Un parti de l’opposition légale en Tunisie a appelé vendredi à “combattre toute forme de normalisation” avec Israël. Il a en outre appelé à mettre en place un “observatoire national” pour contrer la normalisation des liens avec Israël.

Cet appel a été lancé par l’Union démocratique unioniste (UDU) à l’occasion du 25e anniversaire du bombardement par l’aviation israélienne des bases terroristes de l’Organisation de libération de Palestine (OLP) à Hammam-Chott, située à une trentaine de kilomètres de Tunis. Le raid visait les dirigeants terroristes qui y avaient établi leur quartier général après avoir fui le siège de Beyrouth en 1982.

Dans un communiqué transmis à l’Associated Press, l’Union démocratique unioniste (UDU) appelle à proclamer le 1er octobre “journée nationale de lutte contre la normalisation sous toutes ses formes avec l’entité sioniste”.

Cette formation extrémise d’obédience nationaliste arabe dirigée par certain Ahmed Inoubli, candidat malheureux à la présidentielle d’octobre 2009, a exhorté les gouvernements arabes qui entretiennent des relations officielles, commerciales et culturelles avec Israël à rompre ces liens.

Après avoir échangé en 1996 des bureaux d’intérêts avec Israël, la Tunisie a décidé la fermeture de ces représentations à la suite de la deuxième Intifada en 2000.

Cette formation d’obédience nationaliste arabe, qui appelle au byocott de l’Etat Hébreu, est une formation de moins de 50 personnes financé par l’argent publique. Aux éléctions de 1999, cette formation miniscule a remporté 0,23 % des suffrages ! En 2009 elle a avancé de 3,80 % des suffrages !

Le parti publie son propre périodique en version arabe (El Watan). Ce torchon fait la pédagogie de la haine d’Israel forgé dans la conscience antisémite arabe. Bien qu’omniprésente, cette animosité ne dispose plus des moyens d’action en Tunisie.

On remarquera aussi que les protagonistes de l’Union démocratique unioniste (UDU) sont surtout animés par l’esprit idéologues nasséristes et baathistes qui avaient fait le malheur de ce monde arabe aujourd’hui humilié, rabaissé et sali comme un serpentin.

Le panarabisme est marqué par le ressentiment, la haine, le sentiment d’infériorité dû aux défaites arabes.

Ses défenseurs blâmeront toujours Israël pour la faillite collective du monde arabe. Mais Dieu merci, Israël qui reste guidé par ses valeurs juives, ce minuscule pays possède une véritable démocratie et une société multiculturelle qui font défaut chez ses voisins toujours jaloux.

La différence entre Israël et les pays arabes est qu’Israël est une démocratie, et le monde arabe une dictature. Les Israéliens ont toutes les raisons du monde d’être fiers de leur pays. Les arabes n’en ont aucune.

Ftouh Souhail, Tunis

Ahmed Inoubli, dirigeant de l’Union démocratique unioniste (UDU) et chef de fil du mouvement au boycott d’Israël

0 0 votes
Évaluation de l'article