Le président israélien Reuven Rivlin a condamné comme “impardonnable” la “foule arabe sanguinaire” qui a “blessé des gens, endommagé des biens et même attaqué des lieux juifs sacrés” cette semaine.

Par Israel Kasnett, JNS

La police israélienne a instauré un couvre-feu général sur la ville de Lod, dans le centre d’Israël, mercredi soir, après que des émeutiers arabes aient détruit des voitures, des commerces et des synagogues la veille. Les Arabes ont continué à se déchaîner dans la soirée dans d’autres villes à forte population arabe, notamment Akko, Jaffa, Bat Yam, Haïfa et Tibériade.

Dans une vidéo mise en ligne mercredi, le président israélien Reuven Rivlin s’en est pris durement aux émeutiers arabes.

“Le spectacle du pogrom de Lod et les troubles à travers le pays par une foule arabe incitée et sanguinaire, blessant des personnes, endommageant des biens et attaquant même des espaces juifs sacrés est impardonnable”, a-t-il déclaré.

“Déchirer le drapeau israélien par des émeutiers arabes et le remplacer par le drapeau palestinien est une attaque brutale contre l’existence partagée dans l’État d’Israël”, a-t-il ajouté.

Rivlin s’est également tourné vers les dirigeants des communautés arabes, les fustigeant pour leur incapacité à maîtriser leurs partisans et les membres de leur communauté.

“Le silence des dirigeants arabes face à ces troubles est honteux, il apporte un soutien au terrorisme et aux émeutes, et encourage la rupture de la société dans laquelle nous vivons et dans laquelle nous continuerons à vivre une fois que tout cela sera passé”, a-t-il déclaré.

Il a appelé les autorités à réprimer la violence, déclarant que “le gouvernement israélien doit poursuivre les émeutiers d’une main ferme, rétablir la sécurité et l’ordre tout en combattant le terrorisme de Gaza sans compromis.”

“Ils ont volontiers surfé sur la récente vague de violence et ont cherché à enflammer davantage la situation.”

Lors d’un rare incident mercredi soir, un groupe d’émeutiers juifs a attaqué un conducteur arabe à Bat Yam, le tirant de sa voiture et le battant dans la rue ; il a été emmené à l’hôpital dans un état modéré.

Cet incident a suscité l’indignation de tout le spectre politique israélien, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu le qualifiant d'”intolérable”.

“Je me moque que votre sang soit en ébullition. Alors, il bouillonne. Peu importe. Vous ne pouvez pas prendre la loi entre vos mains”, a-t-il déclaré. “Vous ne pouvez pas aller vers un civil arabe et tenter de le lyncher, tout comme nous ne pouvons pas voir des citoyens arabes faire de même avec des citoyens juifs. Cela ne sera pas toléré.”

Depuis le début du mois musulman du Ramadan à la mi-avril, les Arabes israéliens et les Palestiniens se sont livrés à des écarts de conduite publics.

Des émeutes massives ont éclaté sur le Mont du Temple dimanche, lorsque des agents de la police des frontières israélienne ont été contraints de pénétrer dans l’enceinte pour réprimer les émeutes qui mettaient en danger à la fois les personnes présentes sur le Mont du Temple et les fidèles israéliens de l’autre côté du Mur occidental.

Les événements se sont intensifiés lundi avec la fin du ramadan, qui coïncidait avec la Journée de Jérusalem célébrant la victoire d’Israël dans la guerre des Six Jours en juin 1967, au cours de laquelle Israël a pris et unifié Jérusalem.

La tension a également augmenté en raison d’un arrêt de la Cour suprême d’Israël qui devrait se prononcer sur une affaire dans laquelle les propriétaires juifs du quartier de Sheikh Jarrah, à l’est de Jérusalem, cherchent à expulser les squatters palestiniens qui occupent leurs maisons depuis des décennies.

Beaucoup de choses ont changé de manière spectaculaire”.

Les trois experts qui se sont entretenus avec JNS sont tous d’accord pour dire que les émeutiers arabes ne représentent pas la population arabe israélienne dans son ensemble, qui, selon eux, est pour la plupart pacifique et désireuse de s’intégrer dans la société israélienne.

Meir Elran, chargé de recherche à l’Institut d’études de sécurité nationale, a déclaré à JNS que la société arabe en Israël a “subi des transformations majeures au cours des 20 dernières années”.

“Beaucoup de choses ont changé de manière spectaculaire”, a-t-il déclaré, y compris une “nouvelle intégration des Arabes en Israël en termes de transformation sociale et économique, et au cours des deux dernières années, une transformation politique” également.

Cette intégration dans la société israélienne s’est améliorée “de manière significative”, selon Elran.

