Le Hamas et le Djihad islamique palestinien continuent de verser des centaines de millions de dollars dans des infrastructures terroristes, des armes et des entraînements, malgré la menace que la pandémie du coronavirus fait peser sur la santé publique.

L’agence des Nations Unies spécifiquement destinée aux Palestiniens (UNRWA) affirme qu’elle connaît une crise financière qui pourrait l’obliger à interrompre certains services, a déclaré mercredi le directeur de l’agence, Philippe Lazzarini.

L’agence a déclaré dans une interview avec The Associated Press à Beyrouth que la propagation du coronavirus, l’effondrement économique au Liban et un énorme déficit du budget de l’UNRWA aggravent le désespoir des Palestiniens.

Pendant ce temps, le Hamas et le Djihad islamique palestinien continuent à verser des centaines de millions de dollars dans des infrastructures, des armes et l’entraîtement de terroristes.

Ces groupes terroristes encaissent d’énormes chèques et de l’argent liquide de pays comme le Qatar et l’Iran et le dilapident dans des choses comme le déluge de roquettes que les factions terroristes ont lancé sur Israël alors que le pays signait des accords de paix avec les Émirats Arabes Unis et le Bahreïn à la Maison Blanche mercredi.

L’UNRWA, pour sa part, a vu son budget provenant des Etats-Unis réduit après un scandale massif en 2018-2019 qui a impliqué des abus sexuels, du népotisme et des abus de pouvoir. Le commissaire général de l’UNRWA, Pierre Krahenbuhl, a démissionné au terme d’une enquête, la Suisse, les Pays-Bas et la Belgique ayant alors suspendu les paiements à l’agence.

Les États-Unis ont également dénoncé la politique de paiement à l’acte des Palestiniens, en vertu de laquelle l’Autorité palestinienne et le Hamas versent aux terroristes violents, y compris aux meurtriers, et à leurs familles, des allocations mensuelles en compensation des crimes odieux qu’ils ont commis.

Les États-Unis ont donné 360 millions de dollars à l’UNRWA en 2017, mais seulement 60 millions en 2018, et rien l’année dernière ni cette année.

Le président américain Donald Trump a déclaré en janvier 2018 que les Palestiniens doivent reprendre les négociations de paix avec Israël pour recevoir l’aide américaine. Depuis, il a présenté un plan de résolution du conflit qui fournirait aux Palestiniens 50 milliards de dollars en incitations économiques, ce qu’ils ont rejeté en termes très clairs.

La politique de rémunération des terroristes palestiniens viole à la fois la loi américaine et la loi israélienne, mais l’AP et le Hamas ont exprimé leur engagement sans équivoque à payer les terroristes et les familles de ceux qui sont tués en commettant des attentats.

Source: https://unitedwithisrael.org/

4 1 voter
Évaluation de l'article