hommes, personnes âgées et jeunes, enfants et nourrissons, furent persécutés et déportés uniquement en raison de leur origine juive. Certains furent tués immédiatement, tandis que d’autres furent humiliés, maltraités, torturés et totalement dépouillés de leur dignité humaine, puis assassinés. Très peu de ceux qui sont entrés dans les camps ont survécu et ceux qui y sont parvenu ont été marqués à vie. C’était la Shoah. Il s’agit de l’un des évènements les plus importants de l’histoire contemporaine, un évènement qui nous concerne tous aujourd’hui encore.

Face à cet horrible génocide, auquel les dirigeants des nations et les communautés juives elles-mêmes eurent du mal à croire au moment même où il était accompli de façon impitoyable, personne ne peut rester indifférent, encore moins les musulmans en raison de leur complicité dans cette hécatombe. L’avenir commun des juifs et des arabes, au du Proche Orient, exige que nous nous en rappelions, car il n’y a pas d’avenir sans mémoire et l’histoire elle-même est la memoria futuri de demain.

En présentant cette réflexion à nos amis juifs à travers le monde, nous demandons aussi à tous les musulmans de s’unir pour réfléchir sur cette catastrophe qui frappa le peuple juif et sur l’impératif moral d’assurer que jamais plus, l’égoïsme et la haine ne grandissent au point de semer tant de souffrance et de mort. Tout particulièrement, nous demandons aujourd’hui à nos amis juifs dont le terrible destin est devenu un symbole de l’aberration à laquelle l’homme peut arriver quand il se tourne contre son prochain, de nous pardonner avec un cœur ouvert.

Au cours de son histoire unique, le peuple juif a enduré de nombreuses souffrances à différentes époques et en de nombreux lieux. Mais la Shoah a certainement été la pire des souffrances. Les mots seuls ne pourraient exprimer l’inhumanité avec laquelle les juifs ont été persécutés et massacrés au cours du siècle passé. Tout cela pour la seule raison d’être juifs. L’amplitude même du crime a soulevé de nombreuses questions.

Les historiens, les sociologues, les philosophes politiques, les psychologues et les théologiens tentent tous d’en savoir plus sur la réalité de la Shoah et sur ses causes. De nombreuses études devront encore être réalisées. Mais un tel évènement ne peut être pleinement mesuré uniquement par les chercheurs occidentaux. Il exige un « effort collectif » et en particulier parmi les musulmans, une réflexion extrêmement sérieuse sur les causes qui la provoquèrent. Le fait que la Shoah ait eu lieu en Europe, c’est-à-dire dans des pays d’antique civilisation humaine soulève la question du risque d’une nouvelle persécution de la part des musulmans et la responsabilité au cours des prochaines que les arabes devront assumer envers leurs voisins juifs. Nous ne pouvons donc pas ignorer la ressemblance entre l’islamisme, fondé sur des théories de violence, enseignant constamment la haine et le nazisme. Tous deux engendrés par un sentiment d’hostilité envers les autres peuples.

Les arabes sont invités aujourd’hui à rejeter toute persécution contre le peuple juif, en tout lieu et en tout temps. Ils doivent condamner fermement toute forme de génocide ainsi que les idéologies racistes qui sont à leur origine. En parcourant ces 60 dernières années, nous sommes profondément affligés par la violence qui s’est abattue sur Israël. La Shoah nous permet de voir jusqu’où l’homme est capable d’aller Je crois donc qu’il est urgent que le monde arabe se remette cela en tête, faute de quoi il risque de ne pas percevoir des horreurs semblables qui sont en train, à mon humble avis, de se mettre en place actuellement et qui pourraient dépasser les tragédies du passé. Ftouh Souhail de Tunisie Mes vifs remerciements au comité de Yad Vashem, qui vient de lancer une première version en arabe de son site Internet. http://www.yadvashem.org/arabic.htm?WT.mc_id=arabic_hp_eng

Tags: , , , , , , , , , , , , , ,

Comments Comments Off on Nous sommes tous juifs

[ad]

Ftouh Souhail de Tunis

Tout le monde en convient: l’unité de Jérusalem est en danger et son sort risque d’être débattu avec l’arrivé éminente du président américain George Bush en Israël. Déjà un gel des constructions juives en Cisjordanie et à Jérusalem est, a été aussi vite décidé par M. Olmert avant la visite de M. Bush, en raison du mécontentement de Washington et des ses alliés arabes influents.

