| More

Printemps arabe oblige, l’heure est à la stabilité politique plutôt qu’à la guerre.Les pays arabes devront s’occuper de la misère de leur peuple.

Selon le ministre israélien des Finances, Youval Steinitz, les économies des pays arabes voisins sont à terre, et la course à l’armement n’est plus leur priorité.

En mettant l’Iran de côté, Yuval Steinitz explique que pour les cinq prochaines années à venir, Israël peut se reposer un peu sur ses lauriers car les pays du Moyen-Orient secoués par leurs révolutions mettront du temps avant de se remettre.

Conséquences bénéfiques donc du Printemps arabe, une diminution du budget annuel de l’armée israélienne, a été approuvée par le gouvernement en tant que mesure préconisée aussi par la commission Trajtenberg. A noter que le discours du ministre des Finances est appuyé par le Premier ministre Benyamin Netanyahu qui a en effet donné son feu vert le mois dernier à une coupe de près de 600 millions de dollars dans le budget de la Défense.

En effet, le rapport a été approuvé par une large majorité de ministres, avec 21 voix en faveur du rapport et 8 voix contre. L’idée avait été suggérée par le rapport Trajtenberg sur la justice sociale et exige par la rue israélienne exaspérée par ses conditions de vie socio-économiques.

3 milliards de shekels devront être soustrait des dépenses annuelles de l’armée afin d’être investis dans le social. Le budget militaire représente 6.9 % du PIB israélien, plaçant ainsi israélien au cinquième rang mondial des dépenses militaires par rapport au budget national.

Israël peut au moins rester tranquille durant quelques années. Le “printemps arabe” aura largement affecté l’économie des pays touchés par les manifestations anti-gouvernementales. L’importance de cette situation est “L’hibernation” du danger stratégique qui mettra du temps avant de se remettre. La Tunisie, L’Égypte et le Liban ont perdu plusieurs points de croissance, et c’est probablement également le cas en Syrie, en Libye, et par ricochet dans d’autres pays de la région.

A part que cette situation est bénéfique à Israel à court et moyen terme, dans trop de pays du Moyen-Orient, des dirigeants autocratiques arabes ont utilisé la cause palestinienne pour étouffer les espoirs et les aspirations de leurs propres peuples à la liberté. Maintenant ces pays vont s’occuper de leurs vrais problèmes car conflit israélo-palestinien n’était pas le principal problème dans ces sociétés qui commencent à se réveiller et constatent que leur sort ne dépend pas du tout de la présence juive en Israel.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*