Category Archives: Actualités

Tunisie: Il y a 34 ans, Israël bombardait les terroristes de l’OLP à Hammam Chott

 

Il y a 34 ans jour pour jour, 50 terroristes Palestiniens tombaient sous des bombes israéliennes à Hammam Chott, près de la capital Tunis.

Le 1er octobre 1985 au matin, plusieurs avions de chasse israéliens, accompagnés de deux Boeings 707 chargés du ravitaillement, décollent d’une base aérienne en Israël.

Quelques heures et plus de 2.000 kilomètres plus tard, les appareils pénètrent dans l’espace aérien tunisien sans rencontrer de résistance. Ils procèdent directement à leur mission, baptisée “Opération jambe de bois”: le bombardement du quartier général de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP), situé à Hammam Chott depuis son déplacement du Liban en 1982 suite à l’invasion israélienne.

Malheureusement le chef terroriste, Yasser Arafat assiste au même moment aux funérailles du ministre tunisien de la Défense de l’époque, Abdallah Farhat, échappant ainsi à la mort.

Les pertes sont cependant de taille pour le groupe terroriste palestinien: 50 morts, plus d’une centaine de blessés et plusieurs dégâts matériels.

Les habitants de la ville racontent avoir entendu une grosse explosion puis quatre autres, de moindre ampleur. Les sirènes hurlent à Hammam Chott tandis que des victimes sont transférées à l’hôpital. Des trois villas en bord de mer qui servaient de quartier général à l’OLP, il ne reste plus que des ruines.

Des morceaux d’acier tordu et des blocs de béton ont été propulsés à des centaines de mètres par les explosions, raconte le Los Angeles Times le jour-même.

Israël indique qu’il s’agit de représailles après l’assassinat de trois Israéliens à Larnaca (Chypre), attribué à des militants pro-palestiniens.

Cette frappe aérienne du 1er octobre 1985 est une réaction contre la Force 17 palestinienne, responsable de l’attaque terroriste du “Larnaca” et la mort de trois Israéliens.

L’un des principaux enjeux, suite à l’attaque, était la position des Etats-Unis, allié fidèle de la Tunisie dans sa lutte pour l’indépendance. Habib Bourguiba, qui avait toujours œuvré pour un rapprochement avec la superpuissance américaine, se sentit trahi par son allié, qu’il soupçonnait d’avoir été mis dans la confidence de l’attaque et de l’avoir approuvée.

La première réaction de l’administration Reagan fut de qualifier l’attaque israélienne de “réponse légitime au terrorisme”. Bourguiba fit alors part de sa “grande stupéfaction” puis convoqua l’ambassadeur des Etats-Unis en Tunisie pour le menacer d’une rupture des relations diplomatiques entre les deux pays si Washington opposait son veto à la résolution des Nations unies sur l’attaque.

Ce jour là, Mr Béji Caied Essebsi, alors ministres des Affaires Étrangères, défia les Etats Unis et Israël devant le Conseil de Sécurité et ce, suite au bombardement du Quartier Général de l’Organisation de Libération de la Palestine, à Hammam Chott. Durant 3 jours, les 2, 3 et 4 octobre 1985, Mr Essebsi, ne lâcha rien devant Mr Benyamin Netanyahu, alors représentant permanent d’Israël auprès de l’ONU. La résolution condamnant Israël est votée à une large majorité et Les Etats-Unis décidèrent finalement de s’abstenir lors du vote !

Je crois que ce n’est plus un secret. Nous avions décidé de rompre les relations diplomatiques. Nous l’aurions fait si les Etats-Unis ne s’étaient pas abstenus“, affirma Mahmoud Mestiri, le secrétaire tunisien d’Etat aux Affaires étrangères de l’époque.

La résolution onusienne du 4 octobre 1985 condamne l’attaque israélienne sur le territoire tunisien comme une violation flagrante de la Charte des Nations unies et accorde à la Tunisie le droit de demander des réparations.

Tunis peut considérer l’abstention américaine comme une victoire diplomatique. Mais la partie de la résolution relative aux réparations matérielles reste, jusqu’à aujourd’hui, lettre morte.

Le bombardement de Hammam Chott fut une attaque réussite au niveau opérationnelle et politique qui démontrait que Tsahal est capable de poursuive les terroristes palestiniens partout dans le monde.

Un escadron d’avions israéliens,volant à basse altitude, a déployé des ballons aériens en prévision des réactions de la défense anti-aérienne au sol, puis a effectué une descente au quartier général palestinien à Hammam al-Shat. Le reste des cibles est détruit, avant que l’escadron d’avions israéliens part rapidement en direction de la mer.