Après toutes les gesticulations politiques et diplomatiques de la Conférence d’Annapolis et de la Conférence des donateurs de Paris qui ont abouti à la manne que l’on connaît pour les Palestiniens, les membres influents du Quartette s’en prennent maintenant à la la construction des quelques 307 logements dans le quartier d’Har Homa, de Jérusalem, mais ils ne se sont pas empressés de trouver une solution pour les tirs de roquettes depuis Gaza sur le sud d’Israël.

Furieux de voir tout projet israélien sur Jérusalem, les pays occidentaux n’ont rien dit sur les enfants du sud d’Israël qui vivent en permanence sous la menace des roquettes et des obus de mortiers depuis plus de 7 ans. Les multiples déclarations des responsables occidentaux, désapprouvant les constructions à Har Homa, confirment hélas la faiblesse du gouvernement israélien, incapable de revendiquer pleinement l’unité de sa Capitale après 40 ans de la réunification. Ne pas poursuivre ces constructions sur les terrains même de la municipalité de Jérusalem reviendrait à entacher l’autorité israélienne et affaiblirait sa légitimité.

Alors que certains responsables israéliens, comme le vice-Premier ministre Haim Ramon, se distinguent par des propositions généreuses envers les Palestiniens quant à l’avenir de Jérusalem, voilà que ces derniers leur adressent une ultime fin de non-recevoir, avec la note« Insuffisant » ! Le responsable des Affaires extérieurs de l’Autorité Palestinienne, Ryad Al Maliki, a déclaré, il y a quelques jours sur une chaîne arabe, que les « quartiers à population arabe ne suffisent pas, et que Ramon aurait dû y inclure dans sa proposition tous les quartiers juifs périphériques, tels que Ramot, Gilo, Pisgat Zeev, Ramat Eshkol, Givat Tsarfatit, Har Homa etc…. ».

Conséquences prévisibles de propos irresponsables de ceux qui encouragent, parmi les israéliens, l’expansion arabe dans la ville sainte. Les cas des agressions Arabes envers des Juifs, sont aussi un des signes inquiétants de la situation de sécurité dans la ville Sainte. Dans le quartier de Pigat Zeev, au nord de Jérusalem. Il y’a quelques semaines, deux jeunes du mouvement Bné Akiva y ont été les victimes. Déjà les habitants juifs, d’un quartier comme Eshkol de Lod, connaissent des difficultés croissantes dans cette localité où habitent de plus en plus d’Arabes, qui s’en prennent régulièrement à eux dans les rues. Cela faisait hélas partie de l’esprit d’Annapolis, du refus des palestiniens d’accepter Israël en tant qu’État juif, et de la politique du Quartette qui va dans ce sens.

L’arrivé massive des palestiniens à la ville sainte, signifiera à jamais pour les juifs de la ville un recommencement du siège de Jérusalem, un siège qui se voudra similaire à celui qui a abouti au triste jour du 10 Teveth, qui nous envoient à la destruction des Deux Temples, le Premier par les Babyloniens et le Second par les Romains. Une dernière destruction risquera de se réaliser par les mains des palestiniens. Le gouvernement israélien, qui a cautionné par sa présence la tenue de la conférence des pays donateurs, semble subir aujourd’hui des critiques émises contre lui malgré tous ses gestes de bonne volonté. Malgré toutes les initiatives israéliennes "de bon ton", les membres influents du Quartette ne se sont pas gênés de faire part, de leur « inquiétude», à chaque fois, pour nier le droit légitime de l’État juif à construire de nouveaux quartiers de sa capitale, y compris le quartier de Har Homa.

Le Quartette se contente uniquement de critiquer l’exercice de la souveraineté israélienne sur Jérusalem, en oubliant d’exiger des palestiniens l’amélioration des conditions sécuritaires dans le sud d’Israël. La Feuille de route exige pourtant des palestiniens, de ramasser les armes afin de « créer un climat positif qui permettra d’instaurer une paix israélo-palestinienne et de créer un État palestinien vivant dans la paix et la sécurité aux côtés d’Israël ».

