L’action militaire d’Israël à Gaza fait l’objet de nombreux reportages quotidiens dans le monde entier. Les images de centaines de roquettes illuminant le ciel des villes israéliennes et des décombres des bâtiments détruits dans la bande de Gaza font à nouveau partie du cycle quotidien des informations imprimées et diffusées. Mais la plupart des reportages sont avares de détails sur les activités militaires d’Israël. Quels sont exactement leurs objectifs ? Comment les poursuivent-ils ? Et quel est leur taux de réussite ?

Les activités militaires d’Israël semblent souvent déconcertantes pour le reste du monde. La réticence du pays à fournir un commentaire détaillé et continu sur chaque frappe frustre les journalistes et les citoyens, qui supposent alors les pires motifs pour ces actes inexpliqués.

Prenez, par exemple, les frappes aériennes de samedi qui ont détruit la tour al-Jalaa de 15 étages, qui abritait les bureaux d’Al Jazeera et d’Associated Press. Israël insiste sur le fait qu’il ne s’agissait pas d’un “centre de médias”, comme cela a été largement rapporté. Ses services de renseignement ont révélé que la tour était utilisée par le Hamas, et dans une moindre mesure par le Jihad islamique, à trois fins.

Premièrement, ils affirment qu’elle abritait les bureaux de leurs services de renseignement militaire, qui étaient utilisés à des fins militaires contre Israël. Deuxièmement, la recherche et le développement du Hamas y étaient entrepris, avec les meilleurs experts en la matière opérant pour développer des armes militaires à utiliser contre Israël. Enfin, Israël affirme qu’il y avait dans ou sur le bâtiment “des outils technologiques très avancés que le Hamas a utilisés pour lutter contre” Israël.

Les FDI sont “engagées dans la sécurité et le travail libre des journalistes”, selon le porte-parole, le lieutenant-colonel Jonathan Conricus. Il explique que “par respect pour les civils, les non-combattants et les journalistes”, l’attaque aérienne sur la tour a été annoncée, même si cela a donné au Hamas et au Jihad islamique le temps de récupérer une partie de leur équipement.

Israël a déclaré tout au long de l’opération qu’il ne visait que des cibles militaires, mais que Gaza présente un espace de combat extrêmement difficile, car le Hamas fait tout ce qu’il peut pour intégrer ses propres infrastructures dans les infrastructures civiles. Et certaines des cibles qu’il attaque sont effectivement des maisons ou des appartements.

Tard hier soir, un avion de chasse des FDI a frappé la maison du commandant du bataillon Al-Farka’in du Hamas, qui, selon Israël, servait d’infrastructure terroriste. Plus tôt dans la journée, elles ont éliminé deux opérateurs de missiles sol-sol du Jihad islamique situés à Khan Yunis et dans le camp de réfugiés de Meghazi ; elles ont également frappé la maison de Raed Saad, qu’Israël décrit comme le chef d’état-major des opérations spéciales du Hamas. Les renseignements d’Israël sont minutieux, et la liste des cibles terroristes semble interminable.

Depuis le début de ce qu’Israël a appelé l’opération “Gardiens des remparts”, le pays a subi 2 800 tirs de roquettes depuis Gaza. Jusqu’à présent, il y a eu dix victimes civiles israéliennes, dont huit en conséquence directe des tirs de roquettes. L’objectif d’Israël est d’arrêter le barrage de roquettes et de détruire la capacité du Hamas à se réapprovisionner, afin d’éviter de nouvelles vagues d’attaques. Israël analyse chaque missile entrant, évaluant l’ogive, la taille, la trajectoire de vol et d’autres informations pour compléter son tableau des capacités et du développement du Hamas.

Au cours de cette guerre, ils ont reçu des roquettes avec des ogives plus grosses et des portées plus longues. Un nombre terrifiant de 3,5 à 4 millions d’Israéliens se trouvent désormais à portée des roquettes du Hamas. Mais Israël a également constaté une baisse de la qualité des roquettes, avec un nombre de roquettes plus élevé que d’habitude : jusqu’à présent, 430 roquettes ont échoué et ont atterri dans la bande de Gaza.

Ces tirs ratés causent des dommages et des pertes à l’intérieur de Gaza. Bien qu’Israël ne dispose pas d’une estimation précise du nombre de Palestiniens tués de cette manière, il estime qu’il s’agit d’au moins 20 personnes, un chiffre sous-estimé. Le Hamas ne tue pas seulement des civils israéliens, mais aussi des Gazaouis innocents. Naturellement, le Hamas rejette la responsabilité de ces décès sur Israël, en intégrant ces chiffres dans le décompte qu’il fournit par le biais des statistiques peu fiables du ministère de la Santé.

Comment le Hamas a-t-il réussi à acquérir son vaste stock d’armes ? La région est connue pour son blocus par l’Égypte et Israël, et il est aussi constamment rapporté qu’elle est si faible financièrement qu’elle a désespérément besoin d’aide pour vacciner sa population contre le Covid-19.

Malheureusement, la vérité est que les priorités du Hamas ne sont pas la santé et le bien-être de ses citoyens, mais plutôt le développement d’armes et d’infrastructures militaires pour attaquer Israël, y compris le creusement de kilomètres de tunnels pour permettre à une grande partie de leur réseau terroriste d’opérer sous terre, même sous des zones civiles. Israël a fièrement détruit un grand nombre de ces tunnels, portant ainsi un coup psychologique et pratique au Hamas.

L’Iran est le plus grand fournisseur d’armes du Jihad islamique et du Hamas. Il fournit des armes prêtes à l’emploi, introduites en contrebande, ainsi que des fonds et des connaissances techniques. Selon M. Conricus, le Hamas est “industrieux et concentré” lorsqu’il s’agit d’accroître son approvisionnement en armes. La Turquie entretient des liens étroits avec le Hamas, et des rapports suggèrent que les activités du Hamas dans ce pays lui permettent de générer des revenus et d’améliorer ses opérations.

En plus de détruire des magasins d’armes et des sites de fabrication, Israël a éliminé de nombreux développeurs et ingénieurs essentiels aux capacités du Hamas. Selon leurs estimations les plus prudentes, ils ont tué plus de 75 combattants ennemis. Ils ont également éliminé des lance-roquettes (souvent stationnés dans des zones civiles) et des systèmes de tunnels souterrains, notamment à Shejaiya et Beit Hanoun.

Le célèbre système israélien de défense antimissile “Dôme de fer” a réussi plus de 90 % de ses interceptions, sauvant des vies chaque jour. Sans lui, la situation aurait été bien pire pour Israël. Et pour la première fois, le Dôme de fer a été utilisé pour intercepter des drones kamikazes envoyés depuis Gaza. Selon des sources militaires israéliennes, c’est la première fois au monde qu’un drone est abattu par un système de défense antimissile.

Aucun cessez-le-feu n’est en vue, et alors que des centaines de roquettes continuent d’être lancées, Israël affirme qu’il ne discutera même pas de la fin de son action. Les FDI indiquent qu’elles ont frappé jusqu’à présent plus de 672 cibles militaires et qu’elles ont considérablement réduit la capacité du Hamas et du Jihad islamique à produire de nouvelles roquettes en attaquant leurs installations de recherche et développement et de production. Le Hamas ne sera pas en mesure de remplacer ce qu’il tire actuellement pendant plusieurs années, ce qui augmente les chances de stabilité et de calme à l’avenir.

0 0 votes
Évaluation de l'article