Tsahal a utilisé des bombes à vide dans son raid et lorsque ces bombes explosent, elles provoques un déséquilibre très important dans l’équilibre de la structure aérodynamique et magnétique de l’espace. Il s’agit en fait de munitions à implosion ou thermobariques.

Les bombes thermobariques, disons larguées d’un avion, comportent plusieurs réservoirs remplis d’un mélange explosif, à base d’hydrocarbures volatils par exemple. Lorsque la bombe frappe sa cible, ou éclate à une dizaine de mètres de sa surface, elle libère la mixture qui, au contact de l’oxygène de l’air, forme un mélange détonnant très puissant – un nuage d’une vingtaine de mètres de diamètre et de trois mètres d’épaisseur – qui explose 100 à 140 millisecondes après avoir été libéré. L’explosion s’accompagne d’une onde de choc qui se propage à la vitesse supersonique de 3 km/s, créant une surpression pouvant atteindre 30 kg/cm2.L’effet de choc serait alors bien puissant.

Bourguiba a cherché à se suicider

Quand les bombardiers israéliens ont attaqué le camp terroriste palestinien à Hammam-Chott le 1er octobre 1985, ils ont fait leur passage furtif du côté du Palais présidentiel de Carthage, alors que Bourguiba se prélassait dans sa véranda sur le méditerranée.

Bourguiba n’aurait jamais pensé, un instant, que les Américains, ses amis, auraient pu laisser perpétrer ce attaque sur le sol tunisien un pays foncièrement ami de l’Occident.

Après cette attaque de l’armée de la défense israélienne, «Si Lahbib» comme le nomme les tunisiens est resté plus de trois jours sous le choc émotionnel. Il ne parla à personne et ne prit contact avec aucun membre de son entourage à telle enseigne que son médecin personnel a craint pour sa santé, surtout face à son silence «hermétique».

Quelques mois plus tard, lors de la réunion des ministres des A.E arabes à Tunis, le Raïs a pris son courage à deux mains et alla les trouver en personne au siège de la Ligue Arabe. Il demanda aux ministres arabes présents de concevoir une position commune face au comportement “agressif US à Hammam-Chott”.

Et il a été jusqu’à réclamer de condamner le comportement “inamical” de Washington d’autant plus que l’US Air Force aurait participé à ce raid en soutenant, logistiquement, les avions de combat de Tsahal pour atteindre la Tunisie et cela en les ravitaillant en l’air.

Par crainte des Américains, les ministres arabes s’enfuirent tous et quittèrent la réunion de la Ligue Arabe.

«Si Lahbib», de plus en plus déçu, décida, alors, de se rendre en personne aux Etats-Unis et de parler de visu de l’attaque aux décideurs américains.

A l’aéroport, il ne trouva personne pour le recevoir et il a dû loger, à l’époque, chez notre ambassadeur, Habib Ben Yahia. Une humiliation supplémentaire que notre raïs ne put supporter davantage.

Au matin du troisième jour, il demanda à son ambassadeur – qui n’en revenait pas – d’aller lui acheter un revolver. «Je dois me suicider ici même, en terre américaine, pour protester contre le vil comportement de la Maison-Blanche à l’encontre de mon pays, la Tunisie». Et il a fallu toute la diplomatie du monde et le doigté de son ambassadeur pour convaincre Bourguiba d’abandonner son initiative funeste.

A noter qu’à l’époque, certains fonctionnaires à l’ambassade US en Tunisie, dont l’épouse d’un officier tunisien aux blindés, ont su d’avance que quelque chose se tramait et allait immanquablement se produire contre les Palestiniens installés en Tunisie. L’épouse en question en a parlé autour d’elle…

Par ailleurs, un des héros inconnu qu’ont utilisé les israéliens pour les renseigner dans leur opération est un aide-pharmacien juif connu sous le nom de «Loulou» et ayant officine à Hammam-Lif.

Chaque jour, il effectuait une marche à pied sur la plage pour épier ce qui se passait au camp terroriste palestinien de Hammam-Chott et tenter de savoir les horaires exacts du passage de Arafat dans ce lieu.

Juste avant les bombardements, Loulou s’est évaporé…

Souhail Ftouh

Abu Dhabi ouvrira en 2022 un site multiconfessionnel incluant une synagogue

 

 

Le complexe d’Abu Dhabi comprendra une synagogue, une église et une mosquée, donnant ainsi suite au pacte de tolérance religieuse conclu avec le pape lors de sa visite dans le pays cette année.

