En Israël, on connaît le terrorisme depuis 1948. Une Association; ZAKA est sur les lieux en quelques minutes. Ce sont les experts mondiaux. Ils forment l’armée aux USA et sont les 1ers sur le terrain, lors de catastrophes naturelles ou d’attentats.

 

Le 6 juillet 1989, Yehuda Meshi-Zahav, résident de Jérusalem ultra-orthodoxe, âgé de 30 ans, a entendu une explosion et des cris provenant d’un bus par un terroriste.Il ne connaissait pas les premiers secours. Néanmoins, lui et quelques amis se sont précipités pour aider.

La sombre tâche qu’ils se sont fixée était de recueillir des parties du corps et du sang pour l’enterrement conformément à la tradition juive. Aucune organisation formelle n’existait pour effectuer ce travail sacré.

Cette scène horrible a conduit à la fondation par Meshi-Zahav de ZAKA (un acronyme hébreu pour l’identification des victimes de catastrophes) en 1995. La portée de l’organisation s’est depuis élargie.

Aujourd’hui, des milliers de volontaires ZAKA Search & Rescue sont formés de tous les secteurs de la société israélienne effectuent des activités de sauvetage – ainsi que la récupération de parties du corps – à la suite d’attaques terroristes, d’accidents ou de catastrophes sur terre et sur mer.

Et pas seulement en Israël, 49 unités ZAKA opérant dans le monde

Depuis son commencement EN 1995, l’organisation a grandie et inclue une unité de moto pour le secours d’urgence, une unité “Repérage et secours” et divers départements qui s’occupe d’éducation publique et de services communautaires.

En plus de son travail en Israël, ZAKA fournit de l’aide internationalement. ZAKA a des représentants dans 25 différents pays (États-Unis, Grande-Bretagne, France, etc.), qui s’occupent de la coordination internationale.

Zaka a représenté plus d’une fois avec fierté l’Etat d’Israël, lorsqu’elle a aidé des pays du monde entier lors de différentes catastrophes naturelles et attentats divers. Déjà reconnue en 2005 comme organisation humanitaire et en conséquence de ses interventions, Zaka a mérité en 2016 la reconnaissance la plus prestigieuse qu’une organisation puisse recevoir : être élevée au rang d’observateur et de conseiller à l’ONU.

En tant qu’organisation humanitaire internationale bénévole reconnue par l’ONU, l’Unité internationale de sauvetage de la ZAKA travaille en coopération avec le ministère israélien des Affaires étrangères et l’armée pour répondre aux catastrophes dans le monde.

Les volontaires de la ZAKA effectuent des opérations de sauvetage et de récupération en Israël et à l’étranger; de nouvelles unités vont se constituer dans les principales villes occidentales. ZAKA forme les citoyens, les institutions, les grandes entreprises, les associations face à la menace attentat.Sur la question du terrorisme, la France, l’Europe ne sont pas du tout au niveau.

ZAKA a (jusqu’à présent) formé 49 groupes de volontaires dans des pays à travers le monde pour qu’ils soient prêts en cas d’incidents de masse à proximité. La nouvelle unité a été créée à Odessa en octobre 2019.

Désormais, il existe des plans ambitieux pour former des groupes dans les principales villes occidentales, selon Edward Mermelstein, président de ZAKA Search, basé à New York.

«La capacité de ZAKA à répondre le plus rapidement possible ne peut être améliorée que par la création de centres d’opérations autonomes dans des endroits stratégiques aux États-Unis, au Brésil, au Mexique, au Canada, dans les Caraïbes et ailleurs», a déclaré Mermelstein.

«Rien ne peut nous arrêter. Nous y arriverons en avion ou en bateau afin d’aider les autres. Et partout où nous allons, nous montrons le beau visage de l’État d’Israël et du peuple d’Israël. »

«Il semble y avoir une augmentation significative des catastrophes majeures en Amérique du Sud et dans les Caraïbes, et nous voulons être aussi proches que possible de ces zones“, a déclaré Mermelstein.

«La reconnaissance de ZAKA par l’ONU nous permet d’entrer dans des pays où normalement nous pourrions avoir des problèmes logistiques et nous donne la possibilité de répondre avec n’importe quel pays membre de l’INSARAG», a déclaré le Groupe consultatif international des Nations Unies pour la recherche et le sauvetage.

ZAKA USA a levé des fonds pour faire faire venir des formateurs d’Israël pour préparer un groupe qui desservira la grande région de New York dans les mois à venir. «Et nous avons identifié d’autres zones métropolitaines qui souhaitent faire venir des formateurs ZAKA», explique Mermelstein.


De gauche à droite, le fondateur et président de ZAKA, Yehuda Meshi-Zahav, l’ambassadeur d’Israël auprès de l’ONU Danny Danon et le président de ZAKA Search & Rescue USA Edward Mermelstein

Nous sommes un cœur et une âme

Le cœur de la ZAKA est le volontariat sans frontières – à tout moment de la journée, dans toutes sortes de conditions difficiles, après toute catastrophe – pour donner les premiers soins, sauver les vivants et recueillir respectueusement les restes des morts, en Israël et à l’étranger, », a déclaré le président de ZAKA, Yehuda Meshi-Zahav.