Mais il semble que pour les membres du Quartette, la Feuille de Route est réduite aujourd’hui à l’exigence de l’ouverture des institutions (arabes) à Jérusalem- Est sans exiger des palestiniens de prendre des mesures sérieuses pour mettre un terme à la violence et au terrorisme. Les représentants du Quartette qui sont en permanence "très inquiets de la situation humanitaire dans la bande de Gaza", insistent cyniquement sur l’aide qui devait être apportée aux palestiniens, en estimant qu’il ne fallait en aucun cas l’interrompre et qu’il fallait continuer à lui fournir du carburant et de l’électricité. Mais pas un mot bien sûr des enfants israéliens qui vivent quotidiennement, depuis plus de 7 ans, dans la peur et l’angoisse à cause des tirs incessants de roquettes.

A l’approche de l’arrivée de M.G.W Bush à la région, la construction de 300 logements et d’autres unités dans un quartier connu sous le nom de Har Homa semble aujourd’hui menacé, tout comme de nombreux projets du Ministère du logement qui n’aboutiront pas si la Maison Blanche ne fait pas preuve de lucidité envers Israël.

La présence juive risque, en fait, de se trouver en péril dans les prochaines années, en cas d’abandont de la construction de nouvelles habitations pour les juifs à Jérusalem. Après le quartier de Har Homa, au sud, et la zone E-1 qui relie la localité de Maalé Adoumim à la capitale par l’est, voilà qu’un troisième endroit s’est retrouvé sous le feux de la rampe, au nord de Jérusalem: Atarot. Il était urgent, avant la visite du président américain, que le gouvernement israélien autorise au ministre de la Construction et du Logement, Zeev Boïm, à entamer les démarches nécessaires pour la construction de nouveaux quartiers dans le Nord de la partie orientale de Jérusalem, car le projet de « Atarot » aurait pu être le plus ambitieux pour sauver cette partie de la capitale juive. Mais voilà que le gouvernement israélien a satisfait en premier les palestiniens, avant même l’arriver du président américain dans la région,pour annoncer (depuis décembre 2007) l’abandon du projet de construction de ce nouveau quartier qui a pu abriter 10.000 logements à Jérusalem-Est.

L’abondant du projet d’Atarot, au nord de Jérusalem, à priver le peuple Juif de ce qui en aurait considéré comme le plus important quartier juif de Jérusalem-est, réunifiée en 1967. Atarot est une zone industrielle située entre les villages de Bir Nabala et Ram, près du point de passage de Qalandiya qui sépare les limites de Jérusalem et de Judée Samarie. Le ministre de l’Habitat, Zeev Boïm avait commencé par une soi-disant "vérification de la faisabilité" de la construction de ce nouveau quartier d’habitations, pour en finir à l’abandon définitif du projet dans la région d’Atarot. Il y a de fortes craintes que les limites municipales de Jérusalem seront rétrécis, au fil des négociations, pour servir la domination arabo-palestinienne qui serpentera progressivement la capitale davidique.

Déjà 10.000 unités de logements à Atarot ne verront pas le jour, où se trouvent pourtant une importante zone industrielle ainsi qu’un aéroport. En plus de cette décision malheureuse, en cette période post-Annapolis, il y a de fortes craintes aussi que le budget de l’État en 2008, qui prévoyait 48 millions de shekels pour la construction de 250 logements à Maalé Adoumim et 50 millions supplémentaires pour l’édification de 500 habitations à Har Homa, ne soit pas suffisant pour ces deux sites considérés comme les dernières constructions juives autour de la capitale d’Israël. Déjà, dans une lettre adressée à son gouvernement et rendue publique le 31 décembre dernier (1) le premier ministre israélien Ehoud Olmert avait interdit la mise en œuvre de nouvelles constructions juives n’ayant pas obtenu son aval. Tout projet de constructions juives, aussi bien en Cisjordanie qu’à Jérusalem est, devrait désormais attendre un hypothétique aval du gouvernement.