Selon des sources  de la presse arabe Les Émirats arabes unis érigeront une synagogue dans leur complexe interconfessionnel qui abritera également une mosquée et une église et devrait ouvrir en 2022.

Cette annonce de la construction de l’Abrahamic Family House, sur l’île Saadiyat d’Abou Dhabi, fait suite à la visite du pape François dans les Émirats en février 2019, la première d’un pape dans la péninsule arabique. Lors de son déplacement, le pape a signé une déclaration conjointe avec le grand imam d’al-Azhar, le Dr. Ahmed el-Tayeb, appelant à la tolérance et au dialogue religieux.

Un conseil interconfessionnel devant superviser les projets promouvant la tolérance a été constitué à la suite de cette déclaration, sous le nom de Haute Commission à la fraternité. L’Abrahamic Family House est sa première initiative.

« Il s’agit d’une opportunité importante pour tous ceux qui croient au pouvoir de la foi et de l’humanité. Elle permettra de bâtir des ponts entre les responsables et communautés religieux et de favoriser la paix et l’harmonie à une époque trop souvent définie par la différence », a déclaré Rabbi M. Bruce Lustig, le rabbin de la Washington Hebrew Congregation et représentant de la communauté juive au sein de la commission.

Le design de l’Abrahamic Family House, réalisé par l’architecte Sir David Adjaye OBE, a été dévoilé la semaine dernière lors d’une réunion à New York, la seconde de la commission.

D’après Gulf News, les travaux dureront trois ans.

Les Émirats arabes unis abritent déjà une synagogue, à Dubaï, bâtie en 2008. Même si elle est soutenue par les autorités émiraties, ses membres font plutôt profil bas. La nouvelle synagogue marquerait une étape considérable pour le judaïsme dans l’État du Golfe.

En mai 2019, Rabbi Yehuda Sarna, l’aumônier de la New York University, était devenu le premier grand-rabbin de la communauté juive des Émirats.

Ce changement de traitement de la pratique du judaïsme survient alors que les liens entre les Émirats et Israël se sont réchauffés en raison des craintes partagées concernant l’Iran. Des ministres israéliens de premier plan ont publiquement visité le pays, et en 2018, l’hymne israélien a résonné après une médaille d’or lors d’un tournoi de judo organisé à Abou Dhabi.

Souhail Ftouh

Un entrepreneur juif et un chrétien réhumanisent la filière du cacao en Côte d’Ivoire

Gala de charité c’est le 12 Octobre 2019

Pour aider les producteurs Ivoiriens locaux du cacao, La maison Guérin-Boutron en Belgique organise le 2ème Gala Bal Chocolat le Samedi 12 octobre 2019 de 18:30 au Cercle Royal Gaulois dans la Région de Bruxelles-Capitale.

Le thème de cette deuxième édition du Gala & Bal Chocolat Guérin-Boutron est “Marie-Antoinette et le chocolat”, organisé dans l’un des lieux les plus raffinés de Bruxelles, le Cercle Royal Gaulois (www.cercle-gaulois.be).

La maison Guérin-Boutron est passée dans le giron belge il y a deux ans. Cette maison fondée en 1775 en France était une pointure dans le monde du chocolat. Tombée en faillite à l’aube de la Seconde Guerre mondiale, la marque a été rachetée par Johann Domas-Conzemius en juin 2016 et la production relancée en 2017 à Gand. A Koekelberg la production s’est installée afin de faire revivre cette ancienne maison parisienne.

Mais ne cherchez pas une boutique estampillée “Guérin-Boutron” en Belgique, cette marque de luxe se consacre uniquement à des ventes dans le style démonstration.

Raphaël de Macar et Johann Domas-Conzemius organisent des salons pour des dégustations et des ventes de charité.

Les deux entrepreneurs veulent améliorer les conditions de vie des producteurs locaux. Ils récoltent de l’argent pour permettre à une coopérative regroupant plusieurs plantations familiales de recevoir une certification bio dans un pays qui leur tient à cœur : la Côté d’Ivoire.

La certification permettrait aux entreprises qui produisent du chocolat bio d’acheter leur cacao“, souligne Johann Domas-Conzemius, de la maison Guérin-Boutron. Pour récolter de l’argent, une grande soirée de gala aura lieu le Samedi 12 octobre 2019.

