Dans une lettre adressée au président de l’université d’État de San Francisco, 86 organisations ont remis en question “l’interprétation de la liberté académique” de l’université en ce qui concerne l’événement à venir.

Par JNS

Près de 90 organisations ont interrogé le président de l’université d’État de San Francisco sur un événement à venir auquel participera la terroriste et pirate de l’air palestinienne Leila Khaled.

En réponse à l’AMED (Arab and Muslim Ethnicities and Diasporas Studies) de la San Francisco State University, qui a organisé le 23 septembre un événement avec Leila Khaled, qui a joué un rôle essentiel dans deux détournements d’avion pour le compte de l’organisation terroriste : Front populaire de libération de la Palestine (FPLP), un porte-parole de la SFSU a déclaré précédemment à JNS que “l’invitation d’une personnalité publique à parler à une classe ne doit pas être interprétée comme une approbation de point de vue”.

Dans une lettre adressée jeudi à la présidente de la SFSU, Lynn Mahoney, 86 organisations ont remis en question “l’interprétation de la liberté académique” de l’université en ce qui concerne l’événement à venir.

“Et si une invitation à parler à une classe – ou en fait, à un auditoire tout entier – est une approbation d’un point de vue et d’une cause politique”, ont insisté les organisations dans une lettre organisée par ‘AMCHA Initative’ et envoyée à Mahoney. Et si l’intention du membre de la faculté qui a lancé cette invitation et organisé cet événement n’était pas d’encourager les étudiants “à réfléchir de manière critique et à tirer des conclusions personnelles et indépendantes sur des événements d’importance locale et mondiale”, mais plutôt de promouvoir le point de vue politique étroit du membre de la faculté et d’armer les étudiants pour qu’ils soient des fantassins de la cause politique du membre de la faculté ?

“La liberté académique protège-t-elle les facultés qui utilisent intentionnellement leurs salles de classe ou d’autres plates-formes académiques non pas pour éduquer leurs étudiants, mais pour les endoctriner avec une propagande conforme à leurs propres causes politiques et pour encourager leurs étudiants à s’engager dans un activisme politique conforme à ces causes ?

Les groupes ont également noté l’activisme antisioniste du professeur de la SFSU, Rabab Abdulhadi.

“Nous reconnaissons qu’il n’est pas toujours facile de savoir si un membre de la faculté a l’intention d’éduquer ou d’endoctriner politiquement les étudiants. Cependant, parfois, c’est très clair, comme dans le cas du professeur Rabab Abdulhadi, directeur de l’AMED, qui a organisé cet événement et a spécifiquement invité Leila Khaled, une dirigeante d’une organisation terroriste désignée par le Département d’État américain, qui continue à faire des déclarations publiques en faveur de la violence armée contre Israël”, ont écrit les groupes.

“L’utilisation continue et intentionnelle par Abdulhadi de sa position à la SFSU ainsi que du nom et des ressources de l’université pour endoctriner les étudiants de sa propre animosité envers l’État juif et ses partisans, et pour promouvoir l’activisme anti-israélien, ne constitue pas un usage légitime de la liberté académique, mais un abus de celle-ci”.

Source: https://unitedwithisrael.org/

0 0 voter
Évaluation de l'article