Depuis cinq ans, IsraAID aide des dizaines de milliers de réfugiés syriens, irakiens et afghans à Lesbos. Aujourd’hui, le camp est en ruines et 12 000 personnes sont sans abri.

Cette semaine, une série d’incendies a décimé le camp de réfugiés surpeuplé de Moria, sur l’île grecque de Lesbos, où l’organisation humanitaire non gouvernementale israélienne IsraAID fournit un soutien médical, psychologique et éducatif depuis cinq ans.

Moria grouillait de plus de 12 000 réfugiés syriens, afghans et irakiens, soit environ quatre fois sa capacité officielle.

“Les images et les rapports qui sortent aujourd’hui du camp de réfugiés de Moria sont vraiment dévastateurs. Nous sommes profondément préoccupés par le bien-être des résidents, qui doivent se débrouiller seuls et n’ont nulle part où aller”, a déclaré Yotam Polizer, directeur général d’IsraAID.

Le gouvernement grec a déclaré l’état d’urgence dans le camp, a déclaré à ISRAËL21c la directrice d’IsraAID, Sarah Danby.

Les responsables gouvernementaux ont envoyé un bateau pour héberger temporairement 1 000 réfugiés parmi les plus vulnérables et en enverront d’autres pour construire de nouveaux camps sur deux bases militaires inutilisées.

Pendant ce temps, l’équipe de quatre personnes d’IsraAID est bloquée à Mytilene, non loin de là, et réfléchit avec ses partenaires à la manière de fournir aux réfugiés des sacs de couchage d’urgence, des tentes, des articles d’hygiène et des premiers secours psychologiques dès que l’accès sera possible.

“C’est une lutte permanente pour savoir ce qui se passe et ce que nous pouvons faire”, dit Danby.

“Des logements d’urgence et des distributions gratuites sont organisées par le gouvernement grec et l’armée, mais environ 5 000 personnes du camp dorment dans les routes, les collines et les vergers et le gouvernement ne sait pas exactement où elles se trouvent”.

Covid et le chaos

IsraAID, qui a commencé à travailler dans le camp de Lesbos en 2015, avait créé une école informelle à Moria, enseignant les matières scolaires de base à pas moins de 100 enfants par jour. Les enseignants sont issus de la population du camp, embauchés et formés par IsraAID.

“Nous sommes en contact avec notre personnel enseignant”, dit Danby. “Ils restent à proximité du camp et ont reçu de la nourriture et de l’eau. Mais c’est très chaotique”.

Avant les incendies, le Covid-19 faisait des ravages dans le camp surpeuplé et, en fait, dans les opérations d’IsraAID dans 14 pays.

Les services médicaux dans le camp de réfugiés de Moria sont maigres. IsraAID a mis en place des installations WASH (eau, assainissement et hygiène) dans le camp pour empêcher le virus de se propager. Bien que son centre éducatif Secret Garden ait dû fermer, le personnel a continué à fournir des contenus éducatifs et hygiéniques à environ 80 enfants et à leurs parents via le service de messagerie Telegram, explique Danby.

Mais la semaine dernière, 35 résidents du camp ont été diagnostiqués avec le coronavirus et le camp a été mis en quarantaine médicale.

“Avant le Covid, les conditions de vie étaient déjà terribles et, pendant le confinement, elles sont devenues vraiment insupportables”, dit Polizer.

Les autorités soupçonnent que certains réfugiés ont allumé les feux pour protester contre les conditions de vie, bien que d’autres causes de l’incendie criminel soient en cours d’investigation.

“Lesbos est une petite île de 85 000 habitants, dont 20 % de réfugiés et plus de 4 000 enfants”, explique M. Polizer. “Ils sont maintenant coincés entre le camp et la ville. C’est fou que des gens qui étaient déjà extrêmement vulnérables dans ce plus grand camp de réfugiés européen le soient encore plus”.

Espoir pour l’avenir

Polizer explique que d’août 2015 à 2018, IsraAID a fourni des soins médicaux d’urgence à quelque 100 000 réfugiés qui arrivaient sur la côte nord de l’île en quête d’une vie meilleure en Europe. Nombre d’entre eux sont partis vers d’autres pays jusqu’à la fermeture des frontières en mars 2016.

Depuis 2018, lorsque Moria est devenue plus un camp de réfugiés semi-permanent qu’un camp de transit, la plupart des autres organisations d’aide internationale travaillant à Lesbos sont parties. L’équipe d’IsraAID est restée sur place pour fournir une éducation et un soutien psychosocial aux enfants réfugiés sur l’île.

“Certains de ces enfants ne vont pas à l’école pendant des années ; c’est vraiment une génération perdue”, explique M. Polizer.

“C’est une opération unique pour nous. Nous travaillons généralement lors de catastrophes naturelles comme les tremblements de terre et les ouragans. C’est une crise provoquée par l’homme qui est très politisée et la vie de ces gens est en lambeaux. C’est très difficile pour nous de planifier car nous ne savons pas ce qui va se passer demain – mais cela rend notre travail très important”.

Polizer a rendu visite à Lesbos plus de 20 fois, souvent avec des donateurs comme Sheryl Sandberg de Facebook. L’actrice Susan Sarandon a visité le camp de Moria en 2015.

“Nous pouvons rapidement mobiliser notre équipe là-bas pour répondre aux besoins d’hébergement”, dit-il. “Le gouvernement grec est en crise financière et nous ne pouvons pas compter uniquement sur son aide”.

La prochaine étape consistera à trouver des moyens de continuer à fournir un soutien en matière de santé mentale et d’éducation aux réfugiés de Lesbos.

Source: https://unitedwithisrael.org/

0 0 voter
Évaluation de l'article