Nous voulons une méditerranée libre et fraternelle avec Israel

[ad]

Nous voulons une méditerranée libre et fraternelle avec Israël – Ftouh Souhail, Tunis Dans le cadre des consultations sur le Projet de « l’Union Pour la Méditerranée » le président français Nicolas Sarkozy effectue une visite d’Etat en Tunisie, du 28 au 30 Avril 2008. La Tunisie a déjà réitéré un accueil favorable à cette initiative française avant même son approbation par le Conseil européen du 13 mars 2008 (1). Parce que l’histoire du bassin méditerranéen est une histoire d’échanges, celle d’un "carrefour de civilisations", pour reprendre l’expression de Fernand Braudel (2) nous lançons un enthousiaste appel, depuis la Tunisie, en faveur l’Union Pour la Méditerranéen. Ce projet est une véritable initiation pour la paix et la coopération entre les cultures et les peuples, une invitation des pays concernés à surmonter leurs différends. C’est le seul Projet qui viendrait faire la réconciliation entre Israël et les pays arabes de la Méditerranée. Si nous reprenons les mots du Président Sarkozy ; ces pays pourraient partager le rêve des « pères fondateurs de l’Europe, qui ont fait travailler ensemble des gens qui se haïssaient pour les habituer à ne plus se haïr ». C’est pour cela que nous considérons ce projet comme courageux, un projet de dialogue et de paix. Encouragés et émus par l’amitié et l’authenticité que vont dégagés les échanges méditerranéens, nous souhaitons que le Président français s’inscrira dans l’histoire comme l’Homme qui conduira le mieux la réconciliation méditérrano –israélienne. Son message qui reste réaliste et visionnaire devait nous inspirer un réel espoir pour la paix. C’est en ce sens qu’il a déjà exprimer son lyrisme pour valoriser le Projet méditerranéen « le plus beau et le plus grand idéal humain, au nom de nos enfants qui un jour nous demanderont compte de ce que nous avons fait » (Discours du 23 octobre 2007 à Tanger). C’est par l’Union Pour la Méditerranée que se concrétisera la paix. Si la rencontre d’Annapolis n’était pas une conférence de paix au sens où le furent Oslo et Camp David (symboles de l’échec israélien à vouloir une paix que les Palestiniens n’étaient pas prêts à appliquer) l’Union Pour la Méditerranée pourra être, en revanche, le cadre par lequel, l’ensemble des pays arabes du méditerranée , feront savoir aux palestiniens qu’ils n’accepteront d’autre solution que celle de la paix et que la reconnaissance de l’Etat d’Israël comme un pays souverain et la garantie de la sécurité de ses frontières seront les socles de la Paix au Proche Orient . Les représentants de la société civile euro méditerranéenne devront être conscients que l’adhésion d’Israël au sein de la future Union est la condition sine qua non à la paix et la sécurité en méditerranée. Dans ce contexte, les pays riverains ne peuvent s’ignorer : les interdépendances sont trop fortes. C’est ce constat qui conduira aux premiers pas de la coopération euro méditerranéenne. La présence d’Israël au sein de la future Union pour la Méditerranée apportera une approche inédite et progressive du partenariat entre les deux rives de la Mare Nostrum. Parce qu’ils partagent une géographie commune, les pays du pourtour méditerranéen doivent faire de cet espace un lieu de réconciliation. L’Union pour la Méditerranée sera un succès si elle réussit à engager l’Etat Israël parmi ses membres dans le cadre de projets communs. Elle contribue ainsi à la prospérité du bassin méditerranéen et la lutte contre le terrorisme. Avec l’adhésion d’Israël, la Méditerranée retrouvera peu à peu sa vraie nature pacifique, mélange d’unité et de complexité. La fracture observée aux temps de la guerre froide ne devrait pas se prolonger (3). Garantir la place dédier à Israël dans la future Union permettra de rénover l’approche stratégique de la Méditerranée en développant une vision plus coopérative de la sécurité dans un effort de dialogue avec les riverains. Les pays arabes, membres de la future Union Pour la Méditerranée peuvent même se compléter avec Israël pour participer à la stabilisation de ce théâtre toujours fracturé, qui tarde à retrouver une