Les organisateurs qualifient l’événement “d’historique” : des joueurs de pays sans relations diplomatiques avec Israël ont affronté des Israéliens ; l’équipe arabe victorieuse.Israël a affronté une équipe arabe dans un tournoi d’échecs en ligne.

Des joueurs d’échecs israéliens ont récemment participé à un tournoi en ligne contre une équipe composée de joueurs arabes comprenant des représentants de la Syrie, de l’Algérie et de la Tunisie, pays qui n’ont pas de liens diplomatiques avec Israël.

Au total, 65 joueurs israéliens et arabes ont participé au Championnat d’échecs en blitz, auquel ont également participé des représentants du Maroc, de la Jordanie et de l’Égypte.

Le club Chess4all, dirigé par Lior Aizenberg, un vétéran des échecs qui a participé à plusieurs combats contre la discrimination et les boycotts anti-Israël dans le monde des échecs, représentait Israël. Il a organisé l’événement avec Alon Cohen du Jeruchess Club.

Lors du tournoi en ligne, les pays arabes ont mis en place une équipe solide, comprenant des joueurs de haut niveau dont Aizenberg a demandé qu’ils ne soient pas nommés afin de protéger leur identité, et ont battu Israël 371-311.

Aizenberg a déclaré que si les clubs israéliens n’ont peut-être pas présenté leur meilleure équipe possible, l’équipe arabe a affiché un niveau très élevé.

Aizenberg, qui a qualifié le tournoi « d’événement historique », a déclaré que les joueurs des pays arabes avec lesquels Israël n’a pas de relations apparaissaient avaient leurs drapeaux nationaux en arrière-plan, ajoutant que le dialogue avec les joueurs avait été « très civilisé », sans aucune remarque anti-israélienne.

« Le sport est une chose merveilleuse pour rassembler les gens et créer des liens », a déclaré Aizenberg « Nous avons l’intention de continuer à relier les gens par les échecs et nous espérons que, grâce à cette initiative, nous continuerons à y parvenir. »

Par le passé, Aizenberg s’est battu avec un refus saoudien de participation de l’équipe nationale d’Israël au championnat du monde en blitz et de rapidité à Riyad, interdiction qui avait finalement conduit à la délocalisation du championnat en Russie.

« En tant qu’Israéliens, nous devons défendre notre droit à faire pression sur les organisations internationales pour qu’elles n’acceptent aucune discrimination à l’encontre des athlètes et des sportifs israéliens », a déclaré M. Aizenberg. « Nous ne pouvons pas accepter une situation où des athlètes arabes refusent de jouer contre Israël. Nous ne pouvons pas accepter que les tirages au sort soient modifiés pour éviter que les Arabes n’affrontent les Israéliens. »

Andrei Gurbanov, membre de l’équipe et ancien champion du monde individuel de l’IPCA (International Physically Disabled Chess Association), a réalisé une performance exceptionnelle pour l’équipe israélienne pendant la compétition et a décrit l’atmosphère comme spéciale.

« Nous étions tous très enthousiastes à l’idée d’un événement qui a une telle signification », a déclaré M. Gurbanov. « Une fois que tout était prêt, nous avons donné le maximum pour gagner et aider notre équipe. »

Le grand maître Gabriel Flom, un autre membre de l’équipe israélienne, a déclaré que l’équipe arabe avait « fait preuve d’une capacité d’attaque exceptionnelle ».

L’étoile montante des échecs iraniens renoncera à sa nationalité pour ne pas boycotter les Israéliens

Le jeune et talentueux joueur d’échecs iranien, Ali Reza Firozja, 16 ans, a exprimé son intention de renoncer à sa nationalité iranienne, afin de pouvoir participer à des tournois internationaux avec la participation de joueurs israéliens, ce qui est démenti par les autorités de son pays, qui rejette toute forme de normalisation avec Israël.

Les médias iraniens avaient rapporté en avril dernier que Firozja ” préférait le retrait et la perte technique, pour ne pas jouer contre le représentant de l’entité sioniste au Championnat d’échecs” international en Allemagne, après avoir joué dans le championnat, et avoir pu gagner tous ses matchs lors des deux tours. Premier et deuxième.

Firozga, 16 ans, est considéré comme l’une des meilleures stars du jeu d’échecs au monde, et a même remporté son pays à l’âge de 12 ans. Bien qu’il se retire toujours des championnats du monde, comme il ne rivalise pas avec les joueurs israéliens, il est classé deuxième, sur la liste des meilleurs joueurs d’échecs du monde, jusqu’à la génération (18 ans). Firozja a perdu de nombreux titres en se retirant de ces matchs.

Ali Reza Firozja, numéro deux mondial au monde pour les juniors en échecs, a déclaré qu’il souhaitait également changer de nationalité iranienne

Le chef de la Fédération iranienne des échecs a déclaré à l’agence de presse iranienne “Tasnim” que Firozja les avait informés de son intention de renoncer à sa nationalité, après l’avoir contraint à boycotter les Israéliens, notant qu’il résidait actuellement en France. “Peut-être que Firozza veut jouer sous le drapeau français ou américain. Il nous a dit qu’il participerait au prochain tournoi international d’échecs en Russie, bien que nous ayons décidé de ne pas y participer“, a-t-il ajouté.

Gail Proofovsky, le chef de la Fédération israélienne des échecs, a salué les performances et le niveau professionnel de Feruzja, déclarant: “C’est un joueur fort et merveilleux dans le monde des échecs.” Proofovsky a exprimé sa compréhension du joueur iranien, “qui n’a pas assez de courage pour ne pas respecter les instructions du régime, ce n’est pas facile“.

Le responsable israélien a poursuivi: “Nous parlons avec des athlètes iraniens, qui nous disent à huis clos, que nous ne pouvons pas toujours divulguer ce qui se passe à l’intérieur d’eux, qu’ils ne s’opposent pas à jouer contre des athlètes israéliens, et qu’ils n’y trouvent pas de problème, et ils le veulent même, mais le régime leur interdit de jouer, Telle est la position de la plupart des athlètes iraniens.

En coopération avec la Fédération internationale des échecs, nous prenons de nombreuses mesures pour ne pas boycotter Israël dans les compétitions internationales“, a-t-il ajouté.

Prohowski a déclaré qu ‘”il y a un an, une administration très pro-israélienne a été élue à la Fédération internationale des échecs, punissant les boycotteurs d’Israël, et même obligeant les athlètes à participer aux compétitions internationales, en signant un engagement à jouer devant chaque adversaire produit par la loterie”. “Chaque mois, une loterie met un joueur israélien face à un joueur iranien aux échecs, mais jusqu’à présent, aucun match n’a été joué comme prévu“, a expliqué Prohovsky.

En 2019, le judoka iranien Saeed Moulay a révélé qu’il avait subi des pressions de la part des autorités de son pays, afin que le joueur israélien, Sagi Moki, ne se retrouve pas en finale dans l’une des compétitions internationales, ce qui a finalement conduit Mokki à remporter la médaille d’or.

Moulay s’est réfugié en Allemagne et réside actuellement en Mongolie, et aspire à renoncer à la nationalité de son pays afin d’obtenir la nationalité mongole, afin de pouvoir rencontrer tous les athlètes du monde, y compris les Israéliens.

Souhail Ftouh

0 0 voter
Évaluation de l'article