«Cela ne fait aucune différence si les victimes sont juives ou non juives. Nous avons plus de 3 500 personnes [rien qu’en Israël] disposées à risquer leur vie pour réagir aux événements qui se produisent aux quatre coins du monde », dit-il.

«Nous nous efforçons toujours d’améliorer notre logistique et notre temps de réponse. Rien ne peut nous arrêter. Nous y arriverons en avion ou en bateau afin d’aider les autres. Et partout où nous allons, nous montrons le beau visage de l’État d’Israël et du peuple d’Israël. Nous ne sommes pas une machine; nous sommes un cœur et une âme. ”

La semaine dernière, les volontaires de Zaka ont été décorés pour la journée mondiale du bénévolat

 

En 2005, l’année où ZAKA a reçu la reconnaissance de l’ONU, les volontaires ont aidé aux efforts de secours aux États-Unis après l’ouragan Katrina et en Asie du Sud-Est après un tsunami catastrophique.
Les équipes de ZAKA se sont précipitées sur les lieux du séisme meurtrier en Haïti en janvier 2010; au Japon après le tremblement de terre et le tsunami de 2011; et aux Philippines à la suite du typhon de 2013.

En 2015, des volontaires de la ZAKA se sont envolés pour Paris après une attaque terroriste meurtrière, vers les Alpes françaises après le crash de l’avion Germanwings et vers le Népal à la suite d’un tremblement de terre dévastateur qui a tué et blessé des milliers de personnes.


Statut consultatif officiel

En janvier 2016, le Comité des Nations Unies sur les ONG a accordé un statut consultatif officiel à ZAKA, donnant à l’organisation bénévole la possibilité de prendre part aux discussions et conférences officielles de l’ONU dans son domaine d’expertise.

Dix mois plus tard, la ZAKA a participé à son premier exercice international de recherche, sauvetage et récupération de l’OTAN, qui s’est tenu au Monténégro.

Pendant ce temps, le travail sur de véritables scènes de catastrophe n’a jamais cessé.

En 2017, ZAKA était sur les lieux après des catastrophes de masse au Texas, en Floride, au Mexique et en Haïti; et en 2018 après le tournage de la synagogue à Pittsburgh.

Shay Salmon, un chef de l’unité ZAKA de 45 personnes formée au Guatemala en 2018, a reçu le prix Ambassadeur de la paix du gouvernement du Guatemala pour l’aide de son unité à la suite d’un volcan puissant cinq mois seulement après la fin de la formation.En 2019, ZAKA a aidé à retrouver des corps dans l’effondrement du barrage brésilien et l’accident d’avion éthiopien.

Pour les volontaires intéressés

ZAKA USA travaille en coordination avec la Garde nationale américaine et l’Agence fédérale de gestion des urgences (FEMA). Des volontaires formés pourraient également répondre avec leurs homologues israéliens en coordination avec les Forces de défense israéliennes lors de missions humanitaires à travers le monde.

«Nous considérons ZAKA comme une solution attendue depuis longtemps, en particulier pour les pays en développement en proie à une catastrophe naturelle ou d’origine humaine», explique Mermelstein.

En Israël, lorsque survient un attentat, les bénévoles de Zaka sont des avocats, infirmiers, psy, médecin, chef d’entreprise… Tous stoppent net leurs activités professionnelles et foncent sur les lieux! Tout cela en quelques minutes.

ZAKA n est plus l’association orthodoxe de ses débuts. Ces pionniers ont insufflés à cette association leur âme juive solidaire et chaque humain qui aujourd’hui la rejoint est habité par ce sentiment de fraternité universelle.

Les bénévoles, qui ne doivent pas nécessairement être juifs, viennent principalement de la communauté des premiers intervenants, policiers et pompiers et personnel médical. Zaka aide et forme aussi des communautés arabes.

Cependant, dit Mermelstein, la principale exigence pour les volontaires est simplement «d’être fort et en bonne santé car une grande partie du travail implique la capacité de soulever des objets lourds et d’utiliser un équipement lourd pour extraire les personnes coincées sous des bâtiments ou dans des situations d’eau. C’est un bonus s’ils ont également une formation médicale. »

Le gouvernement israélien aide cette ONG à hauteur de 18% leur budget. Autant dire presque rien. 18% ! Malgré cela ils sont N°1 en raison de leur expertise et de leur longue expérience du terrain. Ce qui veut dire que 82% du budget de « Zaka monde » vient de DONS.

Pour rémunérer les permanents, pour acheter les motos d’intervention rapide, des kits de secours, des billets d’avions…. 82% du budget provient de dons de la communauté juive ET non juive dans le monde.

Pour plus d’informations sur le volontariat, envoyez un e-mail à [email protected] ou cliquez ici. Des dons monétaires peuvent également être effectués sur le site Web.

Souhail Ftouh

5 possibilités pour transmettre vos dons à ZAKA :

1. Par chèque à l’ordre de Zaka :
20 bis, rue Louis Philippe 92200 Neuilly sur Seine
2. Par téléphone : 01 74 900 600
3. En ligne sur son site par paiement sécurisé ou par PayPal
4. Par virement bancaire :
• IBAN : FR7630004008220001025567366 BIC : BNPAFRPPPCE
• BNP PARIBAS : 30004 – Agence : 00822 Compte : 00010255673 Clé : 66

0 0 voter
Évaluation de l'article