L’un des mystères de la guerre actuelle à Gaza est visible dans les photos provenant de la petite enclave : D’une part, la désolation et la misère des quartiers de Gaza où vivent des centaines de milliers de Gazaouis et, d’autre part, les photos des maisons des hauts responsables du Hamas, équipées de matériel de sport et de meubles de luxe, ou encore les images des suites d’hôtels cinq étoiles où ils séjournent.

C’est une véritable énigme : comment ces nouveaux magnats, qui ont grandi dans des camps de réfugiés et qui brandissent la bannière de l’aide à leur peuple, ont-ils pu devenir aussi riches en si peu de temps ?

Selon le Dr Moshe Elad, un expert du Moyen-Orient du Western Galilee Academic College, la plupart des fondateurs du Hamas étaient des réfugiés ou des descendants directs de réfugiés. “Certains d’entre eux sont nés de mariages mixtes entre Égyptiens et Gazaouis, sans le moindre argent. Dans sa phase putative, l’organisation – qui ne s’appelait pas encore Hamas – se nourrissait de l’establishment militaire israélien, qui finançait des associations islamiques à Gaza dans le but de faire contrepoids au Fatah. Le jour où ils ont décidé de couper les liens avec Israël et de chercher des financements ailleurs, leur richesse phénoménale a commencé à croître”.

L’argent, a précisé Elad au journal financier israélien Globes, provenait de plusieurs directions. “Les dons des familles des personnes décédées, l’argent de la charité, appelé ‘zakala’ en arabe et les dons de différents pays. Cela a commencé avec la Syrie, l’Arabie saoudite, puis l’Iran, l’un des principaux sponsors, et s’est terminé avec le Qatar qui a aujourd’hui pris la place de l’Iran.”

Il y a également eu des campagnes de collecte de fonds aux États-Unis. “Moussa Abu Marzouk”, explique Elad, “a commencé à collecter des fonds parmi les riches musulmans d’Amérique et a également créé plusieurs fonds bancaires.” Au fil du temps, il a construit un conglomérat de 10 opérations financières “qui accordent des prêts et réalisent des investissements. C’est un financier hors pair”.

En 1995, les États-Unis ont arrêté Abu Marzouk pour activités de soutien au terrorisme et après deux ans de prison, il a été expulsé sans procès. Mais il a gardé l’argent. “Cet homme valait déjà plusieurs millions en 1997, quand il a été expulsé”, indique Elad. “D’une manière ou d’une autre, il a réussi à échapper au fisc et à un procès pour ses délits. Certains disent qu’il a noué des contacts dans l’administration. Ce n’est pas prouvé, mais il est difficile de trouver une autre raison pour expliquer comment il a pu s’en sortir avec des accusations aussi lourdes contre lui.”

“En 2000, lors de l’enquête sur le 11 septembre, il a été découvert qu’il avait des liens avec Al-Qaïda, notamment des transferts d’argent faits aux 21 agents d’Al-Qaïda accusés d’avoir perpétré l’attentat.”

Aujourd’hui, Abu Marzouk est l’un des principaux milliardaires du Hamas. “Les estimations arabes évaluent sa fortune à 2 ou 3 milliards de dollars”, indique Elad. Un autre haut fonctionnaire devenu magnat du terrorisme est Khaled Mashaal, chef de l’aile politique du Hamas. “Les estimations mondiales disent que Mashaal vaut 2,6 milliards de dollars”, mais les commentateurs arabes, avec d’autres sources, disent qu’il vaut entre 2 et 5 milliards, “investis dans des banques égyptiennes et des pays du Golfe, certains dans des projets immobiliers.”

Le suivant sur la liste est Ismail Haniyeh, qui jusqu’à la récente signature d’un accord d’unité entre le Hamas et le Fatah était le Premier ministre de Gaza. “Sa fortune est estimée à 4 millions de dollars, et la plupart de ses biens dans la bande sont enregistrés au nom de son gendre Nabil, et d’une douzaine de ses enfants et d’autres responsables moins connus du Hamas”, précise Elad.

Selon Elad, Ayman Taha, un responsable de niveau intermédiaire, “est né dans la pauvreté désolante du camp de réfugiés d’El Buraj, mais a récemment construit une maison valant au moins un million de dollars. Il est chargé de coordonner les opérations du Hamas à l’intérieur et à l’extérieur de la bande de Gaza et n’est même pas un membre haut placé, mais il est déjà membre du club des millionnaires.”

La majeure partie de leur argent provient de dons détournés en faveur de la bande de Gaza, puisque chaque dollar passe par le pipeline du Hamas. Elad estime que la contrebande de marchandises par les tunnels génère des centaines de millions par an et que ceux qui contrôlent le siphon se sont enrichis en cours de route. Il y a plusieurs centaines de millionnaires à Gaza et il y en aurait des centaines de plus si la contrebande se poursuivait sans relâche. L’homme qui tire les ficelles en Égypte est Khirat el Shatr, qui est le numéro 2 des Frères musulmans. Ses liens avec le Hamas seraient fondés sur une vision religieuse commune, “mais dans les faits, il s’agit d’une entreprise florissante, dont les revenus se chiffrent en millions”.

Le journal panarabe basé à Londres, Asharq al Awsat, qui est considéré comme un média fiable, a récemment publié un article affirmant qu’il y a 600 millionnaires à Gaza. Elad explique comment les fonctionnaires corrompus se font payer : Chaque chargement de voiture passé en contrebande dans les tunnels était taxé d’une somme fixe de 2000 dollars et de 25% supplémentaires de la valeur des marchandises. Entre juin 2007 et 2010, le commerce de contrebande dans les tunnels a généré 800 millions de dollars. Le Hamas a également taxé tous les commerçants de Gaza, des vendeurs de voitures aux vendeurs de fruits et légumes. Le Hamas s’est également emparé de terres pour les revendre ensuite à profit.

Le Hamas a aussi apparemment publié des noms fictifs d’employés auprès de sponsors à l’étranger, puis s’est emparé de leurs salaires pour les distribuer entre quelques membres haut placés.

La corruption au sein du Hamas, selon Elad, n’est pas seulement endémique mais extravertie. “Ce qui est unique chez les dirigeants palestiniens au fil des ans, c’est la devise ‘S’enrichir rapidement’. Les dirigeants de ce pays n’ont aucune honte. Ils s’emparent d’industries cruciales comme les communications et l’essence dès qu’ils prennent les rênes. Dans la société occidentale, on trouve également des personnes qui s’enrichissent rapidement et de manière corrompue, mais là, cela se fait généralement de manière subtile, avec des enveloppes d’argent liquide et des formes élaborées de corruption qui ne sont pas faciles à repérer. Mais les Palestiniens vous diront en face : ‘Je veux être riche'”.

Source The algemeiner: Gaza’s Millionaires and Billionaires — How Hamas’s Leaders Got Rich Quick

0 0 votes
Évaluation de l'article