Les deux organisateurs et entrepreneurs du 2ème Gala & Bal Chocolat Guérin-Boutron

Raphaël de Macar et Johann Domas-Conzemius veulent réhumaniser la filière du cacao en Côte d’Ivoire. Ils visent une meilleure rémunération des travailleurs ivoirines en “multipliant leurs sources de revenus”.

Leur vision inclut aussi de rendre le chocolat accessible au plus grand nombre et ce, main dans la main avec la population locale.Un bâtiment à Abidjan est déjà prêt à accueillir un centre de formation pour les Ivoiriens qui voudraient apprendre à produire leur chocolat.

Plus d’ un million d’enfants travaillent illégalement à la production du cacao, dans le monde.

Une importante partie du cacao est produite par le travail forcé d’enfants et par des travailleurs qui vivent sous le seuil de la pauvreté. Ceci entraîne aussi le trafic d’enfants, dans les pays où est cultivé 80% du cacao de la planète, en Afrique de l’Ouest: Côte d’Ivoire, Ghana, Nigeria. On parle ici d’esclavage d’enfants.

Pour contrer l’esclavage des enfants, le Protocole Harkin-Engel a été signé en 2001: c’est un accord international qui engage volontairement les producteurs de cacao et de chocolat à ne pas recourir au travail d’enfants.

Malheureusement, 19 ans plus tard, on estime à 1,8 million le nombre d’enfants qui travaillent toujours illégalement dans les plantations de cacao de l’Afrique.Des enfants qui font un travail forcé, où ils doivent utiliser des machettes pour dégager les plants, transporter de trop lourdes charges, et où ils sont en contact avec des pesticides nuisibles pour leur santé.

Comme l’accord du Protocole Harkin-Engel est signé sur une base volontaire, la situation stagne.La question a fait les manchettes, l’opinion publique est alertée, les pressions sont alors maintenues sur les grandes compagnies concernées. Et quelques grandes compagnies ont fait des efforts récemment, pour changer leur mode de production du chocolat, en se tournant vers des petits producteurs dont ils connaissent les pratiques équitables et respectueuses pour l’environnement.

Toutefois, le chemin est sans doute long.

Pour La maison Guérin-Boutron en Belgique, une bonne partie de la réponse à ce problème réside dans le soutien à un commerce équitable du cacao, qui redonne le pouvoir aux petits producteurs, en mettant en place des coopératives qui s’assurent d’obtenir un meilleur prix pour leur travail et de meilleures conditions.

De plus en plus de personnes recherchent ce chocolat équitable, qui n’est pas associé au travail forcé des enfants et à l’exploitation des travailleurs. Raphaël de Macar et Johann Domas-Conzemius veulent réhumaniser la filière du cacao en Côte d’Ivoire.

La maison Guérin-Boutron en Belgique, figurent parmi ces compagnies qui supportent vraiment le commerce équitable et responsable, et se procurent le cacao auprès de petits producteurs indépendants ou des coopératives.

Actuellement, c’est 6% du cacao produit mondialement qui est certifié équitable et responsable. Mais la demande pour du chocolat équitable est en augmentation ces dernières années.

Souhail Ftouh

Trump exhorte les pays arabes d’établir des relations normalisées avec Israël

Prenant la parole devant la 74e session de l’Assemblée générale des Nations Unies mardi 24 septembre 2019.

Le président américain Donald Trump a affirmé que les valeurs communes sont de plus en plus reconnues au Moyen Orient.

C’est pourquoi il est si important d’avoir des relations pleinement normalisées entre Israël et ses voisins, a-t-il ajouté.

Il a ajouté que les États-Unis sont prêts à se lier d’amitié avec quiconque embrasse la paix.

Il a accusé l’Iran de rejeter la faute sur Israël en ce qui concerne ses problèmes intérieurs.

Le président Donald Trump prend la parole devant la 74e session de l’Assemblée générale des Nations Unies, le mardi 24 septembre 2019, à New York

Souhail Ftouh

Le chanteur franco-israélien Amir Haddad ambassadeur du tourisme israélien en France.

 

Le chanteur franco-israélien Amir, de son vrai nom Laurent Amir Haddad, a été choisi comme ambassadeur de l’Office du tourisme israélien en France.

Il représente ainsi désormais la destination dans un programme court (1’10) intitulé « Terre de création avec Amir ».La campagne est diffusée du lundi au vendredi en début de soirée sur M6 (19h35) et W9 (20h30) jusqu’au 4 octobre prochain. Les épisodes sont également disponibles sur la page YouTube Story Plus Group.

