L’organisation terroriste Hamas a condamné le réchauffement des relations entre Israël et les Etats arabes, qualifiant de “trahison” la normalisation des relations diplomatiques avec l’Etat juif.

Par Arye Green, TPS

Le porte-parole du Hamas, Abdul-Latif al-Qanua, a publié dimanche une déclaration en réponse au tweet du Premier ministre Benjamin Netanyahu, dans lequel il se félicite du rapprochement entre Israël et de nombreux Etats arabes.

Netanyahu a retweeté un tweet d’Abdullah bin Zayed, ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale des Emirats arabes unis (EAU), dans lequel il partageait un article du Spectator britannique, intitulé “La réforme de l’Islam : une alliance arabo-israélienne prend forme au Moyen-Orient”. L’article décrit le renforcement des relations entre Israël et certains États arabes.

Al-Qanua a déclaré que l’annonce israélienne est “un reflet de la profondeur de ces liens et du niveau auquel certains régimes arabes sont tombés”. Il a affirmé que la normalisation des liens des États arabes avec Israël constituait une trahison, et qu’elle risquait de nuire au “problème palestinien”.

Il a appelé les pays arabes à montrer la voie en inculpant les “criminels de guerre israéliens” devant la Cour pénale internationale (CPI), par opposition au renforcement des relations avec Israël, qui constitue “une entité illégale”, selon le porte-parole du Hamas.

Al-Qanua s’est référé à la déclaration faite vendredi par la procureur de la CPI, Fatou Bensouda, selon laquelle, après la conclusion d’un examen préliminaire, elle a décidé d’ouvrir une enquête contre Israël pour des crimes de guerre présumés.

Le Hamas est une organisation terroriste reconnue dans de nombreux pays, notamment en Israël, aux États-Unis et dans l’Union européenne. L’organisation est une ramification des Frères musulmans basés en Égypte et a juré de détruire Israël. La charte du Hamas rejette une solution à deux États avec Israël, n’envisageant aucun règlement pacifique du conflit en dehors du jihad, une guerre sainte contre l’État juif.

Les liens d’Israël avec plusieurs pays arabes ont considérablement progressé ces dernières années, ouvertement et secrètement. Des intérêts stratégiques communs, notamment la lutte contre l’agression de l’Iran dans la région, ont amené les deux parties à la table des négociations.

En juillet, le ministre israélien des Affaires étrangères, Yisrael Katz, a participé à un sommet des Nations Unies sur le climat à Abou Dhabi, au cours duquel il a rencontré un haut responsable des Émirats arabes unis (EAU). Il s’agissait de la première visite officielle d’un ministre israélien dans ce pays arabe.

Il s’est rendu à Oman en novembre 2018, et son voyage a eu lieu deux semaines après que Netanyahou ait visité le pays et rencontré son dirigeant, le sultan Qabus bin Saïd. C’était le premier voyage d’un premier ministre israélien depuis Shimon Peres en 1996.

En octobre, Katz a révélé qu’Israël est en train de travailler sur un pacte de non-agression avec plusieurs États arabes du Moyen-Orient pour faire face à la menace commune émanant de l’Iran.

Traduit de l’anglais : https://unitedwithisrael.org/hamas-arab-countries-warming-ties-with-israel-equal-treason/

0 0 voter
Évaluation de l'article