Cette mesure satisfait directement Washington et ses alliés arabes et elle intervient pour soulager l’Autorité palestinienne. On se demandait si quelqu’un aurait vraiment imaginé qu’un citoyen juif arrive un jour à trouver un gouvernement, en Israël, qui lui restreint le droit d’habiter sur Jérusalem ?

Là au moins, on a souhaité un minimum de fermeté israélienne, car l’opposition des palestiniens à toute construction juive à Jérusalem ne pourra être contrée que par une politique ferme de la part du gouvernement israélien. Mais il parait que le gouvernement n’a pas réalisé que la construction dans les quartiers juifs, périphériques de Jérusalem, devrait revêtir une extrême importance pour le futur de la ville.

Courant à la rescousse des arabes palestiniens, M.Olmert a choisit un gel dramatique des constructions juifs autour de la capitale d’Israël ! Qui a pu croire qu’une personnalité politique de premier plan en Israël empêchera un jour l’État juif de continuer à construire dans les localités de Judée Samarie, et qu’elle n’en créerait pas de nouvelles autour de Jerusalem ?

Ftouh Souhail, Tunis

(1) M. Olmert indique dans sa lettre que « la construction de nouveaux bâtiments, l’extension, les plans de développement, la publication d’appels d’offres immobiliers et la réquisition de terrains dans le cadre d’autres activités de constructions [en Cisjordanie] ne pourront aller de l’avant et ne seront pas mis en œuvre sans solliciter et recevoir au préalable l’approbation du ministre de la défense et du premier ministre »

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , ,

Comments Comments Off on Jérusalem face à un chantage international !

[ad]

Azzmi, 8 ans, boite le long des couloirs de la clinique Hussein, au cœur d’Amman, en attendant de faire une radio. Ce petit palestinien raconte aux médecins qu’il est tombé du toit de sa maison. « Qu’en est-il du bleu sur ton dos ? » demande une infirmière, qui reconnait l’enfant. « Quand je suis tombé sur le sol, une pièce de métal a heurté mon dos » a répondu Azzmi. C’est la cinquième fois cette année que ce garçon visite l’infirmerie pour recevoir des soins médicaux, a dit l’infirmière, qui parle à la presse sous couvert d’anonymat. La clinique est gérée par l’Office de Secours et de Travaux pour les Réfugiés Palestiniens au Proche Orient (UNRWA), un organe de l’ONU. Les patients qui viennent dans cette petite clinique sont soit des résidents du camp Squalid Al Hussein soit ils proviennent des quartiers surpeuplés voisins dans la partie orientale d’Amman.

Les palestiniens manquent des services municipaux de base et l’infrastructure est usée ; ils offrent une toile de fond incongrue pour les quartiers snobs de Amman. « Je sais qu’il ne dit pas la vérité parce que ses blessures portent la marque de sévices physiques mais en informer la police ou référer l’enfant aux services sociaux ne ferait qu’aggraver le problème » a dit l’infirmière. « Le garçon ne nous dit pas la vérité sur l’origine de ses blessures car il pense que le dire à la police ne ferait qu’amplifier son problème avec sa famille. » Le personnel de santé travaillant dans les hôpitaux gérés par le gouvernement Jordanien et l’UNRWA reçoivent une formation poussée de l’ONU pour l’enfance (UNICEF) sur la manière d’identifier les blessures liées à la violence.

Idéalement, les enfants maltraités sont inscrits à l’hôpital le plus proche pour plus d’investigations. Dans les cas graves, les policiers sont informés et les enfants sont envoyés à des centres de soins mis en place par le gouvernement Jordanien ou des ONG. Les médecins et le personnel des cliniques préfèrent traiter les cas de violence discrètement. Les parents sont convoqués dans des centres de santé pour être éduqué sur les façons "d’éviter la violence lorsqu’il s’agit d’enfants". « Les parents ont tendance à être plus réceptifs lorsqu’on leur parle directement. Impliquer le gouvernement ou la police pourrait se retourner contre l’enfant», dit un médecin du centre de santé pour les palestiniens de Baquaa, il a également refusé d’être nommé.

