| More

Le lobby arabe de France et plus particulièrement le lobby des maghrébins a donné des consignes de vote contre le président sortant, Nicolas Sarkozy, le 6 mai prochain.

En effet, bien que les français ne rendent bien compte, le lobby des maghrébins qui a largement échappé à la surveillance et la critique, existe depuis toujours en France et notamment et surtout au travers des centaines d’associations musulmanes ou associations religieuses très bien protégées par la législation française.

Le lobby maghrébin voit dans le possible échec du président français, Nicolas Sarkozy, une possiblité de reprendre en main le palais de l’Élysée.

Nicolas Sarkozy est considéré par le lobby arabe de France comme un prétendu ami des Juifs et d’Israel. Il est l’objet d’un déchaînement de haine, par les forces non-démocratiques du lobbying arabe, qui veulent influencer la politique française au Moyen-Orient.

De sa part, le président-candidat Nicolas Sarkozy a remercié les Français d’Israël qui ont massivement voté en sa faveur au premier tour de l’élection présidentielle. Sa représentante, Valérie Hoffenberg, a déclaré au micro de Reshet Bet shel Kol Israël que “l’élection de François Hollande aurait des répercussions négatives sur les relations entre la France et Israël”. Hoffenberg a ajouté que “F. Hollande ne comprend rien au Proche-Orient où il n’a jamais mis les pieds”.

Richard Prasquier, à la tête du Conseil représentatif des institutions juives de France, souligne l’influence que pourraient avoir les partis de gauche sur le candidat socialiste compte-tenu de «leur hostilité à Israël».

Dans une tribune publiée le 26 avril 2012, dans le quotidien israélien de gauche Haaretz, le président du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif), affiche lui aussi une préférence pour Nicolas Sarkozy qui a “développé un lien fort avec la communauté juive française ; Il a une profonde connaissance d’Israël et une profonde sympathie pour ce pays.”

Selon Richard Prasquier les appels du pied à l’électorat du Front national ne le gênent pas : “le FN n’exercera pas d’influence sur la politique concernant les Juifs de France”, a-t-il estimé. A contrario, il estime que François Hollande n’aura pas beaucoup de marge de manœuvre en politique extérieure, à cause de ses alliés très anti-israéliens.

“La question centrale pour la communauté juive, si François Hollande est élu, est l’influence que pourraient avoir certains leaders socialistes qui n’apprécient pas la politique d’Israël. Au delà des socialistes, mais toujours dans le camp d’Hollande, se trouvent également des partis de gauche et les Verts”, écrit-il. “Ces derniers affichent une forte hostilité envers Israël”.

Le secrétaire du Cercle Bernard Lazare (Juifs proches du PS) a réagi en affirmant que “François Hollande est un ami d’Israël et que ses positions à l’égard de l’État juif ne sont pas différentes de celles de Sarkozy”.

Il y’ a aujourd’hui une véritable inquiétude de l’éventuelle arrivée au pouvoir du candidat socialiste François Hollande. L’opinion publique française est confrontée à la nuisance des lobbies musulmans qui veulent tracer leur propre agenda , alors que la République Française risque d’etre islamique dans 3 ou 4 décennies.

Les attaques de Mohamed Merah, qui ont fait sept morts en France le mois dernier restent dans tous les esprits. Après les massacres de Toulouse et Montauban où l’on a assassiné des enfants Juifs et des militaires français, l’Union des Organisations Islamiques de France (UOIF) n’a pris aucune distance avec les thèses islamistes radicales.

Dans une interview à l’hebdomadaire Actualité juive, daté du 19 au 26 avril 2012 , le président-candidat Nicolas Sarkozy est revenu sur la tuerie de Toulouse, au cours de laquelle trois enfants juifs et un professeur de religion juive ont été assassinés par Mohamed Merah, également assassin de trois militaires à Montauban.

“Ces enfants sont nos enfants”, a-t-il affirmé.”Ce n’est pas un terroriste sanguinaire qui va décider de la place et de l’avenir de la communauté juive en France. J’ai salué, il y a un an, la profondeur des racines juives de la France. La présence du judaïsme est attestée en France depuis plus de 2 000 ans, la communauté juive fait partie intégrante de la communauté nationale, elle participe à l’identité de la France”, a-t-il déclaré.

Le président sortant Nicolas Sarkozy a envoyé aussi une lettre de vœux à son homologue israélien Shimon Pérès à l’occasion du 64e anniversaire de l’État juif. ”Après la tuerie de Toulouse qui a si cruellement frappé nos deux pays, je veux vous promettre que les autorités françaises sont déterminées à mener une guerre sans merci contre le fléau de l’antisémitisme. Mon engagement intransigeant depuis toujours dans ce dossier vous est bien connu”, écrit-il.

Les forces islamistes de France ont meme continuer de défendre Youssef al Al Qardawi , l’un des plus grands imam radical de l’Islam mondial, qui a été interdit de venir en Francel e mois dernier par décision de Nicolas Sarkozy. Il a assuré le 2 avril 2012 à Nancy qu’il n’y aurait “aucune indulgence” à l’endroit des islamistes radicaux présents sur le territoire français, après l’annonce de l’expulsion de trois imams radicaux et deux militants islamistes étrangers.

La plupart des islamistes, qui veulent détruire la France au nom de l’islam, voteront en conséquence le 6 mai prochain contre Nicolas Sarkozy pour le 2ème tour de l’élection présidentielle.

L’intellectuel musulman controversé Tariq Ramadan a affirmé qu’il voterait contre Nicolas Sarkozy, sans se prononcer en faveur de François Hollande.

La mobilisation contre le président sortant, Nicolas Sarkozy, eu des échos aussi à Téhéran.

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a estimé mardi que “la défaite de Sarkozy au premier tour de l’élection présidentielle est due à la défiance du peuple français à son encontre en raison de la politique qu’il mène à l’égard de l’Iran et au Moyen-Orient”.

Ftouh Souhail

Leave a Reply

*