dynamique de paix et de coopération. Il n’y a quelques jours , M. Henri Guaino envoyé spécial du Président français, Nicolas Sarkozy, auprès du Président tunisien, a estimer que l’Union Pour la Méditerranée va « redonner une dynamique à une grande volonté d’unité qui reste très forte chez les peuples méditerranéens par-delà tous les conflits et toutes les tragédies qui divisent cette région ». Le responsable français a ajouté, lors de sa rencontre avec le Président Ben Ali « Nous avons la conviction que les positions de la France et de la Tunisie sur cette question sont tout à fait identiques. Nous allons pouvoir, ensemble, faire démarrer ce grand projet historique » (4). La Tunisie pourrait bien relancer le processus de la réconciliation en appuyant l’adhésion d’Israël à ce vaste Projet méditerranéen. D’ailleurs nous avons constatés un signe encourageant puisque , juste avant l’arrivé du Président Sarkozy à Tunis ,des congressistes franco-israéliens et des entrepreneurs travaillant en Israël ont fait le déplacement en Tunisie pour assister à la 2è édition du Forum Euro Méditerranéen du Capital Investissement et du Financement des PME.(5) La future union s’articulera autour de projets concrets avec une priorité donnée à la coopération environnementale et scientifique : lutte contre le changement climatique, dépollution de la Méditerranée, agroalimentaire, énergie solaire ainsi qu’ grand volet sera consacré à l’éducation et à la culture. Nous ne pouvons qu’espérer que les pays du sud de la méditerranée continuent de développer des relations amicales avec Israël. Israël peut beaucoup pour aider ses voisins arabes à se développer économiquement et socialement. Israël est à la fine pointe d’une technologie innovatrice qui malheureusement manque cruellement à ses voisins arabes (6). Notre pays qui est très engagée avec la France dans les préparatifs en cours du Projet pour la Méditerranée pourra servir d’exemple en soutenant cette démarche visant l’intégration d’Israël dans ce vaste Projet. La Tunisie, en se positionnant comme un pays des plus modérés dans la région, pourra appuyé tous les efforts destinés à permettre de retrouver la voie de la réconciliation avec les israéliens. Nous espérerons surtout que le Sommet qui se tiendra à Paris le 13 juillet 2008 (7) rendra à Israël cette place qu’elle mérite dans le pourtour méditerranéen. Le Conseil européen, qui a approuvé le principe d’une Union Pour la Méditerranée (qui englobera les États membres de l’UE et les États riverains de la Méditerranée) ne devra pas perdre de vue qu’Israël est aussi un pays riverain de la Méditerranée et qu’un nouvel âge prometteur des relations euro méditerranéennes passe nécessairement par l’intégration d’Israël dans son milieu méditerranéen. Il n’est pas possible donc d’exclure Israël de participer à la réunion des pays méditerranéen du 13 juillet 2008, ni de l’empêcher à prendre part dans la rencontre des chefs d’État et de gouvernement des pays riverains de la Méditerranée avec les pays de l’UE le 14 juillet 2008 à Paris. Le peuple juif, dont l’histoire est millénaire et qui a vécut longtemps dans la solitude et l’isolement, attend aujourd’hui de la France, connue dans sa Grandeur et sa Générosité, quelle rend à Israël sa place qu’il mérite lors de la création de " l’Union pour la Méditerranée", qui sera lancée officiellement à Paris le 13 juillet 2008. C’est un enjeu majeur non seulement pour la France mais aussi pour ses partenaires européens et méditerranéens s’ils ne veulent pas décevoir les attentes des populations du pourtour méditerranéen. Nous espérons que la prochaine Présidence française de l’Union européenne, qui va réunir les pays méditerranéens au sommet de Paris au mois de juillet 2008, nous assure qu’Israël en fera partie. Le destin la Méditerranée ne pouvant être lié à un conflit à l’issue aussi incertaine (8).La pacification et le développement de cet espace dépendent d’un rôle israélien actif. C’est ainsi qu’il sera un facteur de stabilité et de paix ; un espace de stabilité et de paix respectueux des droits de l’Homme, de développer les échanges culturels pour favoriser le dialogue et la