| More

Security and Counter Terror Expo

 

Israël a participé au salon consacré aux gadgets anti-terroristes, intitulé «Security and Counter Terror Expo 2016», qui s’est tenu cette semaine pendant deux jours à Londres.

La sécurité est aujourd’hui au cœur des préoccupations des gouvernements.

 

Parmi les exposants, 240 fabricants de drones, spécialistes du déminage ou du contrôle des frontières tenaient un stand pour l’occasion. Des centaines de gadgets high-tech  étaient exposés.

 

Un mois après les attentats qui ont fait 32 morts dans le métro et à l’aéroport de Bruxelles, la sécurité dans les transports publics reste au cœur des préoccupations.

 

 

« La menace terroriste est grande sur l’échelle de la planète, et les systèmes de transport sont une cible privilégiée », soulignent les organisateurs. « Avec la sécurité de millions de personnes en jeu et une menace en perpétuelle évolution, les professionnels du secteur ont un rôle de plus en plus important à jouer », estime David Thompson, le directeur de l’événement.

 

Invité de marque de l’exposition, le patron d’Europol, Rob Wainwright, évoque même « la plus grande menace terroriste internationale d’une génération », en rappelant également les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, qui avaient fait 150 morts. « La menace est de plus en plus complexe », dit-il.

 

 

Un des produits stars exposés à la foire de la technologie antiterroriste qui s’est ouverte mardi à Londres est le système israélien SafeCity, fabriqué par Nice Technologies.

 

SafeCity est utilisé par la police israélienne, ainsi qu’au Royaume-Uni, aux États-Unis, en Russie et en Inde. Il permet de coordonner les actions des employés des services spéciaux et de surveiller en temps réel les informations à partir d’un grand nombre de caméras de surveillance et de divers capteurs. Celui-ci permet de filtrer un grand nombre de personnes grâce à cette technologie développée à  Ra’anana.

 

 

Les services de sécurité russes ont acheté en 2014, pour les Jeux olympiques de Sotchi, le système israélien SafeCity, fabriqué par Nice Technologies. La société israélienne avait déjà aidé à la sécurité des Jeux du Commonwealth en Inde en 2010.

 

Le Qatar sollicite aussi Israël pour assurer la sécurité du Mondial de 2022.

 

Israël fait figure de leader mondial en matière de sécurité  

 

Dans le sillage des attentats qui ont frappé un aéroport et le métro de Bruxelles, les fonctionnaires de l’Autorité aéroportuaire d’Israël ont croulé sous des dizaines de demandes d’assistance dans la sécurisation des aéroports du monde entier.

 

Les agences de sécurité et les autorités aéroportuaires en Europe, en Amérique du Nord, et en Afrique ont contacté Israël afin de bénéficier de ses conseils sur la façon de prévenir ces tragédies. Le système de sécurité unique de l’aéroport Ben Gourion a longtemps été considéré comme un modèle de surveillance et de dépistage efficace.

 

«Il n’y a jamais eu autant d’intérêt pour ce type de technologie. D’évidence, le contexte international joue », explique Mr. Zeevi Bregman président de NICE Systems Ltd.

 

Autre actualité brûlante qui s’invite à la foire, la crise des migrants, représentée par des fabricants internationaux de clôtures et de barrières de sécurité dernier cri.

 

Parmi eux, la société israélienne PrimeSense, qui a fourni les nouvelles clôtures pour protéger les frontières coréennes. En effet La Corée du Sud utilise une technologie israélienne pour surveiller ses frontières avec son ennemi du Nord.

 

Le système basé sur la technologie de détection de mouvements a été acheté par Séoul pour renforcer les 248 kilomètres de frontières qui constituent l’étanchéité de la zone démilitarisée (DMZ) matérialisée par une zone tampon de 4 km de large. Repensé par la société sud-coréenne Saewan, cette technologie modifiée a surtout été adoptée par l’armée pour sa capacité à faire la différence entre les déplacements humains et ceux des animaux.

 

« Les capteurs qui étaient en service sur la frontière étaient très efficaces, mais ne permettaient pas de distinguer entre l’homme et l’animal », a expliqué Ko Jae-Kwan, patron de la société Saewan Co, à l’AFP qui a refusé d’en dire davantage « pour des raisons de sécurité ».

 

Truffée de mines, cette zone a permis la prolifération de la faune et de la flore qui vivent entre les murs de barbelés réputés infranchissables malgré le passage stupéfiant d’un réfugié nord-coréen en 2012.

 

Israël toujours championne en matière de drones

 

Au salon consacré aux gadgets anti-terroristes «Security and Counter Terror Expo», la société israélienne Rafael a dévoilée le « Dôme anti-drones » qui défend l’espace aérien contre toute intrusion ou attaque aérienne. Le nouveau système de Rafael est conçu pour détecter et neutraliser tout drone hostile.

anti-drone

Le Dôme anti-drones qui possède une couverture circulaire à 360°utilise un radar et des caméras pour détecter et traquer les mouvements des drones ennemis volant dans des zones interdites et d’interrompre leurs systèmes électroniques, interrompant ainsi leur vol et capturant l’ennemi.
L’entreprise de Défense israélienne affirme que le système stoppe net les intrusions même de micro et nano-drones » utilisés par les terroristes afin de mener des attaques aériennes, de recueillir des renseignements et d’autres activités visant à l’intimidation et à la guerre psychologique
Au salon «Security and Counter Terror Expo», ce sont aussi les drones made in Israël qui tiennent la vedette.

 

Les mini-drones de modèle Orbiter fabriqués par le groupe israélien Aeronautics attirent l’attention.Compacts et légers ils sont conçus pour être utilisé dans les missions militaires et de sécurité intérieure. Ces drones  représentent la solution ultime pour les missions de reconnaissance, les conflits de faible intensité et les opérations  de sécurité en milieu urbain.

Orbiter

L’industrie des drones israélienne est énorme pour un si petit pays. Aucun pays ne lui oppose la moindre concurrence dans le domaine des drones, à l’exception des États-Unis, et, selon l’Institut international de recherche sur la paix de Stockholm, cette industrie a généré au moins 4,6 milliards de dollars entre 2005 et 2013.

 

En revanche, la Russie a pris beaucoup de retard dans la production de drones. Le magazine Wired a estimé que la technologie locale en Russie accuse un retard d’au moins vingt ans sur celle des États-Unis. La position désavantageuse de la Russie dans la technologie des drones a été mise en évidence lorsque les forces géorgiennes ont pu infliger des pertes étonnamment élevées aux Russes lorsqu’ils ont envahi la Géorgie en 2008.

 

Inventeur du drone actif et leader mondial des avions sans pilotes, Israël fournit des dizaines de solutions UAVs. La plupart ont déjà été utilisés sur les champs de bataille depuis 1982 au Liban, en passant par le Kosovo, et jusqu’à l’Irak, l’Afghanistan, Soudan et Géorgie.

 

 

 

 

 

 

 

Une entreprise américaine expose aussi son « DroneWatcher », une application de détection et de pistage des drones qui utilise la technologie radar. La société Yuneec présente, elle, un drone avec une technologie GPS intégrée qui le force à atterrir automatiquement dès qu’il s’approche de zones sensibles tel un aéroport.

 

Souhail Ftouh

 

 

Leave a Reply

*