Des experts pour enfants en bas âge ont admis que dans un pays tribal comme la Jordanie, il est difficile de mettre en œuvre des programmes de protection de l’enfance en suivant les règles normales. Les responsables de l’UNICEF sont au milieu d’une campagne de sensibilisation visant les "camps de réfugiés" pour faire la lumière sur les droits des enfants. Maha Hemsi, le responsable du projet de protection de l’enfance et de la petite enfance à l’UNICEF, dit que la campagne porte ses fruits et que plus de citoyens semblent se manifester, par rapport à la précédente campagne. La campagne est financée par l’Union Européenne (UE) avec un coût est de 200.000$, elle a pris fin mi-2007, mais Hemsi espère que des efforts similaires se reproduiront. « Nous faisons de notre mieux pour briser le mur du silence qui entoure la violence envers les enfants et leur maltraitance parmi les réfugiés.

Ce n’est pas facile, mais nous faisons des progrès » affirme Hemsi, qui insiste sur le fait que malgré le fait que le nombre de cas signalés a encore augmenté, cela n’est pas nécessairement le signe d’une augmentation des cas d’abus. Des experts dans le domaine ont exprimés leur préoccupation face à la hausse du nombre de cas signalés, en effet, ils ont plus que doublé passant de 661 en 2001 à 1423 en 2004. Selon Zina Khoury, directeur du développement au centre pour la sécurité des enfants "Dar Al-Aman", « le chiffre est probablement plus élevé, car de nombreux cas ne sont pas signalés ». Dar Al-Aman, qui est opérationnel depuis 2002, propose des services psychologiques, médicaux, sociaux et des services éducatifs aux enfants maltraités et à leurs familles.

« Les familles et les enfants sont de plus en plus conscients de leurs droits et de la nécessité d’arrêter les abus, par conséquent, plus de cas émergent » a dit Hemri. Des fonctionnaires de l’UNRWA disent qu’ils œuvrent sans relâche à promouvoir les droits des enfants palestiniens, en ciblant les communautés locales et les étudiants ainsi que les enseignants des écoles publiques.

Nous essayons d’apprendre aux enfants le concept de résolution des conflits et de la tolérance, à travers les programmes scolaires, explique Mattar Saqer, un porte parole de l’UNRWA à Amman. Il admet que l’organe de l’ONU manque de chiffres précis sur la maltraitance des enfants en raison de l’absence d’enquêtes au porte à porte. Il a déclaré que les administrations des écoles sont encouragées à établir des contacts directs avec la population locale par le biais de conseils d’élèves pour aider les familles ainsi que la société en général à comprendre la gravité de la maltraitance des enfants.

Il n’y a pas de document officiel sur l’ampleur du problème de la maltraitance des enfants chez les palestiniens, mais les spécialistes jugent que le taux de mauvais traitements infligés chez les palestiniens est plus élevé que partout ailleurs dans le royaume de Jordanie. « Les enfants palestiniens souffrent le plus en raison de la détérioration des conditions de vie. Ces endroits sont très encombrés avec un pourcentage élevé de chômage. » admet Hemsi.

L’année prochaine, l’UNICEF, en coopération avec le Ministère Jordanien de l’Enseignement Supérieur, le Ministère de la Santé ainsi que d’autres ministères, lanceront une campagne nationale pour documenter la maltraitance des enfants avec comme but de s’attaquer aux racines du problème. « Une fois que nous aurons une idée claire de l’ampleur du phénomène, pourquoi cela se passe t il et quelles sont les circonstances qui l’entoure, il sera plus facile d’élaborer des programmes pour s’attaquer au problème de la violence » explqie Hemsi. Les leaders palestiniens dans les camps croient que le remède à la violence et à la maltraitance des enfants palestiniens est simple, améliorer leurs conditions de vies et leur fournir des emplois. « Nous avons besoin de meilleurs services.

Le taux de chômage est élevé et la pauvreté est en augmentation. Il devient donc tout naturel que les gens soient frustrés et aient tendance à recourir à la violence pour résoudre leurs problèmes », dit Walid Abou Salem, un chef tribal palestinien de Baqaa.

Tags: , , , , , , , , , , , , , ,

Comments Comments Off on Jordanie: La maltraitance des enfants sévit chez les palestiniens