Le ministère de l’Intérieur a annoncé un plan de relance pour les municipalités modestes qui luttent contre l’augmentation des déficits due à la crise du coronavirus.

78 % des 160 millions de shekels (41millions d’euros) d’aide seraient transférés aux municipalités arabes, druzes et circassiennes, a assuré le ministère de l’Intérieur dans un communiqué. Il n’a pas été possible de savoir dans l’immédiat quand les fonds seraient transférés ou s’ils devraient d’abord être approuvés par le cabinet.

Le ministère de l’Intérieur assure que 78 % des fonds seront destinés aux communautés arabes .

Les municipalités arabes ont annoncé une grève générale en mai pour protester contre ce qu’elles ont nommé une incapacité du gouvernement à les indemniser correctement pour les pertes subies lors de la pandémie de coronavirus. Les dirigeants des municipalités ont déclaré à l’époque que, sur les 2,8?milliards de shekels (708?millions d’euros) alloués pour faire face aux retombées de la pandémie, seuls 1,7?% avaient été accordés aux communautés arabes.

Les dirigeants des conseils locaux ont estimé qu’ils avaient perdu environ 70?millions de shekels par mois en recettes depuis le début de la crise en mars. Ils ont mis en cause la forte baisse des recettes de l’impôt foncier provenant des entreprises fermées en raison des mesures de fermeture.

Le ministre de l’Intérieur, Aryeh Deri.

Le ministère de l’Intérieur a indiqué que les nouveaux fonds étaient destinés à corriger ces écarts, notamment la hausse du chômage et la perte des taxes foncières.

« Nous sommes attentifs à la crise de liquidité dans les municipalités et nous déployons tous les efforts possibles pour les aider », a affirmé jeudi le ministre de l’Intérieur, Aryeh Deri.

Jaber Hamoud, responsable de l’Association des municipalités druzes et circassiennes, ne s’est toutefois pas empressé d’accueillir la nouvelle. Il a déclaré que l’allocation était « trop peu, trop tard » pour réparer les dommages économiques causés par le coronavirus, a rapporté Globes.

« Ce budget ne sauvera pas nos communautés de l’effondrement, et nous continuerons donc la lutte », a annoncé M. Hamoud.

Les manifestations pour assurer l’adoption d’un « plan quinquennal » et d’un budget 2020 pour les communautés druzes se poursuivront, a-t-il dit.

Les dirigeants des communautés druzes ont organisé plusieurs manifestations à Jérusalem et à Tel Aviv depuis le début du mois de mai 2020, réclamant une augmentation du financement de leurs municipalités et déclarant que le gouvernement leur avait promis ce financement.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a ordonné au ministre des Finances Israel Katz de créer un nouveau budget quinquennal pour les communautés arabes et druzes.

Parmi les autres municipalités qui bénéficieront de ce transfert, on compte Bnei Brak, qui recevra 2,4?millions de shekels (613?000?euros), et Kiryat Malachi, qui recevra 1,3?million de shekels (332?000?euros). Les maires haredim se sont félicités de ce financement.

« Le ministre Deri est allé au front et a tout fait pour aider la communauté haredi pendant la terrible crise qui a eu lieu », a déclaré jeudi le maire de Beitar Ilit, Meir Rubenstein, selon la source d’information haredi, Kol Chai.

Le gouvernement a alloué déjà 900 millions NIS aux conseils locaux arabes

Le budget du développement des quartiers arabes a presque décuplé depuis 2015. Divers plans ont été formulés et déployés par les ministères compétents en coopération avec les localités arabes.

*En 2015, le soutien aux conseils locaux arabes a augmenté dans le budget de 150 millions de shekels. Dont 50 millions directement alloués pour le développement budgétaire de ces conseils locaux.

*Un autre programme pour les conseils locaux irréprochables a été mis en place, avec 350 millions NIS alloués sur une période de 5 ans pour ces conseils d’exception.

*Un montant avoisinant les 135 millions NIS a été investi pour développer l’éducation informelle dans les conseils arabes incluant les centres communautaires, les centres de la nature et les mouvements de jeunesse.

*150 millions NIS ont été investis dans le renforcement de la sécurité personnelle dans les communautés arabes par la création de nouveaux établissements policiers, la mise en place de programmes « ville-sans-violence » et l’attribution d’une police personnelle.

*100 millions par an ont ajoutés en 2017 et 2018 dans le développement budgétaires des conseils locaux.

