Malgré la crise du coronavirus (Covid-19), la technologie israélienne a quand même réussi à clôturer un trimestre record. Le secteur de  la cybersécurité pourrait même profiter de la crise pour progresser.

Les entreprises de technologie israéliennes ont levé un total de 2,74 milliards de dollars sur 139 transactions au cours du premier trimestre de 2020, un montant record, selon un rapport conjoint publié par le cabinet de recherche IVC Research Center de Tel Aviv et le bureau israélien du cabinet d’avocats international Zysman , Aharoni, Gayer & Co. (ZAG-S & W).

Les effets douloureux du coronavirus se feront probablement sentir à partir du deuxième trimestre, mais au cours du premier trimestre, les entreprises technologiques israéliennes ont levé 76% de fonds de plus qu’au premier trimestre de 2019.

En laissant de côté le méga-tour de 400 millions de dollars généré par le covoiturage Via Transportation, le trimestre d’ouverture de 2020 était presque identique au quatrième trimestre de 2019: 2,34 milliards de dollars d’investissements dans 138 transactions, contre 2,36 milliards de $ dans 138 transactions au quatrième trimestre 2019.

Selon le rapport, les accords d’investissement en capital-risque ont été à l’origine de 89% de tous les fonds levés au premier trimestre de cette année, atteignant un record de 2,34 milliards de dollars en 84 transactions, soit 60% de tous les accords.

Les résultats du premier trimestre de 2020 sont une continuation de ce que nous avons vu en 2019 et ne sont pas une indication de la tendance que nous verrons plus tard dans l’année”, a déclaré Guy Holtzman, PDG d’IVC Research Center. 

«La force de la technologie israélienne sera testée cette année. L’industrie technologique israélienne est complètement différente de ce qu’elle était lors de la dernière crise financière et même si beaucoup d’entreprises en souffriront, l’industrie israélienne dans son ensemble sera plus forte pour surmonter cette crise. À long terme, la crise offrira aux entreprises locales et internationales, aux fonds institutionnels et aux fonds de capital-risque la possibilité d’accroître leur implication dans les achats et les investissements. »

Les méga-transactions ont constitué la majorité des fonds levés au cours du trimestre, les 11 transactions qui ont franchi la barre des 50 millions de dollars totalisant 1,5 milliard de dollars au total, soit 55% de l’ensemble du trimestre. Il y a eu 43 transactions de l’ordre de 5 à 20 millions de dollars, une baisse de 12% par rapport au trimestre précédent. Six transactions ont permis de recueillir plus de 100 millions de dollars, dont quatre, dont celle de Via, ont été annoncées en mars.

«Deux semaines après le début du mois de mars, le marché s’est immobilisé. La plupart des investisseurs qui se trouvaient à différents stades de négociations ont simplement fait marche arrière », a déclaré Shmuel Zysman, l’un des fondateurs de ZAG-S & W. «Lorsqu’il pleut, tout le monde est mouillé, même les meilleurs. Il est désormais clair que l’industrie technologique ne pourra pas échapper aux effets du coronavirus. »

Malheureusement, il est clair que les sommes récoltées au deuxième trimestre 2020 seront nettement inférieures à ce à quoi nous étions habitués ces dernières années”, a-t-il ajouté. 

«Le point positif est la reprise de la Chine. D’un autre côté, les États-Unis n’ont pas encore connu le pic de l’épidémie et nous pouvons prédire avec certitude que cela aura des conséquences à court terme pour la technologie israélienne. »

Israël est une destination d’affaires à considérer pour toute entreprise souhaitant développer un projet à l’international.

Avec un PIB par habitant de 42 000 USD en 2019, Israël possède de solides bases économiques. Ces trois dernières années, la croissance du PIB a toujours oscillé entre 3 et 4 % et elle se traduit par une situation de quasi-plein emploi.Le taux de chômage a été progressivement ramené de 10,5 % en 2000 à 4 % en 2019.

Israël est à l’avant-garde dans tous les secteurs de la technologie. Les entreprises du marché mondial viennent toutes profiter de l’atmosphère d’innovation qui règne dans l’air. Certains établissent leur centre de R & D (recherche et développement) en Israël, d’autres se développent au niveau local et à l’échelle mondiale, sans compter les 6 000 start-up situées dans ce petit pays.

L’écosystème d’innovation et d’entrepreneuriat de ce pays pourra résister malgré le Covid-19. Le secteur de  la cybersécurité pourrait même profiter de la crise pour progresser.

Le secteur de la cybersécurité est en pleine effervescence 

Le télétravail comporte son lot d’incertitudes pour certaines entreprises qui ne sont pas outillées pour le faire en toute sécurité. Une situation qui crée de la pression sur le secteur de la cybersécurité.

Protéger les infrastructures de télécommunications est devenu primordial alors que de plus en plus de personnes travaillent de la maison.

Des attaques d’hameçonnage et des personnes mal intentionnées tentent de profiter des peurs en ce qui concerne la pandémie de la COVID-19 pour soutirer des informations personnelles à des internautes.

Ce secteur a bien évolué depuis 2015 et avec la pandémie de la COVID-19, un record de demandes de clients est prévue en cybersécurité. 

Plus de 50 % de leur travail est relié au coronavirus depuis la dernière semaine. La plus grosse inquiétude des entreprises c’est de savoir si elles vont survivre à tout ça. C’est une période très occupée.  Cette pandémie va éveiller les consciences sur l’importance d’être à jour avec les plus récentes technologies du télétravail et de la cybersécurité.

Lutter contre les tentatives de piratage informatique qui ciblent les réseaux de la santé et les personnes qui y travaillent est aussi une priorité. La COVID-19 représente un risque important pour le secteur de santé en particulier.

Si un hôpital subit une attaque par rançongiciel, des personnes pourraient mourir parce qu’elles ne seraient pas capables de recevoir les soins médicaux nécessaires.

La cybersécurité consiste principalement à déceler des failles de sécurité qui pourraient être exploitées par des pirates informatiques et à avertir et aider les établissements hospitaliers qui pourraient être vulnérables.

Souhail Ftouh

0 0 voter
Évaluation de l'article