Le programme est une série de 12 épisodes présentant diverses attractions du pays. Le chanteur y narre ses impressions, parle de ses rencontres et visite le pays et ses attraits. La diffusion d’une version longue de 26 minutes est également prévue sur W9 prochainement.

« Grâce au tournage de ce documentaire, je ne verrai plus jamais Israël comme avant, j’ai découvert beaucoup de choses, ce pays recèle des richesses dont je n’avais pas idée », explique le chanteur.

« J’ai amené des dizaines de personnes pour visiter Israël, des gens rencontrés depuis que je suis dans la musique, ou même mon équipe de tournée. À chaque fois ils sont unanimes et cela les ramène à la cause qui est la mienne : montrer que ce pays est différent de ce à quoi il est souvent réduit dans les médias. »

Il se dit « fier, moi qui suis biculturel, d’avoir créé un pont, en toute modestie, entre mes deux pays que j’aime beaucoup ».Auparavant, Pascal Elbé, Michel Fugain et Cyril Lignac avaient été ambassadeurs de la destination.

Dentiste certifié, Amir a connu ses 15 premières minutes de célébrité en 2006 dans la version israélienne d’« American Idol », intitulée « HaKokhav nolad ». Il était alors soldat de l’armée israélienne.

Après avoir vécu à Sarcelles, dans le Val-d’Oise, sa famille fait son Alya et part vivre en Israël alors qu’il est âgé de huit ans. Il utilise depuis cet âge son second prénom comme prénom usuel.

Grâce à son bilinguisme, il fait son service militaire comme sergent-chef dans les renseignements de l’Armée de défense d’Israël2.

Il se fait connaître en Israël en 2006, en atteignant la finale de Kokhav Nolad, la version israélienne du télé-crochet Nouvelle Star. Amir Haddad commence cette même année des études de dentisterie à l’université hébraïque de Jérusalem, en parallèle avec la suite de sa carrière musicale.

En 2011, il sort son premier album, Vayehi. En 2013, après avoir posté des vidéos sur internet sur les conseils d’un ami, il est contacté par l’émission de The Voice, la plus belle voix, sur TF1, pour participer aux recrutements de la troisième saison.Il prépare alors un premier album en français.

Le télé-crochet lui permet de participer à la compilation Forever gentleman 2, sur laquelle il chantera Le Soleil de ma vie avec Camille Lou. Au cours des années suivantes, il sort plusieurs singles : All of Me en 2014, Oasis en 2015 et J’ai Cherché en 2016. Le 29 février de cette même année, France 2 révèle que le chanteur représentera la France au concours de l’Eurovision.

Côté vie privée, en juillet 2014, Amir Haddad se marie en Israël avec Lital, sa compagne depuis quelques années.

Souhail Ftouh

Une chienne des douanes israéliennes couronnée championne du monde

Une chienne-renifleuse appartenant à l’Autorité fiscale israélienne qui a été couronnée championne du monde lors d’une récente compétition internationale qui a visé à déterminer le meilleur chien de détection d’argent.

Katcha, qui patrouille habituellement à l’aéroport international Ben-Gurion, a battu ses 16 concurrents lors des épreuves qui ont eu lieu la semaine dernière en Russie.

Le maître-chien Chen Cohen a mis en exergue les talents de Katcha pour la chaîne, qui a suivi le couple déambulant à la recherche de stupéfiants et de liquidités trafiqués à travers le principal aéroport du pays.

Sous l’oeil des caméras, Katcha a senti quelque chose qui sortait de l’ordinaire, identifiant rapidement une valise qui transportait des liasses d’euros.

Cohen, qui travaille depuis cinq ans avec Katcha, explique qu’elle entraîne la chienne quotidiennement en lui faisant renifler des liasses de 10 000 dollars pour lui permettre de conserver son talent.

Et Katcha ne se contente pas de cette seule compétence : Elle peut également détecter les stupéfiants, notamment la cocaïne et la MDMA ou ecstasy.

L’année dernière, Katcha avait permis d’appréhender un trafiquant qui tentait de faire entrer via l’aéroport 5 000 pilules d’ecstasy.

En 2018, les responsables des douanes ont pu mettre un terme à 1 200 tentatives de trafics de drogue à Ben-Gurion, a fait savoir le reportage. Ils ont également intercepté 80 trafiquants d’argent pour un total de presque cinq millions de dollars.

Souhail Ftouh

La firme de ce jeune entrepreneur israélien valorisée à 47 milliards de dollars

La  société WeWork de l’entrepreneur israélien Adam Neumann devait  est valorisée à 47 milliards de dollars  selon Wall Street Journal. Adam Neumann, en tant que cofondateur de We Co,compte devenir le premier trillionnaire du monde.