compréhension mutuelle.Le peuple israélien, qui a choisi courageusement de continuer le processus de paix, attend aujourd’hui un geste positif en provenance des autres peuples de la Méditerranée. Il faut garder en mémoire que durant "l’Ancien Empire Romain" Israël n’était pas un membre ami de l’empire. Les armées romaines occupaient le territoire et les juifs n’aspiraient qu’à s’en débarrasser. Cette situation s’est terminée par la destruction de Jérusalem, épouvantable catastrophe qui a marqué à jamais la conscience du peuple juif. Cet triste épisode de l’histoire nous prouvent qu’au contraire, aujourd’hui, Israël est en passe d’entretenir d’excellentes relations avec les pays méditerranéens, débris de l’ancien empire romain, et peut-être même devenir un membre moteur de la future Union Pour la Méditerranée souhaitée par le président Français. L’Union Pour la Méditerranée sera le meilleur accomplissement en face des tentatives des fondamentalistes, qui aujourd’hui encore, enseignent la haine. Le président Français pourra être le précurseur de la vision de la Grande Union Méditerranéenne, qui permettra la prospérité entre les deux rives de la méditerranée.Pour ce qui me concerne, j’avoue être encore dans un doute consternant quant à la certitude de l’éventualité que certains pays vont faire entraver ce projet. Avec la contribution active d’Israël à ce vaste Projet, la méditerranée sera un foisonnement d’idées intéressantes. Il faut dire aussi que les intérêts des pays de la méditerranée et d’Israël sont semblables: nous voulons une méditerranée démocratique, libre et fraternelle. Pas à la botte de dictateurs et d’islamistes qui bafouent Dieu et l’Humanisme. Ftouh Souhail, de Tunis souhailftouh@hotmail.com (1) Un compromis franco-allemand est intervenu le 3 mars2008 à Hanovre, lors d’une rencontre entre le Président français et Angela Merkel. Ce compromis est différent du projet initial d’Union Méditerranéenne, évoqué par Nicolas Sarkozy lors de sa campagne électorale (discours de Toulon du 2 février 2007) et son discours d’investiture. L’Appel de Rome relatif à l’Union Pour la Méditerranée a réuni par la suite la France, l’Italie et l’Espagne (20 décembre 2007) afin de réfléchir aux lignes directrices du projet lancé par le Président français. (2) Fernand Braudel, La Méditerranée : l’espace et l’histoire, Flammarion, 1985 (3) Pendant les temps de la Guerre froide, la Méditerranée, écartelée entre des perspectives stratégiques antagonistes, a été une zone de conflits latents et un espace opérationnel sensible. La matérialisation de deux blocs fracturait l’espace méditerranéen, en faisait une zone de contacts militaires à hauts risques, accompagnés de pressions idéologiques souvent fortes. (4) Source : www.infotunisie.com du jeudi 24 avril 2008 (5) La Tunisie a abrité, du 24 au 26 avril, la 2è édition du Forum Euro Méditerranéen du Capital Investissement et du Financement des PME.» .Ce forum dont le thème est « Le Capital Investissement, accélérateur de croissance dans les pays riverains de la Méditerranée » est organisé par l’association EuroMed avec la participation de quelque 500 congressistes, entrepreneurs, gestionnaires de fonds d’investissement, banquiers et décideurs économiques, venus des pays riverains de la Méditerranée. Source : www.israelvalleys.com en ligne le 24 avril Par Dan Assayah. (6) Les 27 pays de l’UE et Israël affichent des performances très supérieures à celles des autres pays méditerranéens et se rangent parmi les 34 pays les plus développés du monde. (7) Les chefs d’État et de Gouvernement des pays riverains de la Méditerranée vont se réunir avec les pays de l’Union Européenne le 14 juillet 2008 à Paris pour définir leur vision commune. Ce sommet sera précédé d’une réunion des pays du pourtour Méditerranéen le 13 juillet, et devrait fixer les principes et l’organisation de l’Union pour la Méditerranée avec pour objectif de mettre en œuvre une approche fondée sur des projets communs entre les deux rives . (8) La Syrie et le Liban n’ont pas réagi officiellement sur la question de leur association à l’Union Pour la Méditerranée ; leur présence pourrait être fatale au projet.