Benjamin Netanyahu avait déclaré en 2015 : « Je suis le Premier ministre de tous les citoyens d’Israël. Le plan d’assistance que nous avons décidé aujourd’hui est une rectification importante et un pas additionnel vers l’intégration des citoyens arabes israéliens dans la société israélienne, traités d’égal à égal. »

La fondation Rothschild se mobilise pour la ville arabe de Jisr az-Zarqa

La fondation Edmond de Rothschild a annoncé se mobiliser contre l’épidémie de coronavirus dans la communauté arabe israélienne de Jisr az-Zarqa, ville située sur la côté méditerranéenne au nord de Césarée – ville privée appartenant à la fondation Rothschild et non à l’État israélien. Dans le cadre de ce programme, la fondation apportera 2 millions de shekels (513 000 euros) afin d’établir un local d’intervention d’urgence en cas d’infection au coronavirus dans la ville.

Le centre aura pour mission d’informer la population, mais également de fournir une aide alimentaire, médicale et sanitaire. Il fonctionnera en coopération avec la municipalité, les Edmond De Rothschild Partnerships et les ONG Amanina et Lev Echad.

Ce projet fait suite à un don de la Fondation à hauteur de 50 millions de shekels à différents hôpitaux à travers Israël le mois de mars 2020.

Ce don visait à équiper les hôpitaux de davantage de respirateurs, de systèmes de test au coronavirus, d’équipements de protection et d’équipements médicaux supplémentaires.

Les Fondations Edmond de Rothschild est un réseau philanthropique international, dans les domaines de l’art, de l’entrepreneuriat, de la santé et de l’expertise philanthropique

« La Fondation Edmond de Rothschild entretient des relations de longue date avec Jisr az-Zarqa et soutient les efforts du conseil local pour lutter contre la pandémie de coronavirus », indiquait le communiqué de la Fondation annonçant le nouveau projet.

« La famille Rothschild, par le biais de ses institutions (la Fondation Edmond de Rothschild et la Caesarea Development Corporation), est profondément engagée afin de soutenir et d’aider les résidents de la municipalité. La baronne Ariane de Rothschild attache une grande importance, surtout en ce moment, à tendre la main vers ceux qui font face à une réalité déjà complexe dans des circonstances normales, mais qui sont désormais confrontés à un double défi. »

Particulièrement pauvre, la ville compte 15 000 habitants. 42 % de la population est âgée de moins de 18 ans, et environ la moitié des résidents en âge de travailler touche le salaire minimum.

La Fondation explique qu’environ 9 % d’entre eux travaillent dans les hôpitaux israéliens – en tant que docteurs, infirmières ou aides ménagers –, ce qui les rend particulièrement vulnérables face à la pandémie.

L’idée du centre est ainsi née de ce constat et du manque de moyens de la municipalité afin de faire face à la pandémie.

« Les projets en cours de la Fondation Edmond de Rothschild visent à réduire les écarts dans la société israélienne », explique Ahmed Mwassi, chargé de programme pour la communauté arabe au sein de la Fondation.

« Dans des circonstances normales, nous faisons cela par le biais d’un large éventail de programmes dans l’enseignement supérieur. Cependant, en raison de la crise du coronavirus, de nombreux défis et besoins sont nés, face auxquels nous considérons qu’il est de notre devoir d’apporter une réponse, même s’ils ne relèvent pas de nos domaines d’activité habituels. La première étape a été un don de 50 millions de shekels à des hôpitaux à travers Israël, et nous dirigeons maintenant la mise en place d’un local d’intervention d’urgence. Nous espérons que cela permettra aux résidents de Jisr az-Zarqa de faire face à la crise sanitaire et aux nombreux défis qui l’accompagnent de la meilleure façon possible. »

« Les projets en cours de la Fondation Edmond de Rothschild visent à réduire les écarts dans la société israélienne », explique Ahmed Mwassi, chargé de programme pour la communauté arabe au sein de la Fondation.

« Dans des circonstances normales, nous faisons cela par le biais d’un large éventail de programmes dans l’enseignement supérieur. Cependant, en raison de la crise du coronavirus, de nombreux défis et besoins sont nés, face auxquels nous considérons qu’il est de notre devoir d’apporter une réponse, même s’ils ne relèvent pas de nos domaines d’activité habituels. La première étape a été un don de 50 millions de shekels à des hôpitaux à travers Israël, et nous dirigeons maintenant la mise en place d’un local d’intervention d’urgence. Nous espérons que cela permettra aux résidents de Jisr az-Zarqa de faire face à la crise sanitaire et aux nombreux défis qui l’accompagnent de la meilleure façon possible. »

Israël est le seul pays local qui soit une démocratie. Les arabes sous autorité israélienne sont les seuls de la région à jouir de la liberté de presse, de la protection juridique, des droits de propriété et de vote, de l’égalité de la femme…Ils ont les plus hauts niveaux de pouvoir d’achat, d’éducation et de santé de la région. Israël, En outre, subventionne les municipalités arabes et des programmes pour que les arabes israéliens développent leur culture.

Souhail Ftouh

5 1 voter
Évaluation de l'article