Israël est prêt à exploiter le champ gazier offshore Leviathan. Une partie des ressources doit être exportée vers l’Égypte et la Jordanie. Le commerce du gaz pourrait améliorer les relations dans la région.

A environ 130 kilomètres (80 miles) à l’ouest de la ville portuaire de Haïfa et à 1 700 mètres (5 500 pieds) sous le niveau de la mer, le champ de gaz Leviathan a été découvert il y a près de dix ans. Il contient les plus grandes réserves de gaz naturel d’Israël en Méditerranée. La production devrait commencer au début de 2020, les premières exportations étant destinées à l’Égypte. Les exportations vers la Jordanie commenceraient immédiatement après.

Selon une annonce du ministère de l’énergie israélien, les permis signés avant l’ordonnance du tribunal permettent d’exporter jusqu’à 60 milliards de mètres cubes de gaz provenant du champ de Leviathan, ainsi que 25 milliards de mètres cubes provenant du champ de Tamar, situé à environ 50 kilomètres, sur une période initiale de 15 ans. Les partenaires de Leviathan comprennent la société américaine Noble Energy et les sociétés israéliennes Delek et Ratio Oil Exploration.

Le ministre israélien de l’énergie, Yuval Steinitz, a qualifié ces exportations de “coopération économique la plus importante entre Israël et l’Égypte depuis la signature du traité de paix entre les deux pays” il y a trois décennies.

Des liens avantageux

Le gouvernement israélien a mis ses espoirs économiques et politiques dans le gaz naturel. Plus tôt cette année, Israël, l’Égypte, la Jordanie, Chypre et la Grèce ont fondé le Forum du gaz de la Méditerranée orientale (FGM).

El-Sissi (à droite) rencontre le Premier ministre israélien Netanyahu (à gauche) en septembre 2017

El-Sissi (à droite) rencontre le Premier ministre israélien Netanyahu (à gauche) en septembre 2017

“Cela change les relations d’Israël avec nombre de ses voisins de la Méditerranée orientale et offre des possibilités évidentes de faire progresser les objectifs géostratégiques”, a écrit l’analyste Ezra Friedman dans un rapport destiné au groupe de réflexion britannique Fathom.

Friedman a écrit que les 85 milliards de mètres cubes d’exportations de gaz pourraient valoir jusqu’à 19,5 milliards de dollars (17,5 milliards d’euros) pour Israël. Le gaz atteindra l’Egypte via le pipeline sous-marin de 90 kilomètres d’Ashkelon à El-Arish.

Le politologue Gamal Gawad, du Centre Al-Ahram pour les études politiques et stratégiques d’Egypte, a déclaré à DW qu’il est peu probable qu’Israël et l’Egypte deviennent des alliés directs dans un avenir prévisible. “Mais il est certain qu’un partenariat économique pourrait voir le jour, car ces liens sont avantageux pour les deux parties”, a déclaré Gawad à DW. “Après tout, nous parlons de deux pays qui ont signé un traité de paix, qui honorent des accords au niveau international et qui sont, par conséquent, capables de développer des liens économiques d’un genre assez différent.”

En 2016, des manifestants se sont rendus en Jordanie pour s'opposer à un accord sur le commerce du gaz avec Israël

En 2016, des manifestants se sont rendus en Jordanie pour s’opposer à un accord sur le commerce du gaz avec Israël

Gawad a dit qu’il y avait aussi un avantage majeur pour la Jordanie dans son propre accord avec Israël : “Importer le gaz d’un voisin immédiat est beaucoup moins cher que de l’importer d’un pays lointain.” De plus, Israël et la Jordanie sont tous deux touchés par les troubles politiques dans la région. Israël est confronté à des défis avec les troupes iraniennes et les combattants du Hezbollah stationnés de l’autre côté de la frontière en Syrie, alors que la Jordanie accueille actuellement près de 665 000 personnes déplacées par la guerre civile en Syrie. Les deux nations ont donc un intérêt commun à établir une stabilité maximale dans la région.

Dans l’ensemble, la coopération économique pourrait entraîner une dépendance mutuelle difficile à inverser, a déclaré Stefan Wolfrum, assistant de recherche sur le Moyen-Orient et l’Afrique à l’Institut allemand pour les affaires internationales et de sécurité. “Le EMGF (Eastern Mediterranean Gas Forum) pourrait notamment contribuer à la résolution de conflits liés à la politique énergétique”, a-t-il dit, ” ou de conflits intergouvernementaux – par exemple, la division du gisement de gaz d’Aphrodite entre Israël et Chypre “.

La dynamique du marché gazier émergent en Méditerranée orientale a même amené le Liban, qui n’est pas membre du EMGF, à négocier avec Israël la délimitation de frontières maritimes communes. “De même, l’adhésion de l’Autorité palestinienne à l’EMGF pourrait apporter une nouvelle constellation dans le conflit du Moyen-Orient”, a déclaré M. Wolfrum. “Israël est impliqué dans des négociations avec les Palestiniens concernant l’extraction de réserves de gaz au large de la côte de Gaza.”

Traduit de l’anglais : https://www.dw.com/en/israels-regional-gas-exports-lead-to-hopes-for-diplomacy/

0 0 voter
Évaluation de l'article