Tunis accueille la semaine prochaine le pèlerinage annuel sur la tombe du rabbin Hai Taieb Lo Met.
Cette « hilloula » est un événement très suivi et plusieurs pèlerins s’y rendent, surtout depuis la France
.

La tombe du « tsadik » Hai Taieb est régulièrement honorée durant toute l’année. La grande rencontre annuelle aura lieu cette année le 17 décembre et rassemblera de nombreux fidèles.

La Hilloula, le jour anniversaire du décès du Tsadik, est largement commémorée par la communauté juive tunisienne d’où elle profite de se retrouver et de faire les louanges du Tsadik et se rappeler de son “ Avodat Hachem “, raconter les “nissim”et les “niflaots” qu’il a accomplit

La hilloula est une coutume qui prend la forme d’une célébration festive sur les tombes des « tsaddikims » de la tradition locale. On peut la comparer à la « zerda » de la tradition locale.

Il existe plusieurs de ces hilloula en Tunisie, notamment à Djerba et Nabeul. Celle de Rebbi Hai Taieb Lo Met est très suivie.

Ce personnage est un rabbin né au dix-huitième siècle. Kabbaliste réputé, il a reçu le surnom posthume de « Lo Met » qui signifie qu’il n’est pas mort. En effet, selon la légende, il serait apparu en rêve à celui qui gravait sa pierre tombale car ce dernier avait écrit qu’il était décédé alors que son prénom Hai signifie « vivant.

Car lorsque le rabbin décéda, le graveur de tombe voulut graver : « Décédé l’année. . . . » Le rabbin lui apparut le soir en rêve et voulut l’étrangler. « Que t’ai-je fait ? » « Comment écris-tu sur ma tombe mort ? » « Ne sais-tu pas que les tsadikim sont appelés vivants après leur mort ». Excuse-moi dit l’ouvrier. « Seulement si tu ajoute demain le préfixe (lo) non mort ». Et le rabbin disparut de son rêve. La correction fut bien sûr apportée dès le lendemain.

On raconte que le graveur aurait alors ajouté « Lo Met » sur la pierre tombale. Notons que ce rabbin est né en 1743 et décédé en 1837, précisément le 28 novembre, correspondant au 17 du mois de Iyar, selon le calendrier hébraïque.

Ce rabbin dont le nom véritable est Isaac Hai Taieb a écrit quantité d’ouvrages dont seul a été transmis un commentaire du Talmud.

Né dans une famille de rabbins, il se distingue dès son jeune âge par son savoir et son intelligence ; érudit en Talmud et évoluant aisément dans le zohar. Fils unique, Rabbi Haï TAÏEB habitait avec sa mère et passait de longues heures à étudier le Talmud et la Kabale.

 

 

En Israël plusieurs événements sont prévus. Il s’agit d’un temps fort pour la communauté juive tunisienne et nous joignons nos vœux à ceux des pèlerins pour une hilloula réussie en hommage à ce grand rabbin disparu il y a presque deux siècles.

Souhail Ftouh

0 0 voter
Évaluation de l'article