Le monde des affaires a braqué ses projecteurs sur We Co., la société mère de WeWork, le géant des espaces de co-working cofondé par l’entrepreneur israélien Adam Neumann. L’entreprise qui est née en 2010 est valorisée à 47 milliards de dollars.

L’entrepreneur quadragénaire, qui est né à Tel Aviv le 25 avril 1979, est fils d’Avivit et de Doron Neumann. Il avait passé son enfance dans un kibboutz. Quand il avait sept ans, ses parents ont divorcé. Lui et sa sœur cadette Adi ont déménagé aux États-Unis.

En 1990, après quatre ans passés aux États-Unis, ils sont rentrés en Israël et se sont installés au kibboutz Nir Am.Il a obtenu son diplôme de l’Académie navale israélienne et a ensuite servi en tant qu’officier dans la marine israélienne pendant cinq ans de 1996 à 2001. Il a ensuite fréquenté la Zicklin School of Business du Baruch College à New York.

Neumann et McKelvey ont co-fondé WeWork en 2010, après s’être déjà rencontrés par le biais d’un ami commun. Un intérêt commun pour l’éducation et la conception de la communauté les a amenés à créer Green Desk en 2008, une entreprise d’espaces de travail partagés axée sur la durabilité, qui a servi de précurseur à WeWork.

Le créneau des espaces de coworking

Neumann a déclaré qu’avec WeWork, il avait l’intention de reproduire le sentiment d’appartenance et d’appartenance qu’il ressentait en Israël et qu’il pensait qu’il manquait en Occident.

Créé en 2010 à New York, WeWork avec ses cafés gratuits, ses canapés et ses cloisons vitrées est l’exemple le plus emblématique de lieux de travail partagé apparu dans les années 1990 et devenu ces dix dernières années l’une des grandes tendances de l’immobilier de bureaux.

WeWork permet aux travailleurs autonomes et aux entreprises de louer des espaces de travail réservés sur des tables communes ou des bureaux fermés. Tous ses locataires ont accès à un réseau Wi-Fi, à des salles de réunion et, chose non négligeable, à du café et la bière à volonté.

 

L’entreprise américaine de services de location de bureaux partagés WeWork, est présente dans 27 pays. Fondée à New York en 2010, WeWork loue des bureaux de travail partagés, clés en main, à des entreprises — jeunes pousses ou sociétés établies — ayant des besoins ponctuels. Avec ses bureaux « jazzés », le spécialiste de l’espace de travail partagé se donne pour mission d’aider ses clients à profiter de la vie tout en travaillant.

WeWork s’inscrit parmi les locataires de choix dans un projet d’avant-garde visant une clientèle axée sur des valeurs fortes. Il correspond pleinement à la vision innovante du travail.

Valorisé à 47 milliards de dollars US, WeWork se démarque de ses concurrents locaux grâce à son réseau international d’une cinquantaine d’espaces, qui abritent des locataires comme Snapchat, Instacart et General Assembly aux États-Unis.

Le mastodonte new-yorkais des espaces de coworking compte ainsi 45 000 membres à l’échelle du monde, que les locataires de chacun de ses espaces peuvent contacter grâce à son application mobile. Aux travailleurs mobiles, WeWork offre aussi l’avantage d’être en mesure de réserver une salle de réunion ou d’aller travailler dans les aires communes des autres espaces du réseau, notamment implanté à New York, San Francisco, Berlin, Londres et Tel-Aviv.

Dans le monde entier la demande pour les espaces de coworking est à la hausse. Les bureaux partagés ont la cote dans les grandes villes.

« La demande pour notre produit à Montréal est en augmentation. Nous affichons complet depuis près d’un an », dit dans un entretien Simon Tancredi, directeur de WeWork à Montréal.Elle loge 2600 travailleurs à Montréal actuellement.

Au Canada la Caisse de dépôt et placement du Québec a investi environ 1,3 milliard $ dans un fonds immobilier de cette entreprise américaine. Son plus gros actionnaire est la japonaise SoftBank.

Le holding japonais a déjà investi 10 milliards de dollars américains pour renflouer la trésorerie de WeWork, et envisageait de consacrer un milliard de dollars de plus à l’introduction en bourse.

Neumann est devenu partenaire d’InterCure, une société de cannabis israélienne dirigée par Ehud Barak, ancien Premier ministre d’Israël, en 2018. Neumann a également investi dans EquityBee, une start-up destinée aux investisseurs technologiques, et dans Selina, une société d’accueil.

