L’impression en 3D est considérée comme une approche prometteuse pour concevoir des organes dans leur intégralité. La société pharmaceutique et agrochimique allemande et L’université de Tel Aviv concluent un nouveau partenariat scientifique pour tester de nouveaux médicaments sur des prototypes imprimés en 3D à partir de tissus humains.

Ce partenariat avec Bayer permettrai le développement d’une plate-forme de dépistage de la cardiotoxicité, utilisant des tissus cardiaques humains imprimés en 3D dans le laboratoire du professeur Tal Dvir.

Les tissus du cœur humain imprimés en 3D dans le laboratoire d’ingénierie tissulaire et de médecine régénérative du professeur Tal Dvir de l’Université de Tel Aviv seront utilisés pour tester la cardiotoxicité des médicaments expérimentaux conformément à un accord de collaboration entre la société de transfert de technologie de l’université, Ramot, et le géant pharmaceutique Bayer .

Nous sommes ravis d’entamer cette nouvelle collaboration avec l’Université de Tel Aviv, qui abordera un nouveau domaine d’évaluation précoce de la sécurité et de la tolérabilité des médicaments“, a déclaré Eckhard von Keutz, directeur des sciences translationnelles chez Bayer.

«Nous avons déjà un réseau mondial de partenaires et ce nouveau projet permettra à Bayer d’étendre ses activités d’innovation ouverte à Israël, qui fournit un écosystème dynamique pour l’innovation dans la biotechnologie et la recherche médicale

En avril 2020, le laboratoire du professeur Dvir a réussi à produire le tout premier cœur imprimé en 3D à partir de tissus extraits d’un patient

Cette technologie innovante a le potentiel de révolutionner le dépistage des médicaments.

Les nouveaux médicaments passent par plusieurs phases de sélection. Premièrement, le nouveau composé est testé sur des cultures de tissus humains dans des boîtes de Pétri. Ensuite, il est administré aux animaux de laboratoire. Enfin, le médicament est approuvé pour les essais cliniques humains. Les tissus imprimés en 3D du professeur Dvir pourraient rendre le processus plus rapide, moins cher et plus efficace.

Dans une boîte de Pétri, toutes les cellules s’alignent en 2D, et ce n’est qu’un seul type de cellule“, a expliqué Dvir.

«En revanche, nos tissus d’ingénierie sont imprimés en 3D et ressemblent donc mieux à de vrais tissus cardiaques. Nos tissus imprimés contiennent du muscle cardiaque, des vaisseaux sanguins et la matrice extracellulaire qui relie les différentes cellules biochimiquement, mécaniquement et électriquement. L’abandon des boîtes de Pétri pour les tissus imprimés en 3D pourrait améliorer considérablement les tests de dépistage de drogues, économiser un temps précieux et de l’argent dans l’espoir de produire des médicaments plus sûrs et plus efficaces. »

Dvir espère éventuellement offrir à Bayer la possibilité d’effectuer des essais pré-cliniques sur des organes imprimés complets. «Notre objectif final est de concevoir des cœurs humains entiers, y compris toutes les différentes chambres, valves, artères et veines – le meilleur analogue de cet organe complexe – pour un processus de dépistage toxicologique encore meilleur.»

Dans l’article correspondant publié par la revue scientifique Advanced Science, les auteurs de l’étude disent avoir conçu un procédé permettant non seulement de produire, à partir de cellules prélevées sur le tissu du patient, l’hydrogel servant à façonner des patches cardiaques vascularisés parfaitement compatibles avec le receveur, mais aussi des structures cellulaires entières avec leurs principaux vaisseaux, comme des coeurs.

La société de transfert de technologie de l’université Ramot a fourni une nouvelle technologie à une entreprise dérivée, Matricelf, dont le premier objectif est de concevoir des implants de moelle épinière personnalisés pour traiter les patients paralysés.

Souhail Ftouh

0 0 voter
Évaluation de l'article