Cependant, Elran a déclaré que les événements de ces derniers jours sont “un changement de jeu dans la trajectoire des deux dernières années.”

“Nous sommes actuellement à la croisée des chemins entre la possibilité de permettre au processus de poursuivre l”israélisation’ au détriment de la ‘palestinisation’ de la communauté arabe en Israël”, a-t-il déclaré.

Selon Elran, les progrès sociaux et économiques majeurs de la communauté arabe signifient que les Arabes israéliens sont désormais “moins conservateurs, plus académiques et même plus aisés, malgré les énormes écarts économiques entre Juifs et Arabes.”

Il n’y a “aucun doute”, a-t-il dit, que les Arabes d’Israël vivent mieux que dans la plupart des régions du monde arabe.

“La plupart des Arabes d’Israël ne voient pas d’un bon œil ce qui se passe chez eux”, a-t-il déclaré à propos de l’incitation et des émeutes. “Ils veulent que cela cesse et ils veulent poursuivre le processus” d’intégration dans la société israélienne et profiter des avantages qui en découlent.

Hillel Frisch, politologue israélien et professeur de sciences politiques et d’histoire du Moyen-Orient à l’université Bar-Ilan de Ramat Gan, explique que “le point de ralliement des musulmans ici est Al-Aqsa. C’est ce qui les a rassemblés pour participer à une guerre contre Israël en 2000. Le nationalisme palestinien ou arabe n’était pas suffisant pour galvaniser le soutien de masse. C’est Al-Aqsa qui l’a fait.”

Il a déclaré à JNS qu’il pensait que les émeutiers arabes ne représentaient qu’un “faible pourcentage” et qu’il pourrait y avoir “de nombreuses ramifications économiques” car les gens auront peur de faire leurs courses dans les magasins arabes, non pas par racisme, mais par peur.

Selon Frisch, il y a un “côté émotionnel et irrationnel dans chaque personne”, et ce sont ces émotions qui ont vaincu la jeunesse arabe.

“Ce qui les déclenche, c’est Al-Aqsa”, a-t-il déclaré.

D’autre part, M. Frisch s’est félicité de l’intégration des Arabes de Jérusalem-Est dans l’économie israélienne, notamment dans le domaine médical, où ils constituent une part importante des médecins, des infirmières et des pharmaciens israéliens.

Malgré les émeutes, M. Hirsch a déclaré que “compte tenu des différences considérables entre Juifs et Arabes, la teneur fondamentale de la relation est encore assez bonne.”

‘Une plus grande intégration dans l’enveloppe plus large de Jérusalem’ David Koren, expert de Jérusalem et des Arabes israéliens à l’Institut de stratégie et de sécurité de Jérusalem, a parlé spécifiquement des Arabes vivant dans l’est de Jérusalem et a déclaré à JNS que “le niveau des tensions bouillonnantes à Jérusalem à un moment donné est fonction de plusieurs facteurs.”

“Le premier, a-t-il dit, est la lutte religieuse et politique pour la souveraineté de la ville.”

Le deuxième facteur de tensions, selon Koren, “est l’important changement sociétal en cours chez les Arabes de Jérusalem-Est. Les influences modératrices de l’appartenance clanique et communautaire s’affaiblissent, cédant la place à des mouvements plus nationalistes”, a-t-il déclaré.

Une troisième cause de la tension croissante, selon Koren, “est l’intervention dans les affaires de Jérusalem-Est d’acteurs étrangers anti-israéliens, comme l’Autorité palestinienne, le Hamas, le gouvernement turc, les mouvements islamiques radicaux en Israël, etc. Ils cherchent expressément à saper le contrôle d’Israël sur la ville”, et “ils ont volontiers surfé sur la récente vague de violence et cherché à enflammer davantage la situation.”

Enfin, a-t-il ajouté, les médias de masse et les médias sociaux “ont joué un rôle important et dangereux en poussant les Arabes de Jérusalem-Est à des actions nationalistes et à la violence.”

Quoi qu’il en soit, selon M. Koren, la plupart des Arabes de Jérusalem-Est “cherchent toujours à s’intégrer davantage dans l’enveloppe plus large de la Jérusalem [israélo-juive] en matière d’enseignement supérieur et d’emploi rémunéré. À cette fin, ils sont généralement prêts à se comporter de manière modérée. Un plus grand nombre d’Arabes de Jérusalem-Est étudient l’hébreu parce qu’ils se rendent compte que c’est essentiel pour réussir dans le monde du travail.

Selon Koren, “aucun de ces jeunes ne veut avoir un casier judiciaire qui mettrait fin à ses chances d’aller à l’université en Israël.”

Source: ‘Bloodthirsty’ Arab Mobs Wreak Havoc in Israel, But They are a Minority Say Experts

0 0 votes
Évaluation de l'article