Selon les chiffres diffusés à l’occasion de la Journée internationale des immigrants, le bureau central des statistiques (CBS) a déclaré qu’au cours des 10 premiers mois de 2019, près de 27 300 personnes ont fait leur alyah, soit une augmentation de 20 % par rapport à la même période en 2018.

Après les attentats contre la rédaction de Charlie Hebdo et l’épicerie cachère à Paris, des milliers de juifs français ont entrepris des démarches pour fuir la France. La première destination qui leur vient à l’esprit est Israël.

Israël demeure la destination principale des juifs de France

En France, ces dernières années, l’antisémitisme est devenu un véritable fléau. Les actes et les insultes antisémites n’ont cessé de se multiplier. Ce climat hostile a contraint de nombreux Juifs français à opter pour l’issue la plus radicale: partir.

De plus en plus de juifs français s’installent en Israël pour fuir ce qu’on appelle en Europe le « nouvel antisémitisme ».Un antisémitisme qui trouve un terreau fertile dans l’immigration arabo-musulmane en France, où les actes antisémites recensés ont doublé l’an dernier.

Devant les écoles juives, il y a de la police qui surveille. Dans les rues de Paris, on a vu des gens défiler en prononçant “mort aux Juifs”. Ce n’est pas arrivé depuis 70 ans.

S’il demeure un antisémitisme « vieille France » présent chez certains catholiques de droite, cette nouvelle expression de haine raciale envers les juifs provient aujourd’hui surtout des musulmans.C’est plus la somme de ce petit antisémitisme au quotidien qui crée ce climat généralisé de doute sur l’avenir en Europe.

Depuis 2012, le nombre d’immigrants en provenance de France a doublé chaque année dans l’État hébreu explique Dov Maimon, directeur du Centre d’étude stratégique pour le peuple juif, à Jérusalem.

Les juifs qui quittent la France, pas seulement pour Israël, mais aussi pour les États-Unis et le Canada.

Le sociologue Danny Trom analyse ce phénomène des plus préoccupants dans un essai percutant et solidement documenté, La France sans les Juifs (Éditions Presses universitaires de France, 2019). Danny Trom est chargé de recherche au Centre national de la recherche scientifique de France (CNRS), membre du Laboratoire interdisciplinaire d’études sur les réflexivités et chercheur associé au Centre d’études juives affilié à l’École des hautes études en sciences sociales.

Depuis l’an 2000, date de l’éclatement de la première Intifada palestinienne, il y eu en France une banalisation de l’antisémitisme. À présent, l’hostilité à l’égard des Juifs s’est installée et répandue.

Les législations visant à combattre l’antisémitisme adoptées ces dernières années par les gouvernements français successifs se sont avérées inefficaces pour endiguer ce fléau.Le laxisme de la justice française contribue aussi à exonérer des antisémites de tout acabit. Par exemple, le négationniste antisémite Alain Soral a été condamné dernièrement à un an de prison ferme. Mais le parquet de Paris a interjeté appel de la décision sur le mandat d’arrêt et refuse d’exécuter celui-ci.

Depuis la fin du XIXe siècle, les Juifs d’Europe quittent le continent.

À la fin du XIXe siècle, les Juifs de l’Est ont migré en nombre vers l’ouest de l’Europe mais aussi vers d’autres continents, puis le phénomène a touché l’Europe centrale dans l’entre-deux-guerres. La Shoah a éradiqué les Juifs d’Europe. Ceux d’URSS sont partis en masse vers l’État d’Israël dès que l’occasion s’est présentée. Le départ des Juifs de France est donc celui du reste des juifs d’Europe.

Le bureau central des statistiques (CBS) a indiqué que 3,3 millions de personnes ont fait leur alyah depuis l’indépendance du pays en 1948, dont 43,7 % depuis 1990.

Selon les données de 2019, Israël a réussi à fermer sa frontière sud aux migrants d’Érythrée et du Soudan. Aucune entrée n’a été signalée en 2018 et 2 700 migrants ont quitté Israël fin 2018.

Près de 33 600 ressortissants étrangers vivent actuellement en Israël, sans permis de travail valide, dont 71 % d’Érythréens et 20 % de Soudan.

Souhail Ftouh

0 0 voter
Évaluation de l'article