Le procureur Fatou Bensouda a rencontré un groupe juridique basé à Gaza environ deux semaines avant d’annoncer la “base” de l’enquête sur des crimes de guerre israéliens présumés

Le plus haut procureur de la Cour pénale internationale aurait rencontré un groupe palestinien, mais a évité de rencontrer des organisations israéliennes, avant que la Cour n’annonce vendredi qu’elle s’apprêtait à enquêter sur des crimes de guerre présumés commis par Israël contre les Palestiniens.

Les organisations israéliennes ont cherché à présenter au procureur Fatou Bensouda des informations sur les crimes présumés commis par l’Autorité palestinienne, a rapporté dimanche la chaîne 13 (Israel).

Bien qu’elle ait évité les Israéliens, Fatou Bensouda a rencontré plusieurs fois les organisations palestiniennes avant la décision, la dernière réunion ayant eu lieu environ deux semaines avant l’annonce.

L’une des organisations pro-israéliennes qui a tenté de rencontrer Bensouda était l’Association internationale des avocats et juristes juifs, un groupe de défense des droits de l’homme ayant des représentants en Israël, aux États-Unis et au Royaume-Uni.

Le chef de l’organisation, Meir Linzen, a déclaré à Channel 13 que “pendant environ un an, nous avons contacté le procureur à plusieurs reprises, et n’avons pas obtenu de réponse”.

M. Linzen a indiqué que l’organisation avait préparé des documents contenant son avis juridique selon lequel la CPI n’était pas habilitée à enquêter sur l’affaire, ainsi que des informations sur l’indemnisation financière par l’Autorité palestinienne en faveur des personnes impliquées dans la perpétration d’attentats terroristes contre des Israéliens. Le groupe a contacté Bensouda par e-mail et par téléphone, mais en vain.

Bensouda a rencontré des représentants du Centre palestinien pour les droits de l’homme, qui ont critiqué la CPI pour son parti pris injuste envers Israël lors d’une réunion tendue au début de ce mois. Le centre a affiché des images de la réunion sur ses pages Facebook et YouTube le 8 décembre.

Dans un rapport précédent de la CPI, “malheureusement, il s’agissait plutôt de la version juridique israélienne, de la rhétorique juridique. Ce n’était pas quelque chose que nous attendions, et qui ne devait pas être équilibré”, a déclaré à Bensouda Raji Sourani du Centre palestinien pour les droits de l’homme.

Le bureau de Bensouda a contesté les affirmations selon lesquelles il avait évité de rencontrer des groupes israéliens, affirmant qu’il avait rencontré régulièrement des représentants israéliens et palestiniens tout au long de son processus d’enquête, selon le rapport.

Dimanche également, le ministère des Affaires étrangères a organisé une réunion pour discuter de la manière de répondre à l’affaire dans ses bureaux à Jérusalem. Le Conseil national de sécurité, le ministère de la Justice, le ministère des Affaires étrangères et les Forces de défense israéliennes ont pris part aux discussions, a rapporté le site d’information Ynet.

En réponse aux allégations de la CPI concernant des crimes de guerre présumés à Gaza, le personnel de l’armée de l’air israélienne a riposté en répondant à la CPI dans une interview diffusée dimanche sur la chaîne 12.

Un commandant de l’armée de l’air, qui ne peut être identifié que par la lettre hébraïque “Resh”, a déclaré que l’armée de l’air fait tout ce qui est en son pouvoir pour minimiser les erreurs.

“Le nom du jeu est précision”, a-t-il dit. “Le nombre de fois que je suis personnellement allé à l’attaque et que j’ai reçu l’ordre d’arrêter le feu juste parce que nous n’étions pas sûrs de toucher les ennemis que nous voulions – c’est un très grand nombre.”

“Nous faisons de notre mieux pour éviter les erreurs, bien que nous ne soyons pas totalement exempts d’erreurs. Nous apprenons nos leçons et nous allons de l’avant”, a déclaré un autre pilote. “Le tribunal de La Haye n’est pas un sujet de conversation pour notre escadron.”

Dimanche, le Premier ministre Benjamin Netanyahu a critiqué le tribunal pour son annonce, qu’il a qualifiée d’antisémite.

“De l’antisémitisme pur, c’est ce que la CPI a fait, et nous ne baisserons pas la tête”, a déclaré M. Netanyahu lors d’une fête du Likoud pour marquer la première nuit du festival de Hanoukka qui dure huit jours.

La Cour pénale internationale, “qui devrait savoir le contraire, a édicté des décrets qui sont tout aussi antisémites que les décrets des Grecs séleucides”, a déclaré M. Netanyahu, en s’appuyant sur les thèmes de Hanoukka, qui célèbre la victoire des Juifs dans la Jérusalem du deuxième siècle avant Jésus-Christ sur une armée grecque d’occupation qui avait tenté de supprimer le judaïsme.

“Ils [la CPI] disent que les Juifs n’ont pas le droit de s’installer dans la patrie juive”, a poursuivi le Premier ministre. “Ils disent que les Juifs n’ont pas le droit de vivre dans la terre des Juifs, dans la Terre d’Israël. Eh bien, nous disons, honte à vous.”

“La lumière de la vérité s’allume ici et nous vous vaincrons, tout comme nous avons vaincu d’autres antisémites dans l’histoire”, a-t-il dit.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu participe à un rassemblement de soutien à Jérusalem, avant les primaires du Likoud plus tard cette semaine. Le 22 décembre 2019.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu participe à un rassemblement de soutien à Jérusalem, avant les primaires du Likoud plus tard cette semaine. Le 22 décembre 2019.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu assiste à un rassemblement de soutien à Jérusalem, avant les primaires du Likoud plus tard cette semaine. Le 22 décembre 2019. (Yonatan Sindel/Flash90)

Le procureur de la CPI, M. Bensouda, a annoncé vendredi qu’il y avait une “base” pour ouvrir une enquête sur des crimes qui auraient été commis dans les territoires palestiniens, notamment la politique de colonisation israélienne, la guerre de Gaza de 2014 et la réponse israélienne aux violentes protestations à la frontière de la bande de Gaza.

La CPI a également déclaré qu’elle se pencherait sur la question des civils pris pour cible par le Hamas et d’autres groupes terroristes palestiniens.

Le procureur a renvoyé la question de l’enquête au tribunal de La Haye pour qu’il se prononce sur le territoire spécifique sur lequel il a compétence, car Israël n’est pas membre de la Cour.

Le cabinet israélien a approuvé dimanche la demande de M. Netanyahu de classer ses délibérations sur le déménagement de la CPI et a accepté que d’autres discussions sur la question aient lieu au sein du haut cabinet de sécurité.

La classification a été approuvée en utilisant un article de l’une des lois fondamentales quasi-constitutionnelles d’Israël permettant au gouvernement de considérer certaines délibérations et décisions comme secrètes et de les empêcher d’être rendues publiques.

Deux ministres non nommés ont déclaré à Channel 12 news que la publication des efforts israéliens pour contrecarrer le lancement d’une enquête par la CPI pourrait nuire aux intérêts nationaux.

Traduit de l’anglais : https://www.timesofisrael.com/icc-reportedly-spurned-israelis-met-palestinian-group-before-probe-decision/

0 0 voter
Évaluation de l'article