Adam Neumann s’exprime devant une foule réunie lors d’un événement WeWork au Microsoft Theater à Los Angeles, le 9 janvier 2019.

Adam a par ailleurs un autre objectif en tête : diriger Israël.

« Il a directement dit à au moins une personne qu’il avait notamment pour ambition de devenir Premier ministre d’Israël », écrit le journaliste Eliot Brown.
Neumann vit dans le quartier de Greenwich Village à New York avec son épouse Rebekah Paltrow Neumann, fondatrice et PDG de WeGrow , et leurs cinq enfants, dont deux paires de jumeaux.

En 2018, Neumann a prononcé un discours lors d’un événement organisé par la UJA-Federation of New York, où il a évoqué l’observation du Shabbat chaque semaine avec sa famille et le rôle que le judaïsme a joué dans son développement personnel et professionnel.

En 2012, il s’est associé à Ken Horn de Alchemy Properties et Joel Schreiber et a acheté pour 68 millions de dollars les derniers étages du bâtiment Woolworth, qu’ils ont convertis en condominiums.

Souhail Ftouh

Coopération médicale: 10 chirurgiens israéliens au Cameroun pour diriger une formation médicale

Une dizaine de chirurgiens israéliens urgentistes se sont envolés vers Yaoundé, la capitale du Cameroun, pour diriger une formation médicale au sein de l’hôpital central, la plus grande institution hospitalière de la ville.

Réputée pour la qualité de sa médecine, Israël veut faire bénéficier de son expertise à son partenaire camerounais.

Pour la première fois, dix chirurgiens israéliens sont venus y former leurs homologues camerounais.

Les Israéliens vivent dans un environnement qui est autre que le nôtre, et nous avons bénéficié de leur apport au niveau de la technologie chirurgicale et eux aussi vont bénéficier de ce qu’ils vont voir sur le terrain“, a déclaré le professeur Paul Owono Etoundi, réanimateur.

Les chirurgiens israéliens pour leur part doivent s’adapter à l’hôpital et à ses moyens.

C’est un défi, on travaille dans des conditions différentes, ce n’est pas évident. Il faut collaborer avec l’équipe médicale, il faut aussi savoir quels sont les appareils disponibles ou indisponibles“, a affirmé le professeur Oded Zmora, directeur du département de chirurgie au centre médical Assaf Harofeh.

La formation médicale au sein de l’hôpital central est aussi théorique, et a attiré des centaines de chirurgiens venant de tout le pays.

Cette mission va contribuer à la formation professionnelle et au perfectionnement du personnel, en même temps qu’elle offre un champ d’exploration dans les disciplines gynécologiques, obstétriques et pédiatriques.

Le volet officiel du partenariat entre l’Etat juif et ce pays africain est bien visible, à l’instar des autres pans de la riche coopération bilatérale.

Souhail Ftouh

WATEC Israel 2019, le sommet mondial des technologies de l’eau du 18 au 21 novembre

 

Israël organise la Conférence Internationale “WATEC Israel 2019” à Tel-Aviv du 17 au 24 novembre 2019.

Cette année, 2500 experts mondiaux, dirigeants et influenceurs de 90 pays se réuniront aux côtés d’intervenants de premier plan et de 80 exposants. Ce sera l’occasion pour les participants de nouer de nouveaux contacts et des partenariats fructueux, d’explorer de nouvelles innovations en matière de technologie de l’eau et de dessiner une vision audacieuse pour l’avenir de l’industrie. Étonnamment, la voie vers la sécurité mondiale de l’approvisionnement en eau mène directement dans le désert.

En une décennie de congrès couronnés de succès, la communauté mondiale WATEC a construit et partagé un corpus croissant de connaissances importantes et présenté une gamme de technologies et de solutions révolutionnaires.

 

WATEC 2019 marquera un départ passionnant par rapport aux conventions précédentes. Vous serez non seulement tenu au courant et bien informé des développements et des tendances liés à la gestion de l’eau et de l’environnement, mais vous insisterez également sur la création de liens et de réseaux importants qui permettront un engagement continu et une coopération mondiale.

Cet événement est la plate-forme idéale pour maximiser la visibilité, créer des réseaux divers dans l’industrie, rester à la pointe du progrès et rattraper ses anciens amis et collègue.

Tous les réseaux des hommes d’affaires des pays voisins sont conviés à la découverte de la technologie de l’eau.

