“Jérusalem est à nous, notre arme est l’Islam, et nos munitions sont nos enfants”, prêchent les dirigeants palestiniens.

Par Itamar Marcus, Palestinian Media Watch

Les garçons palestiniens sont élevés pour être des ” munitions “.

“Jérusalem est à nous, notre arme est notre Islam, et nos munitions sont nos enfants. Et toi, ô mon fils, tu es destiné au martyre.”

Que signifie pour un petit garçon d’être une “munition” ?

C’est la question que le Conseil des droits de l’homme des Nations unies, l’UNICEF et chaque enfant palestinien devraient poser maintenant que le Fatah de Mahmoud Abbas a déclaré que les garçons palestiniens devaient oublier les jouets, oublier l’enfance et oublier d’avoir un avenir – parce qu’ils ne sont que des “munitions” et sont destinés au “martyre”.

C’est le message inimaginable que Palestinian Media Watch a découvert dans un conte récité par une jeune fille palestinienne dans une vidéo que le Fatah a publiée sur sa page officielle Facebook.

Le conte commence avec un petit garçon qui attend avec impatience un cadeau que sa mère lui a promis pour avoir fini sa nourriture. Cependant, sa mère le choque : Au lieu de lui donner un jouet, elle lui tend un fusil.

Voici les paroles épouvantables qui sont prononcées :

“Il a crié très fort : ‘O Maman ! Maman ! Qu’est-ce que c’est ? C’est ça, le cadeau ?

Elle l’a pris dans ses bras et lui a dit : “Mon fils, nous n’avons pas été créés pour le bonheur…”. Ils sont maudits [les juifs]. Jérusalem est à nous, notre arme est notre Islam, et nos munitions sont nos enfants. Et toi, ô mon fils, tu es destiné au martyre.”

Maltraitance d’enfants : Purement et simplement

S’agit-il d’autre chose que de la maltraitance d’enfants ? Le Fatah utilise le géant des médias sociaux Facebook pour dire à un quart de million d’adeptes palestiniens que Jérusalem est “à eux”, que l’Islam est “l’arme” et que les garçons palestiniens sont “les munitions”. Et, chose choquante, cette formule vient de la personne qui devrait être le champion, le défenseur et la source de sécurité d’un enfant : sa mère.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Après la réaction de peur spontanée et normale du garçon (“le garçon s’est plaint à son oreiller, car il est trop jeune pour ces choses”), il rêve qu’une mariée – Jérusalem – l’appelle personnellement pour venir la libérer : “Ô mon chevalier, libère-moi des menottes”.

Le jeune Palestinien qui, il y a quelques instants, ne voulait que jouer avec des jouets, sait maintenant que son but dans la vie est de prendre Jérusalem aux Juifs et aux Israéliens “maudits”. Mais comment va-t-il s’y prendre ?

Sa “fiancée” lui fournit la réponse : “Moi, Jérusalem, je te dis ceci : “Ce qui a été pris par la force ne sera rendu que par la force.”

Le garçon se réveille, comprend maintenant pourquoi sa mère lui a donné un fusil, et il assume immédiatement son violent destin: “Vivre le reste de sa journée en disant : ‘Ce qui a été pris par la force ne sera rendu que par la force’ tout en portant le fusil dans une main.”

Il est intéressant de noter les réponses à cet odieux message, montrent à quel point l’Autorité palestinienne a totalement tordu l’esprit de sa population adulte.

Ce poème d’une jeune fille a été diffusé pour la première fois sur une station de radio palestinienne privée. L’animateur de la radio était tellement ravi qu’il a d’abord applaudi puis salué la petite fille : “Ma chérie, mon amour, bravo ! Viens ici que je t’embrasse. Je ne peux pas continuer la conversation sans t’embrasser”.

Puis, aggravant les dégâts, le mouvement Fatah au pouvoir de l’AP a décidé que ce message devait avoir un impact plus large, et a publié la vidéo du récital de la jeune fille sur Facebook afin que tous les jeunes adeptes du Fatah puissent apprendre que ce ne sont que des “munitions”.

Des décennies de lavage de cerveau d’enfants

La question troublante est la suivante : pourquoi le Fatah prendrait-il un récit inconnu avec un message abusif et lui donnerait-il une exposition aussi importante ? La réponse touche au cœur de l’idéologie de l’AP et à tout ce qui ne va pas avec la direction de l’AP. Alors que cette émission a été remarquable par son caractère poignant, l’AP fait un lavage de cerveau aux enfants palestiniens pour qu’ils aspirent au martyre pendant plus de 20 ans.

Rien que le mois dernier, la télévision officielle de l’AP a fait réciter à plusieurs enfants des poèmes vantant la violence et le martyre dans des émissions pour enfants.

Dans un studio rempli de jeunes enfants, une fille a récité : “Je suis le lionceau palestinien / Le sang des martyrs coule dans mes veines / Je récolte les âmes dans les champs / Les vierges aux yeux noirs me désirent / Je porte mes linceuls.

Une autre jeune fille a raconté : “O ma patrie / Avec le sang nous avons tissé les linceuls.”

Ironiquement, la CPI a récemment annoncé qu’elle envisageait d’enquêter sur Israël pour de prétendus “crimes de guerre”, alors que les vrais criminels – les dirigeants de l’Autorité palestinienne – abusent des enfants, les élèvent pour tuer et être tués, sous les yeux des nombreuses organisations internationales qui prétendent se préoccuper du bien-être des enfants.

Pourquoi le Conseil des droits de l’homme de l’ONU et l’UNICEF n’ont-ils pas publié de rapports appelant à défendre les enfants palestiniens contre leurs dirigeants ? Pourquoi aucun des défenseurs autoproclamés des droits de l’homme, tels qu’Amnesty International et Human Rights Watch, ne cherche-t-il à protéger ces enfants et à condamner, isoler et poursuivre les auteurs de ces abus ?

La preuve est évidente dans les centaines, voire les milliers d’exemples documentés par Palestinian Media Watch au cours des 20 dernières années – disponibles pour être visionnés par toute institution internationale qui décide de prendre au sérieux le bien-être des enfants palestiniens. Les enfants palestiniens ont le droit d’être élevés non pas comme de simples “munitions”.

Cet article a été initialement publié sur le site web du Jerusalem Post le 2 janvier 2019.

Traduit de l’anglais : https://unitedwithisrael.org/how-the-un-and-amnesty-turn-a-blind-eye-to-abuse-of-palestinian-children/

5 1 voter
Évaluation de l'article