Migal, organisation à but non lucratif soutenue par le Ministère des Sciences et de la Technologie en Israël est sur le point de développer un vaccin oral contre le Covid-19 qui devrait être prêt pour des tests chez l’homme d’ici 90 jours.

Migal a développé pendant 4 ans un vaccin efficace contre le coronavirus aviaire qui présente une grande similarité génétique avec le coronavirus Covid-19 humain. Cette recherche lui donne une longueur d’avance considérable !

Quels sont les traitements actuels ?

Il n’existe actuellement aucun traitement ni vaccin reconnu efficace contre le coronavirus humain. Plusieurs médicaments compris dans le traitement de patients atteints de maladies virales telles que le sida et la malaria (et Ébola), sont aujourd’hui utilisés pour traiter les patients atteints du COVID-19 : parmi eux, le remdesivir et la chloroquine.  Ces médicaments prouvés efficaces contre les maladies virales (notamment les virus à ARN) pourraient contribuer au rétablissement des patients. 

Quels sont les développements du vaccin ?

Plusieurs équipes de recherche travaillent activement à la création d’un vaccin contre le virus. Parmi elles : le laboratoire américain Moderna a annoncé quatre jours après la publication de ses résultats, le développement d’un prototype de vaccin, élaboré d’après le matériel génétique du virus. GSK développe actuellement un partenariat avec un groupe chinois, Johnson & Johnson a annoncé le développement d’un vaccin et de traitements contre la maladie. Egalement, l’institut de recherches israélien Migal, travaille sur le développement d’un vaccin.

MIGAL possède un avantage non négligeable : 4 ans de recherche lui ont permis de développer un vaccin efficace contre le coronavirus aviaire. Cela lui donne aujourd’hui une « longueur d’avance » considérable sur les autres groupes pharmaceutiques, qui se traduira, selon elle, par le développement rapide d’un vaccin humain efficace.

Qu’est-ce que l’Institut de recherche MIGAL Galilée ? 

L’Institut de recherche MIGAL Galilée est une organisation à but non lucratif. C’est le centre régional de R&D du Ministère israélien des sciences et de la technologie, appartenant à la Galilee Development Company LTD. Institut de recherche appliquée multidisciplinaire de renommée mondiale, MIGAL est spécialisé dans la biotechnologie et l’informatique, la botanique, l’agriculture de précision et les sciences de l’environnement, l’alimentation, la nutrition et la santé. Reconnue comme un acteur majeur de la recherche appliquée depuis 40 ans, MIGAL coopère étroitement avec les leaders de l’industrie, les start-up innovatrices et les accélérateurs technologiques. Parmi les employés de MIGAL figurent 90 docteurs et 190 chercheurs répartis dans 44 groupes de recherche, créant ainsi un écosystème de recherche innovant œuvrant pour la collaboration entre secteurs scientifique, industriel, agricole, académique et technologique.

Quel est le programme de développement MIGAL du Corona-vaccin ?

MIGAL a lancé son programme de développement du Corona-vaccin il y a quatre ans, avec près de trois millions d’euros (12 millions de shekels israéliens) financés par le Ministère de l’agriculture israélien. Il développe actuellement un vaccin oral contre le Coronavirus, qui sera prêt pour les tests in-vivo sous 90 jours.
 
MIGAL est particulièrement qualifié pour effectuer une telle tâche si l’on considère ses précédents travaux : l’institut a déjà développé un vaccin contre le virus de la bronchite infectieuse (IBV), un coronavirus aviaire (affectant les oiseaux) ayant un mécanisme d’infection semblable à celui du COVID-19 humain d’aujourd’hui. Compte tenu de cette similitude, un concept de vaccination identique devrait s’appliquer, une fois les ajustements génétiques nécessaires effectués. L’efficacité du vaccin a été prouvée en utilisant une séquence du coronavirus aviaire pour vacciner des poulets contre le virus de bronchite infectieuse aviaire (IBV). Composés d’experts en bio-informatique, immunologie, virologie, biologie moléculaire et microbiologie, l’équipe MIGAL en charge du développement des vaccins travaille depuis plusieurs années sur d’autres projets de vaccination et est de fait plus que qualifiée pour mener à bien ce projet. L’équipe recherche actuellement des partenaires pour l’aider à financer la recherche et ainsi finaliser et commercialiser le vaccin. 

Les avancées majeures permises par le programme :
 

  • La définition des motifs structurels spécifiques des protéines Corona S et N, suffisantes à l’induction d’une réponse immunitaire efficace.
  •  Le développement de trois protéines chimériques capables de s’accrocher à trois domaines structuraux distincts et permettant d’accroître l’activité muqueuse pour une vaccination des muqueuses.
  •  Le développement d’un système d’expression protéique à partir de l’E. coli, qui produit et sécrète les protéines chimériques dans le milieu de culture.
  •  L’efficacité du vaccin en termes de sécurité, d’induction d’anticorps spécifiques, de déclenchement de réponse immunitaire cellulaire et de protection contre le virus, a été démontrée par le biais de deux études conduites sur un nombre de poulets moyen exposé à l’IBV aviaire Corona H120.
  •  Le développement des milieu et procédé de fermentation favorables à la production de protéines, conformément à la réglementation pharmaceutique et aux normes BPF. 

MIGAL procède actuellement à l’ajustement des systèmes génétiques afin de permettre la production des polypeptides spécifiques à la séquence Corona récemment publiée. Les domaines structuraux ont déjà été identifiés et les protéines chimériques correspondantes sont en cours de développement. Ayant déjà développé un procédé de fermentation, MIGAL estime que sa technologie de vaccination orale (muqueuse) sera prête à être testée sous 90 jours.
 


Le vaccin proposé par MIGAL pour lutter contre le COVID-19 s’appuie sur un nouveau vecteur d’expression protéique, qui produit et sécrète une protéine chimérique soluble qui libère l’antigène viral par endocytose auto-activée. Lors de tests in-vivo, il a été démontré que la vaccination orale générait une quantité importante d’anticorps spécifiques anti-IBV. De plus, les oiseaux vaccinés n’ont pas été affectés par la souche virulente vivante d’IBV, le virus ayant été rapidement éliminé.

Le Keren Hayessod est mandaté par l’Institut Migal pour collecter des fonds afin d’accélérer la recherche contre le coronavirus. Le Keren Hayessod existe depuis 1920 dans près de 47 pays et œuvre dans les secteurs de l’humanitaire, du social, de la recherche scientifique et du handicap.

Souhail Ftouh

0 0 vote
Article Rating