Israël, leader mondial des technologies de l’eau en puisant dans l’innovation locale

La position de leader d’Israël en matière de technologie de l’eau prouve bien que la nécessité est mère de l’innovation. Bien avant que la hausse des températures et de la population mondiales fasse de l’approvisionnement en eau une préoccupation mondiale, le petit pays désertique qu’est Israël était occupé à cultiver son propre écosystème fertile de technologies de l’eau.

Depuis l’indépendance de l’Etat d’Israël il y a 70 ans, la rareté de la ressource en eau a fait de celle-ci une priorité nationale.

Au cours des décennies, les innovateurs et les entrepreneurs israéliens ont été les premiers à utiliser des technologies de pointe en matière d’irrigation goutte à goutte, de dessalement et de traitement de l’eau.

Aujourd’hui, Israël récupère 80% de ses eaux usées pour une utilisation agricole et est un chef de file mondial en matière d’efficacité d’utilisation de l’eau pour les cultures. La majeure partie de son eau potable provient de cinq usines de dessalement de classe mondiale. En plus d’améliorer la sécurité de l’approvisionnement en eau au niveau national, Israël exporte pour 2 milliards de dollars par an d’innovations technologiques dans le monde entier.

Le solide écosystème israélien des technologies de l’eau regroupe plus de 150 entreprises dans divers sous-secteurs et de différents niveaux de maturité, telles que :

Fondée en 2015, Lishtot utilise la technologie IoT pour créer une représentation plus claire de la qualité de l’eau dans le monde. La société a mis au point des capteurs intelligents capables de détecter rapidement les polluants éventuellement présents dans l’eau potable, puis d’agréger ces informations dans une carte contenant de nombreuses données sur l’eau potable dans le monde.

Atlantium Technologies Ltd. est une société israélienne créée en 2003, devenue depuis un leader mondial des solutions de traitement par UV des eaux municipales, industrielles et de ballast. Contrairement à de nombreux systèmes de traitement de l’eau concurrents, la solution à base de lumière ultraviolette d’Atlantium traite efficacement l’eau à échelle industrielle sans recourir à des produits chimiques nocifs.

Fondé en 1965, Netafim a été l’un des pionniers de la technologie israélienne d’irrigation au goutte-à-goutte et est toujours un de leaders du secteur avec des solutions complètes et novatrices de gestion de l’eau. La technologie Netafim couvre des secteurs allant de l’industrie à l’agriculture et est utilisée par des clients dans 110 pays.

En tant que berceau d’un écosystème technologique de l’eau très dynamique, il n’est pas étonnant qu’Israël accueille de nombreuses conférences de haut niveau sur le sujet. La conférence WATEC Israël 2019, qui se tiendra du 18 au 21 novembre à l’hôtel David Intercontinental de Tel Aviv, en est un bon exemple.

Souhail Ftouh 

Sacha Baron Cohen incarnera Eli Cohen, espion israélien en Syrie dans les années 1960

Une nouvelle série Netflix dans laquelle Sacha Baron Cohen incarnera Eli Cohen, espion israélien en Syrie dans les années 1960, sera diffusée à partir du 6 septembre 2019.

Netflix a publié le mois dernier les premières images de la série « The Spy », qui comptera 6 épisodes, et annoncé la date de diffusion.

La série a été écrite et réalisée par l’Israélien Gideon Raff, très connu pour la série Hatufim et son adaptation américaine Homeland.

Cohen, agent du Mossad, a été poursuivi pour espionnage puis exécuté en Syrie le 18 mai 1965, après qu’il eut réussi à infiltrer le gouvernement syrien sous le pseudonyme de Kamel Amin Thabet, pendant quatre ans.

Les renseignements qu’il a communiqués pendant cette période auraient, selon l’ancien Premier ministre Levi Eshkol, grandement assisté Israël pendant la guerre des Six jours.

Pendant cinquante ans, Israël n’a pas ménagé ses efforts pour rapatrier la dépouille de Cohen et l’enterrer en Israël.

Baron Cohen, un Juif londonien, est devenu célèbre en incarnant Ali G., un personnage satirique, avant de faire les films « Borat, « Le Dictateur » et « Grimsby – Agent trop spécial ».

Dans la série « Who Is Americai », Sacha Baron Cohen piège des politiciens américains en se faisant passer pour un expert israélien de la lutte anti-terrorisme. Il a remporté – en plus de l’hilarité générale – une nomination pour les Golden Globes dans la catégorie Meilleur acteur dans une série télévisée musicale ou comique.

Souhail Ftouh