“Ce jour sera ajouté au calendrier palestinien de la douleur et au calendrier arabe des défaites”, a déclaré le Premier ministre de l’Autorité palestinienne, Mohammad Shtayyeh.

Les responsables de l’Autorité palestinienne (AP), dont le Premier ministre Mohammad Shtayyeh et le ministre des Affaires civiles Hussein al-Sheikh, ont qualifié la signature de l’accord de paix à Washington de “jour noir”.

Le négociateur en chef de l’AP avec Israël, Saeb Erekat, a déclaré qu’il ne serait pas surpris s’il s’avérait que le Bahreïn et les Émirats Arabes Unis (EAU) ont signé les cartes de “l’annexion” d’Israël en Judée et en Samarie.

Shtayyeh a déclaré que “ce jour sera ajouté au calendrier palestinien de la douleur et au calendrier arabe des défaites”, et il a accusé la Ligue arabe d’être un “symbole de l’inaptitude arabe”.

Certains dans la hiérarchie palestinienne ont comparé cette cérémonie au massacre de Sabra et Chatila au Liban en 1982, tandis que d’autres ont condamné le “déclin des peuples arabes” pour avoir permis de nuire au problème palestinien.

Le siège national des Nations Unies, récemment établi par toutes les organisations terroristes palestiniennes lors d’une conférence entre Ramallah et Beyrouth, dirige maintenant les protestations de l’AP.

À Gaza, des photos des dirigeants des Émirats Arabes Unis et du Bahreïn ainsi que leurs drapeaux ont été brûlés, mais les manifestants de l’AP se sont abstenus de le faire, probablement à la suite d’une interdiction présidentielle.

Ismail Haniya, le leader du Hamas, a appelé le chef de l’AP Mahmoud Abbas depuis le siège de l’OLP à Beyrouth et lui a parlé de la nécessité d’établir un front palestinien face aux récents développements.

Le Hamas a mis en garde contre l’utilisation présumée des accords de paix par Israël pour nuire aux mosquées d’Al-Aqsa, suite à la nouvelle que les dirigeants des Emirats prévoient une visite du lieu saint.

Le groupe terroriste du Djihad islamique a déclaré que les accords d’Abraham ne constituent pas un accord de paix mais plutôt une alliance militaire avec l’ennemi sioniste.

Pendant ce temps, au Bahreïn et aux Émirats, une atmosphère de vacances se faisait sentir. Le ministre de l’intérieur du Bahreïn, Rashid bin Abdullah Al Khalifa, a déclaré que la normalisation des relations est un moyen de défendre le Bahreïn contre l’hégémonie iranienne qui a menacé de porter atteinte à la sécurité nationale. Il a également déclaré que si les Palestiniens sont une question arabe, le Bahreïn est une question cruciale.

Le ministre émirati des affaires étrangères, Anwar Gargash, a déclaré que les EAU avaient franchi la barrière psychologique qui les empêchait d’entretenir des relations à part entière et a même exprimé l’espoir qu’une importante communauté israélienne existe dans les Emirats.

En réponse aux menaces de l’Iran, de la Turquie et des Houthis au Yémen, et au fait que le Bahreïn soit traité de “fou d’Israël”, un publiciste bahreïni a déclaré qu'”Israël est un pays plus respecté que les régimes de la Turquie, de l’Iran et du Qatar et que tous les mouvements de l’Islam politique”.

Source: https://unitedwithisrael.org/

0 0 voter
Évaluation de l'article