meimouna4

 

Les politiciens israéliens ont pris part aux festivités samedi soir pour la célébration juive marocaine de Mimouna, qui suit la Pâque (Pessah) et comprenant des spécialités telles que Mufleta et d’autres   qui ne peuvent pas être consommés pendant Pessah. La Mimouna marque chez les communautés juives d’Afrique du Nord la fin de la fête de Pessah. On y mange pour la première fois du levain sous forme de ”moufleta” ou simili-crêpes.

Le Premier ministre Binyamin Netanyahu a participé à une soirée de Mimouna, dans la village de Or Akiva située au sud de Haïfa près sur la côte.

“Nous devons renforcer l’unité du peuple”, a déclaré Netanyahu.

“Je vous promets que je vais travailler pour l’unité du peuple, le bien-être du peuple, et la sécurité d’Israël.” a t-il dit

Le premier ministre ne était pas le seul à participer à la Mimouna et goûter  aux quelques spécialités marocaines. Son rival Yitzhak Herzog, président du parti travailliste  a  participé aux célébrations à Jérusalem, Beit Shemesh et Modi’in.

 Yaïr Lapid était aussi visible parmi les fêtes avec sa femme et boursiers députés à la table de Rehovot adjoint au maire Zohar Blum. Ensuite, il a visité d’autres festivités à Be’er Ya’akov, puis dans Yavne.

“Les célébrations Mimouna sont une tradition merveilleuse et je souhaite le peuple d’Israël avec les souhaits pour des vacances heureuses” a dit le chef de la formation Yesh Atid.

Naftali Bennett a également profité de la fête à Ashkelon, tandis que le ministre Uri Ariel et les membres de sa formation étaient  à Rehovot.

Faisant écho à un message de Netanyahu de l’unité, Bennett a déclaré:

«l’unité dans la Mimoua est notre réponse à l’Iran. En cette fête  notre message pour nos ennemis en Iran  est qu’il n’existe aucun juif à droit et aucun juif à gauche, pas Ashkénazes et aucun Sepharadim. C’est seulement quand nous serons unis comme à Mimouna que nous allons gagner. “

Ça fait longtemps que la Mimouna n’est plus la fête d’une seule communauté et qu’elle est devenue nationale. Elle symbolise le rassemblement des exilés en Israël et la multiplicité des cultures du pays.

Invités de marque de ces rencontres chaleureuses, les autorités de l’État et les hommes politiques, savent que ce bain de foule et la consommation d’une ou deux “moufletas” sont le passage obligé pour leur contact avec “le peuple”.

Lors de cette fête d’origine marocaine mais devenue nationale en Israël, les portes et les cœurs s’ouvrent en prononçant la fameuse formule judéo-arabe “T’rbah’ou Outsa’adou”. Les foules se pressent autour des tables emplies de mets les plus délicieux les uns que les autres, et des centaines de milliers de familles originaires du Maroc ouvrent leurs portes à tout venant.

Lors de la Mimouna, il est d’usage de préparer des mets à base de farine (couscous et moufleta), prohibée pendant toute la durée de Pessa’h. La table est disposée et décorée de façon symbolique, avec une emphase particulière sur le chiffre 5 (‘hamsa); On y trouve souvent un poisson (symbolisant la fertilité), du lait, du miel, de la farine, des épis de blés, des billets de banque ou des pièces de monnaie.

 

Célébrée pendant 24 heures à la fin de la semaine de la Pessah (Pâques juive), la Mimouna est placée sous le signe du partage. Les juifs ouvrent ainsi leurs portes  et offrent les aliments fait à base de farine. Les produits comme les fleurs, la menthe et les fèves, sont également bienvenus.Chaque  famille juive reçoit ainsi chez elle, jusqu’à une certaine heure. Après, on fait la tournée chez les membres de la communauté toute la nuit, on se rend visite. Le lendemain, on va pique-niquer en famille.

Dans certaines communautés (chez les Juifs originaires d’Algérie) il est d’usage le jour de la Mimouna de se rendre au cimetière ainsi que dans une forêt, dans les parcs.

Souhail Ftouh

meimouna5

meimouna2

 

meimouna

 

 

meimouna3

 

0 0 voter
Évaluation de l'article