Le ministre de l’Intérieur autrichien Karl Nehammer a annoncé lors d’une conférence de presse avec les représentants de la communauté juive de Graz et de Vienne que toutes les synagogues du pays seraient dorénavant surveillées 24 heures sur 24 par des hommes en uniforme et en civil.

L’annonce fait suite à la récente agression du président de la communauté juive de Graz, Elie Rosen, le 22 août 2020. Le responsable communautaire n’a pas été blessé.

Quelques jours plus tôt, la synagogue de la ville avait été dégradée, taguée de slogans pro-palestiniens, et les vitres brisées par des pierres.

La police autrichienne a arrêté et écroué un homme  suite à ces faits. Celui-ci est un trentenaire syrien résidant à Graz, arrivé dans le pays en 2014 comme réfugié , qui a avoué être l’auteur de l’agression et des dégradations.

Le motif pourrait être islamiste selon le ministre Karl Nehammer, qui a expliqué qu’il avait des idées « antisémites dérivant de l’islamisme radical, et par ailleurs homophobe ». Il aurait agi seul.

Une procédure a été engagée pour déchoir le suspect de son statut de réfugié.

Le ministre autrichien de l’Intérieur Karl Nehammer

Les actes de vandalisme et l’agression ont été condamnés par le président Alexander Van der Bellen et le Premier ministre Sebastian Kurz. « La haine des juifs et l’antisémitisme n’ont pas de place dans notre société », écrivait le premier sur Twitter, tandis que le second se disait « choqué par l’agression ».

L’Autriche a recensé en 2019 quelque 550 incidents antisémites. La synagogue de Graz, détruite pendant la Nuit de cristal en 1938 par les nazis, a été rebâtie à cet emplacement 72 ans plus tard.

Souhail Ftouh

0 0 voter
Évaluation de l'article